Ménopause et perte de poids : comment y arriver ?

Arrive l’heure de la ménopause… Et, il faut le dire, l’arrêt des menstruations peut avoir des conséquences sur la balance. Comment faire face à la prise de poids en ménopause ? Vous êtes au bon endroit ! 

Ménopause et Perte de Poids : comment y arriver ?

La vie du corps d’une femme n’est pas un long fleuve tranquille… De grands changements hormonaux surviennent, obligeant les organismes à s’adapter. Parmi ces étapes, celle de la fin des cycles menstruels est l’une des plus délicates.

La prise de poids en cette période de ménopause est un vrai sujet, car ses impacts sur la qualité de vie peuvent rendre cette période difficile à passer. Pour en faire le tour, trois expertes sur le sujet ont accepté de répondre à nos questions (et on les remercie !) :

● Docteur Laurence Bernadet Vaksmann, gynécologue, au micro de Sandrine du podcast Les conseils de sportif·ves ;
● Docteur Béatrice De Reynal, nutritionniste et fondatrice de NutriMarketing ;
● Nastasia Robert Tissot, sage-femme libérale.

Pour savoir comment perdre 10 kilos à la ménopause, ou quand s’arrête cette prise de poids, Laurence, Béatrice et Nastasia nous aident à comprendre cette période de vie particulière. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à autant de changements à venir !

Comprendre quels sont les changements du corps à la ménopause et périménopause

Béatrice de Reynal, docteur en nutrition, introduit le sujet en rappelant : « La femme a un cycle hormonal original comparé à un homme. Il apparaît lors de la puberté et se termine lors de la ménopause, mais ces deux périodes ne sont pas fixes chez les femmes. » Autrement dit : tout comme les règles peuvent apparaître très tôt chez certaines et plus tardivement chez d’autres, la ménopause n’arrive pas au même moment. « Une ménopause précoce peut apparaître dès 42 ans, tandis qu’une ménopause classique arrive généralement entre 48 et 50 ans. Ça n’est pas parce qu’une femme est réglée tôt que sa ménopause sera précoce et inversement. »

Nos trois expertes sont unanimes sur sa définition : il s’agit d’une absence de règles constatée pendant un an et liée à l’arrêt du fonctionnement de l’ovaire. Jusque là, c’est facile… Mais ce qui l’est moins, c’est la période de périménopause qui précède. 

Laurence Bernadet Vaksmann, gynécologue, nous explique : « C’est une période qui se caractérise par l’irrégularité de tout. Pendant cette période, les cycles de règles varient : ils se raccourcissent, s’allongent, deviennent irréguliers. Les règles peuvent être plus ou moins abondantes, s’arrêter quelques mois puis redevenir hémorragiques d’un coup. Tous les signes de la ménopause peuvent apparaître et disparaître. » 

Nastasia Robert Tissot apporte une précision importante : « Si la ménopause marque l’arrêt de l’activité ovarienne, lors de la phase de préménopause, les femmes sont encore fertiles. La contraception doit donc être maintenue. »

Bouffée de chaleur, rétention d'eau… qu’est-ce qui change à la ménopause ?

Le système hormonal !
Pour bien comprendre les effets de la ménopause sur le corps, il faut s’intéresser à ce qui se passe au niveau hormonal durant cette période. Béatrice nous l’explique schématiquement « Dans un cycle hormonal classique, l’hypophyse située dans le cerveau envoie un signal à l’ovaire. En réponse, celui-ci va sécréter une hormone, qui retourne un message au cerveau pour lui dire tout est bon. Il y a toujours un feedback au cerveau, sauf qu’en périménopause, il y a un problème dans le feedback. »
Et voilà comment ça commence…

