Comment faire des pompes ? L’essentiel pour s’y mettre !

Si le mot « pompe » ou « push-up » vous fait peur, ou si vous pensez que lorsque que l’on débute en sport, on ne peut pas faire 10 pompes sans mille heures d’entraînement, soyez rassuré·e ! On vous conseille sur la meilleure façon de vous mettre en action, quel que soit votre niveau sportif. Petit tour d’horizon pour trouver votre push-up préféré !

Comment faire des pompes ? L’essentiel pour s’y mettre !

Vous pensez que pour faire des pompes, il faut être musclé comme un super-héros ou pratiquer l’haltérophilie depuis plusieurs années ? Vous avez renoncé à faire des pompes en clamant haut et fort que repousser votre poids de corps à l’aide de vos bras est impossible ?

Les idées reçues sur les pompes sont nombreuses, tout comme les questions que l’on se pose sur le sujet. Est-ce que les pompes font grossir les bras ? Peut-on faire des push-up pour perdre du poids ? Est-ce que les pompes musclent ? Autant d’interrogations que nous avons soulevées avec Guillaume Canesson, entraîneur de sapiens, fondateur de la Farm Gym de Fouquières-Les-Béthune et du programme en ligne Manimal, qui nous explique comment faire des pompes efficacement.

À l’heure du retour à l’essentiel, la traditionnelle pompe a tout pour plaire dans le monde du fitness au poids de corps.

Pas besoin d’investir dans un abonnement de salle de sport pour vous lancer. Avec un peu de motivation et une tenue sportive, chaque homo sapiens que nous sommes a les capacités de faire des pompes tous les jours.

Que vous soyez sportif·ve débutant·e, confirmé·e ou ancien·ne sportif·ve qui s’y remet, on vous donne toutes les raisons de réussir vos pompes et d’aimer ça !

Bien faire des pompes : quelle est la bonne position ?

Arriver à faire des pompes, c’est bien. Réussir à les exécuter efficacement, c’est mieux !

La première étape est de comprendre le mouvement. Une pompe classique est l’action de soulever son corps, à l’aide de ses mains à plat au sol et grâce à la force de ses muscles du haut du corps. C’est un sacré défi qui peut rebuter un·e sportif·ve débutant·e ou un amateur·rice de sport de loisir.
Guillaume nous rassure : " chaque être humain est capable de faire une pompe efficace selon son niveau et son objectif. Oui, oui, tout le monde : de l’école primaire à la maison de retraite, il n’y a pas d’âge pour s’y mettre. "

Si tout le monde peut y arriver, voyons quelle est la bonne position pour faire des pompes ?

La deuxième étape est de se placer correctement pour réaliser son push-up :

- le corps est tendu ;
- la tête est dans l’alignement de la colonne vertébrale ;
- les mains sont à plat avec les doigts vers l’avant ;
- l’espacement des paumes de mains est d’environ deux largeurs d’épaules.

Si des douleurs aux poignets vous freinent ou si la position des mains à plat est inconfortable, vous pouvez investir dans des poignées pour pompes. Elles permettent aux mains d’être orientées différemment, allégeant les contraintes sur l’articulation du poignet.
Il existe également des sangles facilement transportables et qui permettent de se suspendre pour simplifier ou complexifier la posture de départ.
Ça y est, vous êtes lancé·e, donc place au mouvement !

Comment faire des pompes ? L’essentiel pour s’y mettre !

La dernière étape est la réalisation d’une pompe efficace, que l’on reconnaîtra grâce à trois points clés, dévoilés par notre coach Guillaume :

- l’alignement tête - épaules - bassin - genoux- chevilles maintenu pendant toute la durée du mouvement ;
- le nez, la poitrine et le bassin qui touchent le sol en même temps ;
- l’extension des bras pour repousser le corps.

Voilà, la pompe parfaite n’a plus de secret pour vous. Reste à savoir comment bien débuter pour réussir à faire des pompes.

