SPORT ET DIABÈTE : QUELLE ACTIVITÉ CHOISIR ?

Quels sports favoriser pour quel type de diabète ? Quels bons gestes à adopter ? Découvrez nos conseils pour allier sport et diabète.

sport et diabete

Pour la plupart des sportifs et sportives, le sport est un moyen de se faire plaisir au quotidien tout en prenant soin de sa santé. Mais quand prendre soin de votre santé vous occupe déjà au quotidien, comment se passe le sport ? On se penche aujourd’hui sur l’activité sportive chez les diabétiques, une activité des plus bénéfiques. Alors quels éléments à considérer avant de prendre ou reprendre le sport, quelles sont les activités les plus adaptées au diabète de type 1 et de type 2, quels sont les bons réflexes et ceux à éviter ? On vous en parle.

Présentations et piqûre… de rappel

Des glucides à index glycémique bas : Riz basmati, flocons d’avoine, patates douces, lentilles, pois chiches, etc.

Des protéines animales : Viandes ba

Vous vous en doutez, notre envie, c’est de vous faire partager la joie du sport. Alors plutôt que de vous dire ce que vous devez faire ou pas et de parler de termes qui ne sont pas notre spécialité, nous sommes allés à la rencontre de Jean-Yves, grand sportif et membre du bureau de l’Association des Diabétiques de la Flandres maritime (A.D.F.M.) :

J’ai pratiqué le basket-ball, le handball et et water-polo plus jeune. J’ai développé un diabète de type 1, c’est à dire insulino-dépendant, à l’âge de 23 ans. J’ai continué le water-polo et le basket-ball, puis je suis passé au volley-ball. Aujourd’hui, je pratique le tir à l’arc.

Et dans cet article, nous allons parler des deux formes principales de diabète : le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Dans ces deux cas, le taux de sucre dans le sang (la glycémie) n’est plus régulé par l’insuline. A long terme, une glycémie trop élevée entraîne une détérioration des nerfs et des vaisseaux sanguins et donc de nombreuses complications.

Au quotidien, le contrôle du taux de sucre dans le sang se fait grâce à un lecteur de glycémie.

 

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune : les anticorps s’attaque au pancréas, l’organe qui produit l’insuline. On parle donc de diabète insulino-dépendant : le ou la diététique de type 1 doit s’injecter de l’insuline, soit à l’aide de seringues ou de stylo à insuline, soit automatiquement avec une pompe à insuline. L’important est donc d’avoir un apport en insuline en adéquation avec son alimentation et son activité physique, afin d’éviter l’hypoglycémie (un taux de sucre trop bas, qui peut entraîner une perte de connaissance).

 

Le diabète de type 2 est lui une maladie d’origine génétique et environnementale : le surpoids ou l’obésité, le manque d’activité physique, une alimentation riche en acides gras saturés entraînent une résistance de l’organisme à l’insuline. La prise de traitement se fait ici par voie orale.

Avant de commencer, comment s’organiser ?

Alors quand on découvre que l’on est diabétique et que l’on souhaite continuer le sport, ou inversement quand on veut se mettre au sport pour mieux équilibrer son diabète, quelles sont les bonnes démarches à mettre en place ?

Avant tout, il est important de bien respecter les trois piliers de l’équilibre diabétique : le régime alimentaire, la prise des médicaments et l’exercice sportif. Il faut aussi apprendre à écouter son corps, afin de bien reconnaître ses malaises et les signes annonciateurs qui peuvent changer au fil du temps. Le premier réflexe à adopter est d’avoir toujours sur soi du sucre ou un aliment sucré de façon à pouvoir se “resucrer” en cas d’hypoglycémie. D’ailleurs, en cas de malaise, dans le doute, on commence par prendre immédiatement de quoi se resucrer. A long terme, il est nécessaire d’avoir un suivi médical régulier : l’idéal est de trouver un bon médecin et de lui faire confiance. Et en cas de modification du suivi, lorsque l’on fait beaucoup de malaises ou beaucoup d’hyperglycémies, on consulte son spécialiste.”

Voilà déjà quelques habitudes qui permettent d’équilibrer plus facilement son diabète et donc d’être plus à l’aise au quotidien. Et le sport justement joue un rôle important : non seulement les muscles consomment beaucoup de glucose lors de l’exercice physique, mais le sport permet en plus d’augmenter la sensibilité du corps à l’insuline. L’activité physique apporte donc un double bénéfice : lors de la pratique et au quotidien. Pour le diabète de type 2 notamment, c’est une aide précieuse.

Quels sports pour le diabète insulino-dépendant ?

Et pour le sport en lui-même, qu’est-ce que ça donne ? On passe aux idées et aux sports à privilégier (ou à découvrir) pour les diabétiques de type 1 :

“Toutes les formes d’activités physiques et sportives peuvent être expérimentées par les diabétiques de type 1, mais la mise en place de certaines de ces formes de pratique présentent une réelle lourdeur : la plongée sous-marine, le deltaplane, l’ULM ou l’alpinisme par exemple. Je conseillerais aux diabétiques de type 1 de s’orienter si possible vers des sports plus “classiques” car les activités citées auparavant imposent la présence indispensable d’une aide extérieure. Pour le reste ?  Le basket, le volley, le handball, le football, l’athlétisme, la natation, le cyclisme... tous ces sports peuvent être pratiqués, comme tant d’autres, par les diabétiques.”

