Sport et métaverse / Et si on imaginait le métasport de demain ?

Et si ce qui n’a longtemps été qu’un accrocheur concept de science-fiction était sur le point d’advenir ?

Sport et métaverse / Et si on imaginait le métasport de demain ?

Et si cet autre monde numérique global, baptisé « métavers » au début des années 90 par le romancier Neal Stephenson, était sur le point de nous happer ? Tremblez chers lecteurs : il n’est, en 2022, plus vraiment insolite d’y croire…

le métavers sportif en ordre de marche

Et si ce qui n’a longtemps été qu’un accrocheur concept de science-fiction était sur le point d’advenir ? Et si cet autre monde numérique global, baptisé « métavers » au début des années 90 par le romancier Neal Stephenson, était sur le point de nous happer ? Tremblez chers lecteurs : il n’est, en 2022, plus vraiment insolite d’y croire…

Il suffit en effet d’observer les récentes gesticulations d’un certain Mark Z. pour s’en convaincre : le grand gourou de l’internet social, après avoir renommé son vieux « Facebook » en « Meta » en 2021, a décidé de mobiliser en 2022 près de 10 000 employés et quelque 10 milliards de dollars pour développer le métavers… De quoi sacrément accélérer notre immersion dans cet internet sans limites, qui propose une existence toujours plus dématérialisée à coup, essentiellement, de technologies de réalité virtuelle (VR) et de réalité augmentée (AR).

Facebook n’est d’ailleurs pas le seul sur le coup. Les géants du jeu vidéo que sont Epic Games (l’éditeur de Fortnite) ou Roblox Corporation, mais aussi Microsoft et bien sûr Google, planchent eux-aussi sur cette nouvelle dimension d’internet. Leur vœu ? Que l’essentiel de nos vies soient désormais connecté et numérisé (nos corps les premiers, sous forme d’avatars). Sur le métavers, on se cultivera, on ira à l’école, on jouera, on bossera et… on fera du sport. Du sport dans un monde virtuel, vraiment ?

Parce qu’on est curieux, on s’est demandé à quoi pourraient bien ressembler nos quotidiens de sportifs si cette folie devait se réaliser, dans 5, 10 ou 20 ans. Voici quelques pistes, résumées en une semaine… Métavers sportif, nous voici !

LUNDI : courir où tu veux, avec qui tu veux

Le lundi, au boulot, c’est le jour du jogging entre collègues. À midi pile, tout le monde quitte l’open-space virtuel pour se retrouver, en présentiel, dans la salle de fitness. On monte sur nos tapis roulants, on enfile nos casques de VR, et c’est parti ! Pour savoir qui décidera où l’on va courir, on joue à pierre-feuille-ciseaux. Cette fois, c'est Marina qui a gagné. Elle a choisi, dans la rubrique « Contexte nature », un chouette paysage néozélandais. On a donc couru 5 kilomètres entre les volcans et le Pacifique, c’était beau et tranquille. Très différent de la semaine passée : Martin avait cliqué, pour rigoler, sur « New-York » + « hiver ». On a donc couru 6 km dans Central Park, sous la neige ! Aujourd’hui, en Nouvelle-Zélande, le ciel est bleu et on apprend plein de choses sur la faune et la flore. Tout le long de l’itinéraire, des pop-ups nous décrivent les arbres que l’on croise et nous informe sur les espèces animales qui peuplent les environs. Notre graphiste, qui est basé à Londres, s’est joint à nous depuis son home-office. Une bonne occasion de papoter et de mieux le connaître.

MARDI : entrer dans l’événement sportif

Je me suis couché un peu tard ce soir car j’ai suivi, en live, un des quarts de finale de l’Open d’Australie. Concrètement, les tennismen jouent IRL, là-bas à Melbourne, mais tout est numérisé et rendu en 3D augmentée et sonorisée dans le casque. Les mouvements des joueurs, les olas dans le stade, la météo, etc., rien n’est laissé au hasard. J’ai mis mon casque à 2h du matin et rejoint le match à 2h15. L’authentification a été un peu longue : ils ont vraiment renforcé la sécurité depuis que le tournoi a été hacké, l’année dernière. Toutes les données joueurs avaient fuité, et un petit malin avait réussi à déshabiller l’avatar du numéro un mondial sur toutes les communications animées du tournoi… Cette année je me suis offert, pour 30 e-dollars de plus, le supplément « Invisible ». Il permet de se déplacer en mode furtif sur le terrain pendant les échanges. J’aime bien me placer derrière les joueurs quand ils servent, ou au filet et être frôlé par les balles, c’est intense !
Cette année, les joueurs sont équipés de plus de capteurs encore que les années précédentes. On a beau être à 15 000 km d’eux, on entend leur respiration, le frottement des vêtements et même leurs battements de cœur. On a vraiment l’impression d’y être. Il y avait 35 000 spectateurs en présentiel et 1 750 000 spectateurs-avatars (dont moi) dans le stade. En billetterie, le match a rapporté 125 millions de e-dollars. Comme souvenir je me suis acheté une casquette cool dans le magasin virtuel.
Même pas besoin de se faire livrer : la casquette, elle aussi, est virtuelle. C’est mon avatar qui la porte.

