Faire une activité physique pour mieux vivre avec le diabète

On peut vivre avec le diabète et même faire une activité physique, c'est ce que Pierre-Alexis Garron, professeur d'activité physique adaptée de la Fédération Française sports pour tous, m'explique dans cet entretien.

Faire une activité physique pour mieux vivre avec le diabète

Avec Pierre-Alexis Garron, professeur d’APA (activité physique adaptée) nous allons comprendre l’impact de la pratique d’une activité physique lorsque l’on a du diabète de type 1 et de type 2. Découvrez également le témoignage de Christiane devenue pratiquante sportive régulière suite à son diabète, ainsi que Anis pour qui “le sport est comme une brosse à dent”, indispensable au quotidien.

Pierre-Alexis est un professionnel du sport et de la santé. Volleyeur pendant 15 ans, le sport l’a mené vers des études STAPS (sciences et technique des activités physiques et sportives). Sensible aux pathologies chroniques et convaincu des bienfaits de l’accompagnement par l’activité physique, cet enseignant d'activité physique adaptée est aujourd’hui coordinateur technique au Comité Régional Sports pour Tous Ile-de-France et référent sport santé. Y'a pas à dire, c'est un expert et je compte bien lui extirper toutes les infos nécessaires...

C’est quoi le diabète, comment ça se déclare ?

“Le diabète est une maladie silencieuse, il ne se lit pas sur le visage.”

Avant toute chose, j'ai besoin de comprendre. Pierre-Alexis m’explique, de manière globale, ce qu’est le diabète, il existe deux types de diabète : “les personnes atteintes du diabète de type 1 sont insulino dépendantes. Le pancréas ne créé plus ou quasi plus suffisamment d'insuline, ils possèdent une pompe qui leur envoie de l’insuline régulièrement ou se l’injecte par piqûre. Cela se déclare à n’importe quel âge pendant la croissance.
Le diabète de type 2 se déclenche principalement après 40 ans et la fréquence de ce diabète augmente avec l'âge. C’est l’alimentation déséquilibrée, l’hérédité et le manque d’activité physique qui le favorisent. De plus en plus, on observe quand même ce type de diabète chez les jeunes qui ont une alimentation trop riche et qui sont sédentaires. Un autre problème de santé peut aussi venir dérégler un diabète en sommeil depuis des années. Cela se régule avec une alimentation plus équilibrée, des médicaments et de l’activité physique.

Pierre-Alexis me précise les complications du diabète : “ On observe une perte de sensation des extrémités du corps avec la montée de glycémie. Cela peut même troubler la vue. La circulation du sang est altérée, c’est pourquoi, les personnes diabétiques doivent prendre soin de leurs pieds. C’est une maladie qui ne se soigne pas, il faut apprendre à vivre avec.

Le professeur d'activité physique adaptée met également en garde sur les idées reçues sur la maladie : “Quand on dit diabète : on voit des personnes âgées ou en surpoids, non ! On peut avoir une hygiène de vie saine et avoir du diabète, il faut surveiller l’hérédité. Le choc psychologique peut aussi être un élément déclencheur des deux diabètes. C’est une maladie qui peut être en sommeil.

Activité physique adaptée et diabète : quels sont les intérêts ?

L’intérêt ? C’est la santé. 

C’est aussi une histoire de physiologie, la pratique d’une activité physique permet de réguler de manière naturelle la glycémie. Pierre-Alexis précise : “L’activité physique réduit les risques de pic d’hypo ou d’hyperglycémie. Cela augmente l’efficacité de l’insuline. 48 h après, l’effet de l’activité physique peut être encore présent. Sur le long terme, cela réduit les risques de complications dus au diabète.

Bouger favorise aussi la lutte contre d’autres problèmes de santé souvent associés au diabète. Cela participe à la réduction de l’hypertension et offre une meilleure circulation du sang. C’est pourquoi, quelle que soit votre condition physique, votre âge et le type de diabète, la pratique d’une activité physique régulière encadrée est une alliée de taille pour apprendre à vivre avec le diabète.

Podcast conseils de sportifs·ves

#29/2 Sport et diabète - On partage les expériences et les bénéfices à la pratique !

Dans cet épisode, Aurélie nous parle de son parcours sportif, de ses victoires et Mathilde, nous liste tous les bénéfices qu'à la pratique sportive sur le diabète.
J'espère que vous trouverez les réponses à vos questions, je vous souhaite une belle écoute !

Activité physique : quels sont les risques et les recommandations lorsque l'on est diabètique ?

Où en est le taux de glycémie ?

Pierre-Alexis préconise le test de glycémie avant et après la pratique. Le lecteur de glycémie est l’outil qui pique le doigts pour analyser le sang et savoir si la personne est en hyper ou hypoglycémie. Le freestyleLibre est un appareil permettant, par le biais d’un patch placé sur l'épaule et doté d’une sonde, de mesurer la glycémie sans avoir recours à une piqûre. Cela permet au patient
diabétique d’adapter au mieux son effort lors de la pratique sportive.

Le professeur d’APA sensibilise également sur le suivi alimentaire, outil clef lorsque l’on est diabétique : “L'équilibre alimentaire fonctionne avec tout le monde. Il vaut mieux au début être accompagné·e par un·e diététicien·ne. Je conseille aussi de rester attentif·ve aux signaux que le corps envoie pendant la pratique et toujours avoir de quoi se resucrer, toujours avoir le traitement avec soi.

Quelle est la meilleure activité physique contre le diabète ?

Bougez 30 minutes par jour

Au fur et à mesure de notre entretien, je comprends qu’il n’y a pas d’activité physique meilleure qu’une autre lorsque l’on a du diabète. L’important est de se mettre en mouvement, de prendre plaisir et de comprendre les bienfaits que l’activité physique procure au corps et principalement l’effet que cela génère sur le taux de glycémie. Avec ses élèves Pierre-Alexis varie les activités, il les emmène faire de la marche nordique pour travailler le cœur, il peut faire des séances de renforcement musculaire avec des élastiques, des séances de détente et d’étirements. Il préconise une activité physique régulière et adaptée à sa condition physique, minimum 30 minutes chaque jour.

Activité physique : prévention et traitement du diabète

Diabètaction

 La Fédération Française Sports pour Tous propose un programme sportif adapté afin d'accompagner les 3 millions de français et de françaises touché·es par le
diabète.

Nos témoignages

Découvrez le témoignage de Christiane et Anis, tous deux diabétiques depuis 20 ans, l’une à 72 ans et ne connaissait pas le sport, l’autre en a 46 et a fait du sport, sa passion, son travail et son traitement.

Christiane, 72 ans 

J’avoue avoir commencé le sport au moment où j’ai appris que j’avais un diabète de type 2. J’étais suivie tous les 6 mois pour ça, car dans ma famille, il est présent. Il a fait son apparition juste après la ménopause, avec de l’hypertension et du cholestérol.
C’est à la maison du diabète, après un petit quizz très ludique sur l’alimentation que j’ai pris conscience de mes mauvaises habitudes, non pas seulement dans l’assiette mais dès la préparation en cuisine.
En plus de l’alimentation, la maison du diabète m’a sensibilisée à l’activité physique en proposant différentes séances de sport avec un professeur d’APA. Mais c’est après une cure de 3 semaines à l'hôpital, dont le but était de retrouver mon poids de forme et réduire le diabète, que j’ai vraiment compris l’intérêt du sport pour mon physique et pour ma santé. Personnellement, le sport ne fait pas baisser mon taux de glycémie mais il maintient mon poids stable.