Dix sports à pratiquer sans se ruiner

Vous souhaitez pratiquer un sport ou goûter à une nouvelle discipline sans que cela plombe votre budget ? Sans cocher la case “formule toute option” auprès des clubs, de nombreuses possibilités s’offrent à vous pour bouger sans vous ruiner. 

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

Il faut bien l’avouer, le forfait ou les cartes de leçons, lorsque l’on pratique en club, coûtent parfois cher. Et après les indispensables de la vie courante, les dépenses pour pratiquer un sport sont celles qui sautent en premier lorsque le budget mensuel est trop court. Sachez qu’il existe heureusement des alternatives à ces formules “toutes options” et qu’elles vous permettront d’avoir accès à certains sites gratuitement ou pour pas cher du tout. Encore faut-il penser à certaines disciplines et interroger les clubs sur les conditions d’accès à leurs terrains et équipements, qui peuvent tout à fait être en dehors des heures d’enseignement.

Éviter la galère du débutant

Pour pratiquer librement ces sports, et prendre du plaisir dans votre pratique, l’idéal est d’avoir une petite base technique afin de vous éviter les galères de débutant·e (comme mettre la balle de tennis plusieurs fois au-dessus du grillage). Pour cela, bien évidemment, suivre quelques leçons au départ est un plus. Cela vous permettra par la suite d’être quasi immédiatement à l’aise pour pratiquer les sports les plus techniques… Mais si votre budget est vraiment ric rac, n’hésitez pas à mettre vos proches à profit : il suffit parfois d’une ou deux explications sur un geste, une dose de partage, et vous voilà plus à l’aise avec votre jeu. Autre allié : Internet. La toile regorge de tutos et d’explications pour apprendre à faire un swing ou connaître les règles du squash (“non, elle comptait pas cette balle!”). Bien sûr, rien n’équivaut l’accompagnement d’un bon coach. Mais le manque de budget ne doit pas vous interdire la pratique d’un sport qui vous tente… Alors, parfois, on opte pour le système D, c’est pour la bonne cause !

1 - Le badminton

Beaucoup vous le diront, le badminton est le sport de raquette le plus accessible techniquement parlant. Il ne nécessite pas un lourd apprentissage technique avant de se faire plaisir. Si certains clubs proposent un circuit compet’, de nombreuses associations se sont mises en place sur le territoire dans le but de réunir des passionné·es et de les faire jouer dans une bonne ambiance. Les tarifs sont généralement attractifs. D’autres structures proposent également la location de terrains nus. Cela tourne généralement autour d’une dizaine d’euros de l’heure. Pour une quarantaine d’euros par mois (à raison d'une session par semaine) - soit un resto à deux -, il est ainsi possible de jouer dans un lieu couvert sur un terrain adéquat une fois par semaine. Et d’instaurer un véritable rythme dans sa pratique (mais c’est que vous allez devenir un·e expert·e, en plus !).
Le badminton peut également être pratiqué en extérieur : un filet, un espace de 13 x 6 mètres, peu de vent… et le tour est joué. Si la météo et votre lieu de vie vous le permettent, ce mode de jeu vous reviendra encore moins cher !

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

2 - Le squash

Autre sport qui peut être pratiqué sans passer par la case enseignement : le squash. Au début, vous allez sans doute vous chercher un peu, courir dans tous les sens et galérer lorsque la balle rebondit un peu trop près des coins de la salle… Mais, assez rapidement, vous allez prendre des repères et du plaisir dans le jeu. Le squash est un excellent sport pour bouger, se défouler et perdre pas mal de calories. Beaucoup de clubs proposent la location de terrains, généralement pour une dizaine d’euros de l’heure, là aussi. Renseignez-vous : il y a parfois des heures “creuses” - oui, comme pour la conso d’électricité -, lors desquelles les accès au terrain sont moins onéreux. Et puis, l’avantage, c’est que vous divisez le prix de la location par deux, avec votre équipier·ère… Une séance de squash par semaine, c’est donc une vingtaine d’euros par mois. Moins que deux séances de ciné !

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

3 - Le tennis

Bon, on l’admet, pour se faire plaisir au tennis, il faut un peu de temps car la maîtrise du geste est essentielle pour se laisser griser par le jeu. Mais, en commençant par des échanges modérés, peu à peu, vous gagnerez en habilité. Et si vous parvenez à glaner quelques conseils techniques auprès d’un·e pro ou d’amis - “je choisis l’appel à un ami, Jean-Pierre” -, rien ne dit que vous ne finirez pas par kiffer vous rendre sur les cours. D’ailleurs, la location du terrain, encore une fois en dehors de l’option forfaitaire proposée par les clubs avec l’encadrement, est très abordable. Comptez généralement entre huit et douze euros pour une heure. Les clubs ne sont d’ailleurs pas les seuls à louer leurs terrains : les municipalités en possèdent parfois et cela peut valoir le coup de passer un coup de fil à votre mairie ou à l’office de tourisme pour vous renseigner. Parfois, les cours de tennis municipaux sont gracieusement mis à disposition ! Petit conseil technique : si l’un des terrains possède un mur, cela vous permettra de progresser plus rapidement dans votre pratique. On n’est parfois jamais mieux servi que par soi-même...