JEUDI : un maître kung-fu dans mon salon

Jeudi, c’est mon jour off, mais aussi mon entrainement hebdo de kung-fu. Je bouge les meubles dans le séjour car ça va swinguer. À 10h précises, l’hologramme de mon maître chinois apparaît dans mon salon. C’est un quadra très sympa qui vit dans le sud de Pékin, et donne des cours particuliers dans le métavers. La barrière de la langue a vite été levée : l’interface intègre la traduction simultanée entre mon prof et moi. C’est comme si je parlais chinois ! Grâce à mon sabre connecté, je reçois après le cours une foule de datas sur la vitesse et la régularité de mes mouvements. À la fin de cette session, -c’est compris dans mon abonnement mensuel- mon prof m’a donné des codes pour upgrader le niveau de mon adversaire virtuel. Entre les cours, je m’entraine en effet contre une intelligence artificielle, dont on peut moduler la puissance et la technique pour accompagner nos progrès.

SAMEDI : tous à l’e-stade !

Avec deux copains, Tobias et Sonia, fans de foot espagnol comme moi, on va au stade ce soir. Ce sera exceptionnel, puisque c’est l’anniversaire du « métaclassico » : on fête en effet les 10 ans du tout premier Barça – Real totalement dématérialisé. Les deux clubs ont d’ailleurs été parmi les tous premiers à se doter, à la fin des années 2030, d’une équipe 100% virtuelle en plus de leurs équipes terriennes. Les avatars de chaque équipe sont pilotés par des e-sportifs surentrainés (et payés des montagnes de bitcoins). Complètement inconnus IRL (in real life, "dans la vraie vie"), ils sont de vraies stars dans le métavers. Il n’y a en revanche plus d’arbitre : ce sont les spectateurs qui votent en temps réel pour savoir s’il y a faute ou non, et quelle sera la couleur du carton. On attend ce soir près de 123 millions de spectateurs à l’Estadio 7.0. Pour l’occasion, Tobias a cassé sa tirelire et offert à son avatar le nouveau maillot du Real. Il change de couleurs et de design selon le score et clignote quand le Real marque. Le concert virtuel de Queen, à la mi-temps, devrait être dingue. Freddie Mercury a beau être mort il y a plus de 50 ans, l’IA qui pilote son avatar est une vraie virtuose !

DIMANCHE : et si c’était mieux avant… ?

Je suis dégouté, mon casque de VR est cassé. J’ai dû annuler tous mes rendez-vous dans le métavers sportif, y compris mon rendez-vous de santé connectée. Je devais faire le point avec le Health-bot sur mes maux de dos et voir comment faire baisser mon indice de sédentarité, qui a atteint 83% le mois dernier… Comme je m’ennuyais, j’ai rangé ma chambre et je suis tombé sur une vieille paire de baskets de course. Elles datent de 2023 ou 2024, quand les magasins physiques existaient encore. Je ne pourrai pas les utiliser dans le métavers, elles ne sont même pas connectées ! Du coup j’ai fait quelque chose qui ne m’était pas arrivé depuis au moins 7 ans : je suis sorti, à l’air libre, et j’ai couru sans casque. Dans ma rue, j’ai vu un oiseau, un vrai, avec des plumes et tout. Et puis il s’est mis à pleuvoir et la pluie mouillait réellement. Je la sentais littéralement humidifier mon visage. Hyper bizarre. J’ai vu des gens, aussi. Pas leur avatar, non, mais la version solide d’eux-mêmes. C’est fou ce qu’on se sent léger sans les capteurs et le casque, et à quel point les cinq sens sont sollicités par l’environnement extérieur. J’ai adoré la sensation ! Je crois, d’ailleurs, que je vais recommencer demain.

une définition du metaverse

Le metaverse (contraction de "méta" et "univers", c'est-à-dire méta-univers) est un réseau d'environnements virtuels toujours actifs dans lequel de nombreuses personnes peuvent interagir entre elles et avec ces objets numériques tout en exploitant des représentations virtuelles - ou avatars- d'elles-mêmes. De quels projets on parle ? Avec quelle portée ? À quoi ça sert d'investir autant ? En avant pour décrypter tout ça !

Sport et métaverse / Et si on imaginait le métasport de demain ?
Sport et métaverse / Et si on imaginait le métasport de demain ?

benjamin

Badminton (en double, c'est plus rigolo) le mardi et brasse coulée le samedi, telle est ma petite routine. Entrecoupée de longues marches en ville et de vélo à la campagne.