Nastasia continue en expliquant les changements hormonaux : « Vous avez moins d'œstrogènes et moins de progestérones dans votre corps. Donc la testostérone, que même les femmes vont sécréter, va être en force par rapport au climat hormonal féminin “normal”. D’où une répartition des graisses différentes. On en aura plus dans le ventre. »
Les modifications corporelles sont quasiment inévitables. Voici les effets de la ménopause sur le corps et au niveau psychique, recensés par nos trois expertes :
● redistribution des graisses, surtout au niveau du ventre où apparaît un petit bidon ;
● ballonnements ;
● bouffées de chaleur ;
● relâchement du périnée ;
● perte d’attention
● tendance dépressive ;
● sautes d'humeur ;
● irritabilité ;
● fonte musculaire ;
● effets du vieillissement (douleurs articulaires, ligamentaires, troubles du sommeil, fatigue, pertes de mémoire, troubles urinaires) ;
● amincissement de la peau, fragilisée, qui peut entraîner des douleurs lors des rapports sexuels ;
● atrophie vulvaire et sécheresse vaginale (qui perdurent après la ménopause) ;
● déséquilibre de la flore vaginale ;
● poils et cheveux abîmés ;
● augmentation de la masse grasse ;
● diminution de la masse maigre… d’où cette fameuse prise de poids.

Comme le dit justement Nastasia « Les femmes ont le droit d’être déprimées ou d'avoir des sautes d'humeur face à tous ces effets. Certains d’entre eux sont aussi liés au changement de rythme de vie qui se produit à cet âge : les enfants qui quittent la maison, la flemme d’aller au sport s’installe à cause de la fatigue, etc. On en parle très peu et cette période de transition a tendance à être invisibilisée, alors même qu’elle représente un phénomène naturel complexe. Symboliquement, ça marque le fait que les femmes ne peuvent plus avoir d’enfant et pour certaines, c’est difficile à vivre. »
Si la liste est longue et déprimante, Nastasia nous rassure « Il existe des alternatives pour pallier ses nombreux effets. Le tout est de trouver un nouvel équilibre, un nouveau mode de vie et d’en parler à des spécialistes qui peuvent vous aider à le trouver. »

Ménopause et Perte de Poids : comment y arriver ?

Savoir pourquoi ménopause et perte de poids, c’est compliqué

Pourquoi la ménopause fait-elle grossir ?

Au-delà de la nouvelle répartition des graisses, Béatrice nous explique aussi que la prise de poids peut être liée à l’anxiété. « Lorsqu’on est anxieuse, on peut avoir tendance à augmenter sa prise de sucre ou sa consommation d’alcool, ce qui entraîne inévitablement une prise de poids. » 

L’âge entre en jeu également. Béatrice nous explique que « la prise de poids liée à l’âge devrait être de un kilo tous les 10 ans depuis le poids de forme à 20-23 ans. Or à la ménopause, la prise de poids peut être supérieure. C’est seulement ensuite, en fin de vie, que le corps a tendance à maigrir. »

Le métabolisme de base est aussi impliqué dans la prise de poids, car il se réduit avec l’âge et avec la diminution de l’activité physique. « Quand le métabolisme de base diminue, la fatigabilité augmente. Et parce qu’on a moins d’énergie, on peut vite perdre nos habitudes de vie, comme celle d’aller se dépenser après le travail. D’où l’intérêt de commencer le sport le plus tôt possible pour ne pas devoir s’y mettre à ce moment-là. De manière générale, sans forcément parler de sport, toute activité physique quotidienne est donc bonne à prendre. Quand vous marchez activement pendant une demi-heure, votre métabolisme de base augmente dans les 6 heures qui suivent votre pratique. Il est donc préférable de marcher une demi-heure tous les jours plutôt que 2 ou 3 heures le week-end, et ce pour rechercher une dépense énergétique quotidienne. »

