Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel dans le froid et sous la pluie ?

Pas facile de trouver une fenêtre météo clémente pour sortir rouler quand il fait froid et qu'il pleut ? Suivez nos conseils pour savoir quelle tenue adopter pour rouler en gravel par tout temps !

Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel par tout temps ?

L'automne est bien installé et l'hiver frappe à la porte. Les températures baissent, les précipitations sont de plus en plus fréquentes, le jour se lève plus tard et la nuit tombe plus tôt. Pas facile de trouver une fenêtre météo clémente pour sortir rouler ! Pourtant, l'envie de sortir rouler sur votre vélo Gravel vous démange. Dès lors, comment s'habiller en vélo gravel pour affronter le froid et la pluie ?
Pour moi, c'est mon cinquième hiver d'affilé en tant que nomade à vélo. J'ai fait de nombreuses erreurs et j'en ai tiré des leçons. Pour être sûr de dormir au sec et sans avoir froid dans ma tente, le choix de ma tenue est primordial ! La clé pour ne pas avoir froid : rester sec !
Voici donc quelques astuces et conseils que je vous partage.

1. LA RÈGLE DES TROIS COUCHES : L'ARME FATALE

Quelle tenue adopter en vélo gravel lorsqu'il fait froid ? La réponse se trouve tout autant dans le choix et la qualité des produits, que dans leur nombre et leur superposition.
Il y a deux points cruciaux à comprendre pour choisir sa tenue gravel :

- Premier point : le meilleur isolant (notamment du froid), est l'air. C'est pourquoi, je dors sur un matelas gonflable, pour éviter que le froid du sol me vienne dans le dos.
- Deuxième point : c'est moi (mon corps) qui vais générer de la chaleur. Je ne compte plus sur le soleil, sur le vent ou tout élément extérieur pour m'apporter de la chaleur.

Une fois ces deux choses comprises, il est simple de comprendre comment je choisis ma tenue Gravel.

Pour le haut : une première couche proche du corps. Un vêtement technique en lycra, par exemple, qui permet de conserver la chaleur que produit mon corps, tout en étant suffisamment respirant vis à vis de la sueur. Personnellement, j'utilise un t-shirt mérinos en première couche, respirant, et chaud, qui a pour vertu de ne pas sentir mauvais, ce qui est important lorsqu'on a un(e) partenaire de tente.

La seconde couche est une couche épaisse, moins proche du corps. Elle permet de retenir l'air chaud que produit mon corps, formant une couche d'air chaude entre la première et la seconde couche.

Enfin, la troisième couche est celle qui va protéger cet environnement intérieur chaud de l'environnement extérieur froid : un coupe vent efficace. En cas de pluie, il est primordial que cette troisième couche soit très imperméable, tout en isolant du vent.

Avec cette technique, je n'ai jamais froid au corps. Il m'est arrivé de faire des descentes de col à -11°C sans avoir froid (au corps, je précise).

Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel par tout temps ?

2. PROTÉGER LES EXTRÉMITÉS DU CORPS POUR CONSERVER SA CHALEUR

C'est bien beau de protéger le haut du corps mais qu'en est-il du reste ?
Un autre enseignement très important pour comprendre le froid c'est que l'immense majorité de la chaleur que produit le corps, s'échappe par nos trois extrémités : les mains, les pieds et la tête.

De cela, découlent deux choses très utiles à savoir :
La première, c'est qu'il est quasiment inutile de se couvrir les jambes, sauf si vous êtes très frileux. En effet, je roule en short toute l'année, et ne mets du long que lorsqu'il pleut, avec un pantalon imperméable, pour éviter que l'eau ruisselle dans les chaussures.

La seconde, c'est que, tant que je mets un bonnet, des gants, des chaussettes chaudes avec des sur-chaussures, je conserve toujours l'immense majorité de la chaleur que je produis. C'est particulièrement intéressant en montée. Je sue souvent du dos, et si j'applique trois couches, je peux vite me retrouver noyé dans ma sueur, ce qui est fatal vis à vis du froid. En réalité, je roule souvent en t-shirt en montée, même par temps très froid, mais je garde mon bonnet, mes gants et mes sur-chaussures. Dans ce cas, il est très important de me rhabiller vite avant d'entamer la descente, car le corps ne produit pas de chaleur très longtemps lorsqu'on coupe l'effort. 

S'il pleut beaucoup, je veille à toujours garder les mains au même endroit sur le cintre de mon vélo. En effet, plus je change mes mains d'emplacement sur mon cintre, plus je vais récupérer de l'eau sur le cintre et mes gants vont rapidement s'imbiber. Garder mes mains au chaud et au sec c'est assurer un meilleur pilotage et donc, ma sécurité.

Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel par tout temps ?