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

4 - Le golf

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la pratique du golf n’est pas exclusivement réservée à une élite. D’ailleurs, de nombreux clubs proposent des journées d’initiation à destination de tout public, pour casser cette image d’inaccessibilité. “Aller taper des balles” est possible pour tout un chacun et plusieurs tutos sont consultables sur le net pour savoir comment profiter d’un entraînement au practise et soigner son swing. Généralement, les clubs vous proposent la location d’un seau de balles, qui en contient généralement une quarantaine. Comptez minimum quatre euros pour un seau. Au practise, la durée d’entraînement n’est cependant pas limitée et vous pouvez donc prendre votre temps pour peaufiner votre technique ! Si vous souhaitez aller plus loin et accéder aux parcours de golf, l’addition sera un peu plus salée car il vous faudra payer une cotisation annuelle. Mais, renseignez-vous, car celle-ci n’est pas toujours hors de prix. Elle peut vous donner accès de façon illimitée au green et propose parfois des tarifs en fonction de votre statut (étudiant·e, - de 18 ans…).

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

5 - L’escalade

Bon, on vous déconseille - surtout si vous débutez - de tenter l’escalade en pleine nature, à flanc de montagne, avec un équipement rudimentaire. Vous avez beau être motivé·e, en confiance et en pleine possession de vos moyens, tenter l’exploit à quelques centaines de mètres au-dessus du vide, sans trop d’expérience et à mains nues, n’est pas une bonne idée. Plutôt que d’aller vous mesurer à mère nature directement tel·le un·e grimpeur·euse de l’extrême, on vous conseille plutôt de vous diriger vers une salle ou une association qui propose ses murs (et ses prises !) en accès libre. En général, cet accès vous sera facturé une dizaine d’euros - à peine le prix d’un repas en fast food ! - , sans forcément de limite de temps. De quoi prendre vos marques et vous faire plaisir au fil des séances. Certaines salles pratiquent des tarifs préférentiels en fonction du nombre d’entrées et cela peut valoir le coup d’opter pour la carte de 10 (étalé sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, ça passe). Parfois même, il est possible de profiter de "happy hour" (non, l’idée n’est pas de boire, mais bien de consommer du sport). La location de chaussons est généralement peu exorbitante, elle peut même vous être offerte. Cadeau dans les chaussons.

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

6 - Le volley et beach volley

Autre sport qui peut vous coûter peu et vous rapporter gros en termes de plaisir et de dépense énergétique : le volley. Encore une fois, les clubs et les municipalités peuvent mettre à disposition leurs terrains pour des sommes relativement modestes, voire même gratuitement. À vous néanmoins de ne pas oublier le ballon. Et les ami·es. Renseignez-vous sur le web, auprès de votre mairie ou des offices de tourisme pour savoir s’il existe des terrains à proximité de chez vous. Même topo lors de la période estivale : il n’est pas rare que les collectivités mettent en place des terrains voire même des tournois de beach volley qui sont, la plupart du temps, en accès gratuit. Dans tous les cas, il ne vous coûtera pas cher d’imiter Jeanne et Serge (attention quand même aux réceptions genoux-coudes après les phases de planer).

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

7 - Le basket

Comme pour le volley, le basket est un sport tout à fait accessible pour celui ou celle qui ne roule pas sur l’or. Il n’est pas rare de voir des terrains en accès complètement gratuit en ville. Côté pécunier, mettre quelques paniers est donc plutôt intéressant. Mais comment ne pas tourner en rond si vous vous retrouvez seul·e sur le terrain ? Eh bien là encore, Internet est votre ami : la toile regorge de tutos, d’exercices et de plans d’entraînement pour progresser. Il vous reviendra cependant de prendre un peu de temps en amont de vos séances pour planifier ces exercices et vous bâtir un petit programme perso. Bon, on n’a aucune certitude sur le fait que vous adoptiez un jour le Teardrop de Tony Parker, mais il faut un début à tout. Et avec un peu de curiosité, de rigueur et de sueur, on parie que vous allez progresser. Et si, en plus, vous parvenez à fédérer vos ami·es autour du ballon orange et fixer un rendez-vous incontournable chaque semaine, le graal n’est plus très loin.

