Ces athlètes qui ont donné leur nom à des gestes sportifs

Ces athlètes qui ont donné leur nom à des gestes sportifs

Certain·es athlètes ont révolutionné la pratique de leur discipline, au point que l’on attribue leur nom à certains gestes techniques bien précis. Dick Fosbury, disparu le 12 mars 2023, en fait partie.

Si Dick Fosbury n’était pas le premier à user de cette technique et semble s’être inspiré de l’athlète Debbie Brill, c’est pourtant bien en 1968, en compétition internationale, que l’athlète fait entrer le “Fosbury-flop” dans le lexique du saut en hauteur. Dick Fosbury passe la barre de saut en hauteur sur le dos, et grave ainsi à jamais son nom dans l’histoire de la discipline.

Athlétisme : le Brill-bend

Sans Debbie Brill et Bruce Quande, pas de Fosbury-flop. En effet, avant Dick Fosbury, ce sont Debbie Brill et Bruce Quande qui ont testé sur le terrain le passage de la barre de saut en hauteur sur le dos. La technique de Debbie Brill, élaborée dès 1965 et nommée Brill-bend, aurait ainsi inspiré Dick Fosbury et son Fosbury-flop.

Football : la Madjer et la Panenka 

Le joueur algérien Rabah Madjer donne son nom à la Madjer, un but effectué d’une talonnade, en finale de C1 (ndlr : la Ligue des Champions de l'UEFA), en 1987. Quant à la Panenka, elle nous vient tout droit du joueur international tchécoslovaque Antonín Panenka qui, en 1976, lors de la finale de la coupe d’Europe des Nations, choisit d’effectuer une frappe molle en cloche vers le centre du but, au lieu du tir agressif usuel. Un choix risqué, mais qui a porté ses fruits, puisque celui-ci offre la victoire à la Tchécoslovaquie.

Golf : le grip Vardon 

Le “grip Vardon”, cette façon de tenir son club de golf, petit doigt de la main droite au-dessus du premier doigt de la main gauche, vient du golfeur Harry Vardon, golfeur britannique emblématique du XXe siècle.

Gymnastique : les cercles Thomas et le flip Korbut 

Au cheval d’arçons comme au sol, les cercles Thomas constituent une figure impressionnante : les mains au sol ou sur les arçons selon l’agrès choisi, le gymnaste effectue une rotation autour de l’agrès, jambes écartées. Les cercles Thomas tiennent leur nom de Kurt Thomas, un gymnaste américain également à l’origine du “salto Thomas”, une figure interdite en gym féminine en raison de sa dangerosité. Elle aura notamment valu à Elena Mukhina sa paralysie, en 1980.

Toujours dans le registre des sauts, le flip Korbut vient de la gymnaste soviétique Olga Korbut, qui le réalise aux Jeux Olympiques de Munich en 1972. Le Korbut flip consiste en un flip arrière sur poutre ou barres asymétriques. Sur poutre, la gymnaste commence debout sur l’agrès et entame un flip arrière avec réception sur les mains, pieds de part et d’autres de la poutre. Sur barres asymétriques, l’athlète commence debout sur la barre haute, ce qui lui vaut une sortie du code de pointage des épreuves de gymnastique, car jugé bien trop à risque. Surnommée “The Darling of Munich”, Olga Korbut attire l’attention de l’Occident par son talent quand, sur fond de Guerre Froide, le dialogue entre les deux blocs semble rompu. Le gouvernement soviétique voit en la jeune gymnaste l’opportunité de changer le regard du monde sur sa jeunesse, et propulse Olga Korbut au devant de sa propagande, au point que l’on retrouve la gymnaste… sur des timbres et des affiches de l’époque. Propagande mise à part, cette figure révolutionne alors le monde de la gymnastique et introduit une technicité certaine dans la discipline, jusqu’alors très proche de la danse.

Une femme effectue un flip arrière

Handball : le Schwenker 

Ce geste nous vient de l’Allemand Hinrich Schwenker, alors que le handball se jouait encore à 11 contre 11. Il consiste en un saut suivi d’un tir feinté, avant que l’attaquant, lâchant le ballon durant son saut, ne pose un dribble, déconcertant par là-même les défenseurs face à lui.

Patinage artistique : l’Axel

Le Norvégien Axel Paulsen démocratise cette figure en 1882. Dans un Axel, le patineur effectue un tour et demi sur lui-même en un saut. Depuis, la figure a connu quelques évolutions, et les adeptes de la discipline multiplient les Axel à la suite, effectuant ainsi des doubles, voire triples Axel. Fun fact, lorsqu’il réalise cette figure en 1882, Axel Paulsen porte alors des patins de vitesse, et non les patins artistiques désormais utilisés.

Voilà de quoi ponctuer vos soirées d’anecdotes sportives ! On vous déconseille toutefois d’illustrer celles-ci d’un flip Korbut ou d’un triple Axel sans entrainement rigoureux au préalable…

autrice de l'article

Val

Journaliste - rédactrice web

Journaliste société, passionnée de réseaux sociaux (la Twitter fever, tu connais) et de sport. À mes heures perdues, on me retrouve sur une barre de pole dance ou sous la barre de hip thrust, ça dépend des jours.

De la même autrice :

illustration d'une femme qui se regarde dans le miroir

Les 4 conseils de Baptiste Beaulieu pour aimer son corps

Baptiste Beaulieu, médecin généraliste et auteur de l’album “Les gens sont beaux”, nous donne les clés d’un rapport plus apaisé à notre corps.
Selfie sportif : pur narcissisme ou levier du body positivisme ?

Selfie sportif : pur narcissisme ou levier du body positivisme ?

Pour immortaliser les efforts fournis ou propager sa motivation sur les réseaux sociaux, le selfie sportif revêt de nombreuses fonctions !
Béatrice Barbusse : parcours d’une féministe en milieu sportif

Béatrice Barbusse : l'engagement égalitaire en milieu sportif

Sociologue et vice-présidente déléguée de la Fédération française de handball, Béatrice Barbusse répond à nos questions !
une femme qui sort de son lit

Il se passe quoi dans notre cerveau quand on procrastine ?

Pourquoi notre cerveau est-il aussi récalcitrant face à l’effort, et nous pousse à procrastiner ?