Vous avez compris, le but est de trouver un sport qui vous convient et de vous faire plaisir. Ensuite, l’important est d’adapter votre routine afin d’apporter à votre organisme les glucides nécessaires tout en surveillant votre glycémie :

“Les différentes formes d‘activités physiques ou sportives nécessitent pour les diabétiques de type 1 une mise en place très précise et un suivi très complet. En effet, la durée et l’intensité de l’effort ou des efforts investis vont imposer une conduite rigide pour prévenir la quantité de sucre disponible et devant être consommée afin de permettre l’effort. Plus l’effort sera long, plus les techniques de mise en place seront complexes. Par exemple, pour préparer et tenir tout un marathon, les adaptations seront plus délicates et plus techniques que pour une heure ou une heure trente minutes d’un sport très codifié ou bien de trente minutes de squash intensif.”

Et comme pour le sport en général, c’est aussi grâce à l’expérience que l’on progresse :



“Il faut préparer et prévoir les effets secondaires de ses activités mais en restant attentif à toutes ces précautions et à tous les conseils mis en place dans les ouvrages spécialisés. Notre propre expérience, notre propre vécu peut aussi nous permettre de mieux aborder l’effort sportif.”

Type 2

Comment on vous le disait plus haut, le diabète de type 2 dépend beaucoup de l’environnement : alimentation, mode de vie, activité physique, sédentarité… L’activité physique sous toutes ses formes va donc apporter un vrai bonus. En plus des bienfaits classiques du sport sur la santé, l’augmentation de la sensibilité de l’organisme à l’insuline grâce à l’activité physique permet de diminuer les symptômes du diabète de type 2 :


“Les formes d’activités physiques ou sportives nécessitent pour les diabétiques de type 2 une mise en place légèrement différente par rapport aux diabétiques de type 1. En effet, tous les sports qualifiés de sport d’endurance sont à privilégier : natation, cyclisme, marche à pieds...Les précautions à suivre sont aussi de rigueur mais il ne semble pas indispensable de mettre en place un apport de glucides supplémentaire pour une pratique ne dépassant pas une heure ou une heure trente.”


Évidemment, dans le cas d’un diabète de type 2, la mise en place d’une activité physique se fait souvent après la découverte de la maladie. Alors voici quelques conseils pour se mettre au sport sereinement au moment où votre mode de vie se voit modifié :

    - Trouvez un sport qui vous plaît, qui vous attire ou qui vous amuse : l’activité physique a pour but d’être un moment de bien-être, pas une contrainte supplémentaire.

    - Toutes les activités physiques sont bonnes à prendre : marchez ou prenez votre vélo, montez et descendez les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur ou l’escalator…

    - Commencez à votre rythme : un peu d’activité physique tous les jours (les fameuses 30 minutes d’exercices par jour !) est plus bénéfique qu’une grosse séance par semaine, surtout après les repas !

    - Et aussi, faites preuve de patience :


“Un résultat quel qu’il soit ne s’obtient pas en une heure ou en un jour de travail. Il faut toujours se souvenir que le sport comme tant d’autres activités est à prendre en compte dans un phénomène de durée ou de très longue durée.”

Et le moral alors ?

Maintenant que vous en savez davantage sur les bienfaits du sport face au diabète et sur les bons gestes pour adapter votre pratique, parlons du mental !

Eh oui : c’est un grand classique, mais l’activité physique a aussi un excellent effet sur l’esprit. Et au moment d’adapter son quotidien en fonction de sa santé, c’est un bonus non négligeable :

“Le sport est un facteur important de socialisation car il permet à tout âge de rencontrer d’autres personnes qui apprécient et qui pratiquent la même activité. C’est aussi une excellente manière de valoriser l’image que l’on a de soi : ce que l’on réussit, ou pas, au travers de la pratique sportive nous permet de nous comparer aux autres personnes qui ne sont pas diabétiques. Ca aide à acquérir une image positive de soi-même.”

Le bilan à la fin de la séance :

“C’est le plus important à retenir :  le sport reste, quel que soit le niveau de pratique, un des piliers de la recherche de l’équilibre chez les diabétiques, en liaison avec le régime alimentaire et le respect de la prise des médicaments. Les pratiques conseillées sont les sports d’endurance : marche, course, cyclisme, natation… Et les sports à éviter sont ceux où l’athlète se retrouve seul : plongée, escalade, alpinisme… Cependant, tous les sports sont accessibles aux diabétiques si l’équilibre est correct, la préparation adaptée et l’encadrement averti.”

Voilà quelques conseils pour conjuguer le sport et le diabète. N’hésitez pas à partager les vôtres et à nous faire part de votre expérience. Et pour aller plus loin, découvrez aussi notre article sur le sport adapté :