Adapter le mouvement pour savoir comment faire des pompes quand on est débutant·es

Pompes au mur, pompes à 4 pattes, diamond push-up, etc. Il existe différents types de pompes, ce qui donne l’embarras du choix pour débuter.
Pour réussir une pompe facilement, Guillaume partage un principe qu’il applique avec tous les sportifs·ives qu’il rencontre : la surcharge progressive.

Qu’est-ce que la surcharge progressive ?

Elle se résume en deux mots : progression et constance.
Si vous voulez imiter Spiderman en faisant des pompes archer trop rapidement, vous risquez de vous blesser ou d’être suffisamment courbaturé pour ne plus jamais vouloir recommencer.
Gardez en tête que l’on démarre tous·tes avec un niveau et des objectifs différents : améliorer sa forme physique, reprendre le sport, développer sa force, etc. Peu importe le but, c’est la régularité qui compte pour l’atteindre.  

En résumé : on ne donne pas tout sur une séance, mais on y va progressivement.

Comment utiliser la surcharge progressive pour faire des pompes facilement ?

Pour graduer la difficulté, Guillaume nous conseille d’utiliser l’avantage mécanique. On simplifie le push-up en modifiant l’inclinaison du corps, mais on veille à toujours garder le dos droit. L’effort devient moins contraignant pour les bras et plus digeste pour le moral.

Voici différentes manières de faire des pompes, du plus simple au plus difficile : 

- faire une pompe contre un mur ;
- accomplir une pompe debout, mains sur une table pour augmenter l’inclinaison du corps ;
- effectuer une pompe avec les genoux au sol et les mains sur un banc ;
- réaliser une pompe sur les genoux au sol avec les pieds relevés ;
- exécuter une pompe classique ;
- réaliser une pompe sur un pied ;
- faire des pompes avec les pieds sur un banc de manière à inverser l’inclinaison du corps.

Pour tous ces types de pompes, gardez à l’esprit les consignes de Guillaume :

- poser les mains à plat ;
- tenir la tête dans l’alignement de la colonne vertébrale ;
- conserver l’alignement tête - épaules - bassin - genoux ;
- Respirez !

Comment faire des pompes ? L’essentiel pour s’y mettre !

Que travaillent les pompes : les effets des push-up sur le corps

Maintenant que faire des pompes efficacement nous semble envisageable, comprendre leurs bénéfices sur le corps est essentiel pour pratiquer en toute connaissance de cause. 

Est-ce que les pompes font perdre du poids ? 

Guillaume explique que la perte de poids se joue dans la balance entre les apports et les dépenses énergétiques. Le coût énergétique d’une pompe normale est plus important chez un·e débutant·e que chez un·e expert·e qui, à force de répétitions, aura moins d’effort à fournir pour réaliser le mouvement.

Le nombre de répétitions et de séries influe donc sur l’objectif recherché selon le pratiquant et sa condition physique.
Les pompes peuvent contribuer à une perte de poids, si elles sont incluses dans un programme d'entraînement plus complet.
C’est tout l’intérêt de faire appel à un coach : pour adapter et être guidé·e dans son parcours sportif.

Est-ce que les pompes font grossir les bras ?

On considère souvent, à tort, que les pompes font grossir les bras et les muscles du haut du corps comme les pectoraux. Pour avoir de gros bras, il faut en faire pendant des milliers d’heures et encore plus pour une femme dont les hormones sont différentes.   
La pratique régulière des pompes apporte plutôt un gain de force et un affinement du muscle, qui devient plus taillé.  

Quels muscles travaillent grâce aux pompes ?

Les pompes permettent de muscler essentiellement le haut du corps et notamment la chaîne scapulaire, c’est-à-dire les épaules, les triceps, les pectoraux et le dos. Les zones musculaires seront plus ou moins sollicitées en fonction du type de pompe et de l’ouverture des bras. Par exemple, en rapprochant les mains, les épaules et les triceps seront plus sollicités. À l'inverse, en écartant les bras, ce sont les pectoraux qui seront davantage engagés.
C’est aussi l’ensemble du corps qui est sollicité dans un push-up, à commencer par le gainage de la sangle abdominale. 

Comment faire des pompes ? L’essentiel pour s’y mettre !