3. ÉVITER À TOUT PRIX D'ÊTRE MOUILLÉ

Tout ce que j'ai dit avant fonctionne parfaitement, tant que l'on est sec. La priorité en Gravel est donc de veiller à ne pas être mouillé, sinon, tout le système mis en place sera inefficace.
Il y a 3 manières d'être mouillé :

Par en haut avec de la pluie ou de la neige. Pour éviter d'être mouillé, c'est très facile de s'équiper. La troisième couche que je porte est alors une veste imperméable, permettant de protéger mes deux couches intérieures. Elle a une capuche, qui permet de garder mon bonnet au sec également. Pour le bas, s'il se met à pleuvoir, je mets aussi un pantalon ainsi que des sur-chaussures imperméables. Dans le cas de précipitations vraiment intenses, je peux aussi rajouter des sur-gants imperméables.

De l'intérieur. Ça, c'est mon corps qui surchauffe et qui sue. C'est principalement le cas en montée. Là, pas de solution miracle, j'ai appris à maîtriser mon allure pour produire assez de chaleur pour ne pas avoir froid, mais pas trop pour ne pas finir trempé de sueur. J'ai une astuce cependant : les aérations que j'ai sur ma veste et mon pantalon de pluie permettent à l'air froid de venir tempérer un peu ma couche intérieure.

D'en bas. C'est le pire. C'est quand la chaussée est trempée, imbibée d'eau et que le pneu éjecte de l'eau partout. Non seulement, le sol est glissant et rend la pratique du vélo gravel plus technique, mais l'eau va progressivement s'infiltrer par capillarité dans les chaussures, qui vont vite finir trempées. En vélo gravel, c'est encore pire, car les pneus crantés recueillent encore plus d'eau au sol. Et là, c'est le drame. Contre ça, il y a trois solutions qui sont en plus compatibles entre elles :

- Les sur-chaussures imperméables, comme je l'ai déjà évoqué, mais il faut bien veiller à ce que le pantalon de pluie passe au-dessus de la sur-chaussure, sinon, l'eau ruisselle sur le pantalon, et finira par s'infiltrer dans la chaussure.

- J'utilise aussi des sacs plastiques, que je mets au-dessus de mes chaussettes, dans les chaussures, pour rajouter une couche imperméable de secours, qui en plus, coupe du vent. On peut faire pareil avec du papier aluminium posé sur le bout du pied, au dessus de la chaussette, ce qui permet de retenir énormément de chaleur dans les doigts de pieds. Cette solution n'est en revanche pas imperméable, mais tout à fait compatible avec les autres solutions, qui elles, le sont.

- Enfin, installer des garde-boue sur le vélo permet d'énormément limiter la quantité d'eau qui sera éjectée par le pneu sur le dos, les chaussures et le pantalon. Veillez cependant à choisir un garde-boue suffisamment espacé de votre pneu afin d'éviter que la boue vienne coller votre pneu à votre garde-boue, vous empêchant ainsi d'avancer. Vérifiez aussi que votre garde-boue soit également compatible avec votre porte-bagages si vous en disposez un sur votre vélo.

4. L'ENTRETIEN DES VÊTEMENTS IMPERMÉABLES

Maintenant que vous savez comment choisir votre tenue Gravel, la question de sa durabilité se pose. Référez-vous toujours aux étiquettes pour savoir comment laver vos vêtements. Pour ce qui est des tenues imperméables, il est important de ne jamais les laver à plus de 30°C, sinon, le textile perd ses vertus waterproof.
Pour en savoir plus, on vous détaille tout dans ce conseil : 

Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel par tout temps ?

Dans le cas du mérinos aussi, il faut être prudent. Le mérinos est un textile très sensible, il faut éviter de le laver à la main et à plus de 30°C, sinon, il risque de se trouer rapidement.

Tous ces éléments permettent de lutter contre le froid, repousser l'humidité et retarder le moment ou l'on finit réellement mouillé. Ils permettent de limiter la casse lors de sorties hivernales. Je n'ai pas encore trouvé de solution miracle, mais une chose est certaine : rouler dehors, par tout temps, c'est comme tout, ça s'apprend et ça se travaille. Avec ces quelques conseils j'espère que vous n'aurez plus à faire demi tour à mi-chemin pour écourter votre sortie gravel, peu importe le temps.

Quelle tenue pour pratiquer le vélo gravel par tout temps ?

MAXIMILIAN

Franco-allemand, fils d'expatriés, je me sens plus citoyen du monde qu'autre chose. La soif de découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures et de nouvelles langues, alliée à ma passion pour l'endurance et le dépassement de soi m'ont menés à me débarrasser de mon toit. Je suis donc nomade à vélo, en perpétuelle quête de nouveaux défis. Le vélo : ma liberté, que j'aimerais partager à tous celles et ceux qui n'osent pas franchir le cap.

ces conseils peuvent vous intéresser