À ce propos, Laurence ajoute que « les femmes peuvent perdre jusqu’à 30 % de muscles à cette période. C’est énorme, car c’est le muscle qui brûle le plus de calories. » C’est ainsi que dans la balance calorique, à modes de vie égaux avant et après ménopause, les apports deviennent supérieurs aux dépenses. La diminution de la dépense explique la prise de poids. « Ça n’est pas uniquement le régime alimentaire, car il n’empêchera pas le trouble de répartition des graisses sur le ventre. Il faut garder des muscles pour continuer de brûler des calories. D’où l’importance du sport en prévention de la ménopause. »  
Nastasia résume en disant : « La prise de poids est multifactorielle. Il y a la répartition des graisses que l’on a plus de mal à éliminer, notamment avec l’âge. Le ballonnement est effectif et se voit face au miroir, jouant aussi sur le moral. En cas de déprime, on peut avoir tendance à manger moins bien, à dormir mal, etc. C’est un tout. »

Quand s’arrête la prise de poids après la ménopause ?

Si le tableau décrit peut en effrayer certaines (comme moi !), sachez que cette phase de vie est très variable d’une femme à l’autre. La périménopause, durant laquelle la prise de poids démarre, peut débuter 2 à 7 ans, avant, et durer jusqu’à un an après la ménopause constatée (soit deux ans après l’arrêt des règles). « Certaines femmes ont très peu de symptômes et d’autres beaucoup. Aucun facteur n’explique ces différences interindividuelles. Une grande notion d’hérédité existe quand même, et le facteur tabagique peut rendre précoce la ménopause. », précise Nastasia.
La prise de poids n’échappe pas à cette inégalité de traitement. Nastasia ajoute que l’Indice de Masse Corporelle (IMC), directement lié au poids sur la balance, augmente pour une bonne moitié des femmes lors de l’arrêt des règles. Toutes ne sont pas amenées à prendre 10 kilos en ménopause.
« De manière globale, les signes avant-coureurs s’arrêtent jusqu’à un an après la ménopause avérée. Mais pour le poids, c’est quelque chose à travailler au long cours. Si l’on relâche tous ces efforts, la prise de poids se poursuivra. »
Pour Béatrice, le mental joue aussi son rôle : « Si vous êtes persuadée de prendre du poids à la ménopause, alors vous en prendrez ! C'est comme quand on arrête de fumer et qu’on se dit qu’on va grossir. Il est possible de se préparer mentalement à ne pas prendre de poids. Après, il y a aussi l’empreinte génétique de nos deux parents qui impacte, dès les 1 000 premiers jours de vie d’un enfant, sa prise de poids. On ne naît pas égaux sur le sujet. »

Agir pour savoir comment perdre 10 kilos à la ménopause

Pour éviter ou se débarrasser de ses kilos encombrants et maigrir vite, Laurence, Béatrice et Nastasia évoquent les trois principaux leviers :
► Pratiquer une activité physique
► Privilégier les repas sains
► Dormir plus longtemps et à heure régulière

Le sport peut-il aider à perdre du poids lors de la ménopause ?

Pour augmenter sa dépense énergétique, pour diminuer les troubles de l’attention, ou pour garder le moral, les raisons de pratiquer du sport sont nombreuses. Nos trois expertes sont unanimes sur le fait de faire, avant tout, une activité physique de plaisir.
Laurence, gynécologue, alerte les femmes qui souhaitent reprendre une activité physique lors de la ménopause. « Avec les changements hormonaux, les femmes ne sont plus protégées du point de vue cardio-vasculaire. Cela augmente le risque d’infarctus et c’est pour cette raison que l’on demande de consulter un cardiologue avant la reprise. Et ce afin de réaliser un test d’effort. »
Quant au choix de l’activité, Béatrice, nutritionniste, souligne un point important. « Il ne s’agit pas forcément d’une activité intensive, comme la course à pied. On conseille une activité plus douce, plus calme, comme la gymnastique, la natation, le vélo ou même le tir à l’arc. Ce qui est impératif, c’est de se reconnecter au corps. »
Cela passe aussi par le regard que l’on porte sur nous-même. On ne prend pas suffisamment de temps. Et passé 70 ans… on se regarde de moins en moins. « Or il est important d’avoir conscience de son corps. Le sport, ça permet aux pratiquants·es de se reconnecter avec leur corps et pour surveiller son poids de corps, c’est important. »
Pour Laurence : « Tout est bon tant qu’on bouge et qu’on augmente progressivement son effort pour mobiliser son système cardio-vasculaire. On est très fatigables lors de la ménopause. Pour rester motivée, il est important de trouver une activité de plaisir d’autant plus, qu’il est recommandé de la pratiquer régulièrement. Mieux vaut trois séances de 30 minutes par semaine qu’une séance de 2 heures. L’activité physique permet de diminuer les effets de la ménopause. »