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

8 - La randonnée et plus si affinités

Vous voulez de la nature, du plein air, du panorama et des mollets galbés, le tout pour pas grand-chose ? Bon, pour le panorama, cela dépend quand même de votre lieu d’habitat, et pour le reste, il faudra sans doute parcourir quelques kilomètres… La marche ou la rando sont des sports qui nécessitent franchement peu de frais. Bon, allez, investissez quand même dans une bonne paire de chaussures histoire d’épargner vos petits petons, et en avant ! Avant vos sorties, jetez un coup d'œil aux chemins et sentiers, repérez vos itinéraires et les points d’intérêt. Une rando, ça s’or-ga-nise. Et il y a plein d’applications pour les amoureux·ses de la marche. Si vous n’êtes pas un·e adepte de la promenade en solo, des clubs et assos organisent des rendez-vous, avec des points de rencontre. Outre le fait de ne pas vous ruiner, la rando, ça peut aussi être l’occasion de faire des rencontres. La course à pied peut être une autre alternative : l’équipement n’est pas onéreux et il existe aujourd’hui un tas d’applications vous permettant de recueillir vos données de course, kilomètres parcourus, durée, itinéraire, dénivelé, calories dépensées, et d’établir de véritables plans d’entraînement... De quoi vous fixer des objectifs et vous prendre au jeu de les atteindre.

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

9 - le vélo

Vous avez envie de découvrir les joies du VTC, VTT ou du vélo route sans vous ruiner et sans investir dans un deux roues ? De nombreuses enseignes de location jalonnent le territoire et vous feront profiter de tarifs attractifs et de précieux conseils sur les itinéraires à emprunter et les sites à découvrir. Louer son deux roues offre la possibilité de bouger, de changer ses habitudes et d’arpenter de nouveaux lieux, sans la contrainte d’acheter un vélo et de l’emmener avec soi. Les locations de vélos “classiques” ne sont généralement pas très coûteuses. Sur les sites vallonnés, vous aurez également accès à la location de vélos électriques, qui vous apporteront une assistance lorsque ça grimpe un peu fort… De quoi tenir toute une journée et réellement découvrir un territoire. Pour un vélo électrique, comptez une vingtaine d’euros pour la demi-journée, et quinze de plus pour la journée entière. Pour découvrir certaines de nos régions par le biais du vélo, certains sites web, à l’instar de lavelomaritime.fr, vous donnent un tas de conseils (notamment où trouver des points d’accueil vélo), les sites à parcourir et vous orientent vers les enseignes de location. De quoi organiser des sorties assez inoubliables à moindre frais et d’avoir l’assurance d’utiliser un matériel entretenu.

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

10 - Les sports nautiques

Si vous avez la chance d’habiter près des littoraux, vous avez accès gratuit à un immense terrain de jeu maritime. Et quelques sports peuvent être pratiqués gratuitement, avec un matériel loué. Le longe-côte, à pratiquer seul·e ou à plusieurs, ne demande pas de gros investissements : une combinaison vous sera quand même utile, surtout si vous vivez dans la moitié nord de l’Hexagone ! Le stand-up paddle est également une discipline qui peut être pratiquée à moindre coût : comptez une dizaine d’euros pour une location d’une heure en club. Vous pouvez également trouver des particuliers qui louent leur équipement, cela pourrait vous revenir encore moins cher. Des sites de mise en contact existent et vous permettent de profiter du système D ! Si vous résidez loin des côtes, les piscines municipales affichent généralement des tarifs très raisonnables (si vous vous passez de l’option spa, et encore…) et vous donnent accès aux bassins sans limite de temps (évitez quand même de tomber dans les mêmes lignes d’eau que la classe de 30 élèves de 5e qui vient de débarquer).

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

Alors, si vous n’avez pas un PEL vous permettant d’opter pour les inscriptions en club, plusieurs sports restent quand même très accessibles et il vous est possible, en prenant les devants, de profiter d’équipements à moindre frais. N’hésitez pas à vous renseigner, à passer quelques coups de fil pour trouver les bons filons auprès des clubs, des assos et des collectivités. Beaucoup de sports peuvent être pratiqués pour pas très cher. N’oubliez pas, le système D est votre ami, et avec un peu d’imagination, vous pourrez vous dépenser sans compter.

Dix sports à pratiquer sans se ruiner

SYLVIA

RÉDACTRICE CONSEIL

Cavalière passionnée, runneuse à mes heures perdues (il y en a peu), je décline le sport à toutes les sauces et notamment dans mon métier, lié à l'écriture.~Journaliste sportive depuis une dizaine d'années, convaincue des bienfaits que peut nous apporter le sport, j'aime transmettre les bonnes informations en la matière et partager les conseils qui me sont offerts !

quelques coups de pouce pour s'y (re)mettre