Quelle alimentation adopter en ménopause ?

Pour Nastasia, sage-femme libérale : « Il est recommandé d’éviter le tabac, le café, l’alcool et le sucre. »
Laurence donne un repère qui va bien dans ce sens : « un verre de vin, au niveau calorique, est équivalent à une part de tarte. Les principales règles d’hygiène alimentaire sont :
● diminuer la consommation d’alcool ;
● stopper le tabac ;
● éviter les régimes qui ne servent à rien ;
● augmenter la quantité de féculents s’il y a une pratique d'exercices physiques ;
● éviter les aliments riches en graisses et en sucre ;
● privilégier les légumes verts et les protéines ;
● prendre de la vitamine D. 


Toutes ces règles contribuent à diminuer le risque de maladies cardio-vasculaires.
» 

Béatrice recommande « un régime alimentaire équilibré. Il ne s’agit pas de se priver d’oléagineux, de légumineuses, de pain complet ou de produits laitiers dont l’organisme a besoin. Lors de la ménopause, la fuite de calcium est plus importante et le risque d’ostéoporose est réel si l’on ne compense pas cette perte au niveau alimentaire. Si le lait est mal digéré, il faut remplacer ce produit laitier par un autre comme le fromage. Au niveau des aliments à éviter, attention au soja qui contient une molécule mimétique de type phyto-oestrogène perturbant soit le traitement de la ménopause, soit la ménopause tout court. »

Ménopause et Perte de Poids : comment y arriver ?

Qui peut m'aider à savoir comment maigrir à la ménopause ?

Pour perdre 10 kilos lors de la ménopause, il est impératif d’être accompagnée, selon Béatrice, nutritionniste. « Il vaut mieux passer par un diététicien, diplômé d’État, qui est un vrai technicien en nutrition. En lui expliquant votre cas, il vous aidera à préserver vos habitudes de vie, ce qui est primordial à prendre en compte. 10 kilos à perdre, c’est 10 mois de rééquilibrage alimentaire et 1 mois pour consolider le poids. L’idée est de ne pas faire régime, mais d’adapter son alimentation tout en tenant compte du mode de vie de la personne. »
Elle donne quelques conseils pratiques pour surveiller sa balance en cas de prise de poids :
● ne pas attendre de prendre 10 kilos pour réagir, mais agir plus tôt ;
● manger la même chose qu'avant, en plus petite quantité ;
● réduire les boissons sucrées et alcoolisées ;
● diminuer, voire éliminer les sucreries ;
● se limiter à une friture et une pâtisserie par semaine ;
● boire beaucoup d’eau. 

« Pour retrouver son poids, il faut se recentrer sur une alimentation saine. Privilégiez les aliments indispensables et laissez de côté les facultatifs : chips, cacahuètes, desserts sucrés type riz au lait, etc. »
Toutes les informations sur la nutrition de Béatrice De Reynal sont sur son blog Miammiam nutrition.  
De manière plus globale, Nastasia, sage-femme, recommande d’être suivie dans cette période de vie complexe. « Pour traiter l’ensemble de la ménopause, dont la prise de poids, il est important d’en parler à des spécialistes. Consultez votre médecin généraliste, votre gynécologue et votre sage-femme pour échanger sur vos problématiques et trouvez les alternatives qui vous conviendront. »

4 Réponses à vos questions sur la ménopause et la perte de poids

La ménopause fait-elle grossir la poitrine ?

De manière générale, la ménopause est une période qui peut contribuer à la prise de poids. La redistribution des graisses, suite à la diminution des taux d’oestrogènes et progestérones, donne un nouveau corps qu’il est important de se réapproprier. L’augmentation de la masse grasse dans l’ensemble du corps est avérée, avec une prédominance de la graisse dans la région abdominale. 

Existe-t-il un traitement hormonal pour la perte de poids ?

Le seul médicament qui existe est un traitement hormonal substitutif (THS) qui repose sur l’administration d’hormones. Il soigne les troubles liés à la ménopause et le risque d’ostéoporose, mais n’influe pas sur le poids. Comme tous les autres, il a des effets secondaires imposant un suivi régulier par les gynécologues qui ne peuvent pas prescrire ces THS à toutes les femmes.  
Il existe également des traitements non hormonaux, notamment pour les bouffées de chaleur (qui peuvent être handicapantes au quotidien) et pour les sécheresses vaginales.
Des compléments alimentaires peuvent être proposés contre l’ostéoporose, comme la vitamine C et la vitamine D.

Quels sont les remèdes de grand-mère pour maigrir à la ménopause ? 

Il n’y a pas de remède de grand-mère propre à la perte de poids pendant la ménopause, mais certaines pratiques comme l'acupuncture peuvent aider à passer cette étape de vie. Des compléments alimentaires de type huile de bourrache, huile d’onagre sont aussi intéressants pour pallier certains effets indésirables, mais ne contribuent pas directement à une perte de poids.

Pourquoi je perds du poids à la ménopause ?

Béatrice explique : « Si une perte de poids se fait ressentir à la ménopause, cela peut être expliqué par un régime alimentaire trop strict et/ou par une pratique physique excessive. Certaines femmes peuvent avoir tendance à se priver par peur de grossir. Pourtant, elles vont avoir tendance à réduire des choses essentielles pour leur organisme. On peut parfois constater des déséquilibres hydrominéraux causés par un mauvais retour veineux et lymphatique. Très concrètement, ça se caractérise par la rétention d'eau : le visage bouffi au réveil le matin et sec le soir avec des articulations plutôt gonflées. Cela peut s’expliquer par une prise de diurétiques, par exemple. »

Traiter du sujet de la ménopause et de la perte de poids est complexe, tant il y a de paramètres à prendre en compte. Trois expertes ont témoigné pour nous aider à mieux appréhender cette période d’arrêt des règles (et on les remercie sincèrement !) et rester en bonne santé :
● Docteur Laurence Bernadet Vaksmann, gynécologue, au micro de Sandrine du podcast Les conseils de sportif·ves ;
● Docteur Béatrice De Reynal, nutritionniste et fondatrice de NutriMarketing qui propose une lettre d’information concrète et condensée sur la nutrition, totalement indépendante et libre de toute attache ;
● Nastasia Robert Tissot, sage-femme libérale à Arras.

À travers leurs explications sur les effets de la périménopause et de la ménopause sur le corps et l’esprit, on comprend l’importance de prévenir par l’activité physique la prise de poids. Si la liste des impacts de la ménopause est longue, les différences interindividuelles sont toutes aussi nombreuses. On en parle peu, mais les aides existent et la libération de la parole sur le sujet est de mise. Et comme le dit si bien Nastasia : « La vie est belle malgré tout ! »

Ménopause et Perte de Poids : comment y arriver ?

Julie mascart

Rédactrice conseils

Ancienne conseillère technique sportive qui s’est lancée le défi de la reconversion en rédaction pour le Web. Pratiquante un jour, sportive toujours (avec un faible pour les activités artistiques, le yoga et les sports de nature) ! 

Ces articles vont vous plaire