veste de quart offshore 900

Comment éviter le mal de mer à bord d'un bateau ?

Que vous soyez débutant ou skipper professionnel, le mal de mer peut vous atteindre.

Le skipper Tanguy De Lamotte, qui participe Vendée Globe, nous a confié qu’il lui arrivait aussi d’être touché par cette pathologie. En effet, c’est un phénomène qui ne dépend absolument pas du niveau de pratique. Voici quelques astuces pour éviter que votre estomac ne vous joue des tours.

Le mal de mer... qu’est-ce que c’est ?

C’est une forme de mal des transports (cinétose) son nom scientifique est « naupathie ». ~Ce qu’il se passe quand vous n’êtes pas bien, c’est qu’il y a une disjonction entre ce que vous voyez et ce que vous ressentez. Votre corps bouge au rythme du bateau qui tangue, mais vos yeux ne voient que les éléments fixes du bateau, ce qui agit négativement sur votre oreille interne, causant les sueurs froides, vertiges, sensations de membres lourds et autres nausées que vous avez pu ressentir. 

La règle des 5 « f »

Cette règle assez connue par les marins, permet d’identifier les 5 facteurs principaux du mal de mer. La Fatigue, le Froid, la Faim, la Foif, la Frousse.

Pour respecter les 5F : une bonne nuit, une bonne veste de quart et salopette, une polaire chaude un bon repas, une bouteille d’eau et une sensation de bien-être avec un programme et des conditions adaptés à votre niveau, vous protègeront contre le mal de mer.

veste offshore bleu marine

Que faire pour anticiper le mal de mer ?

En attendant de « s’amariner » (que son organisme s’habitue à la navigation),   il y a quelques attitudes à adopter pour éviter les vertiges.

REGARDER LA MER

De la même manière qu’en voiture regarder la route soulage, regarder la mer quand on est sur le pont soulage. Voir les mouvements de l’eau permet à notre corps de synchroniser ce qu’il voit avec les sensations.


ÉVITER TOUT CE QUI PEUT FACILITER LES NAUSÉES

Les odeurs fortes comme le gazole ou la vision de personnes malades peut fortement impacter un début de nausée. Il en va de même avec la chaleur de la cabine. Il est donc conseillé de rester sur le pont, à l’air libre et frais, dès les premiers symptômes.

Rester actif concentrera votre attention sur autre chose que votre mal de mer...

Anticipez dès les premiers signes en prenant la barre.

ÊTRE DÉTENDU POUR ÉVITER LE MAL DE MER

Avant de partir naviguer, que ce soit pour une longue durée ou non, au préalable, le repos est essentiel. Privilégiez une bonne nuit de sommeil plutôt qu’une nuit courte pour limiter les risques. La fatigue et le stress sont des facteurs qui vont amplifier le mal de mer.

Et bien sur, plus on y pense, plus les effets se ressentent! Une fois à bord, soyez actif et occupez votre esprit à des tâches. Si vous pensez à la dernière fois que vous avez passé la tête par dessus bord, vous risquez de ressentir les mêmes sensations, de réitérer l’action.

Ce que l’on peut avaler pour éviter le mal de mer

Du jus de citron au chewing-gum en passant par le gingembre, il existe une multitude de petits remèdes à adapter aux goûts de chacun. Bon à savoir : la banane à le même goût dans un sens de passage, que dans l’autre...

Au delà des remèdes officieux, il existe des traitements pour lutter contre le mal de mer très recommandés pour les plaisanciers occasionnels. Les antiémétiques, antihistaminiques et autres patchs sont cependant à éviter pour les navigateurs réguliers à cause de leurs effets non désirés et nuisibles à la navigation des professionnels.

Certains kinésithérapeutes proposent des séances de 5 à 10 minutes contre le mal de mer (kiné vestibulaire).

Pour les médicaments, renseignez-vous auprès de votre médecin traitant, lui seul est à même de vous prescrire un traitement adapté.

Le matériel contre le mal de mer

Si vous n’êtes pas favorable à un traitement médical, sachez qu’il existe des produits d’équipement de voile qui peuvent limiter voire éviter les effets de la navigation sur votre organisme. Ces innovations comme des lunettes dont les montures intègrent du liquide bleu qui suit les mouvements du bateau qui tangue, permettent à votre oreille interne de s’adapter à la navigation. Il n’existe pas vraiment de méthode efficace pour prouver l’efficacité de ce type de produits.

Pour les sceptiques, un bon équipement permet de naviguer en de bonnes dispositions et c’est déjà un bon pas vers le bien-être donc un pas en arrière vers le mal de mer.

Ces articles vont vous plaire :

COMMENT LUTTER CONTRE LE MAL DE MER

COMMENT LUTTER CONTRE LE MAL DE MER

Peu importe votre niveau sur un bateau, que vous soyez novice ou expert, le skipper Tanguy De Lamotte participant au Vendée Globe, nous a avoué que parfois il était lui aussi atteint par cette maladie. Effectivement cette pathologie n’a aucune corrélation avec les performances du pratiquant. Ici nous vous expliquerons au travers de cet article quelques conseils vous expliquant comment naviguer sans souffrir des troubles du mal de mer.
SE PROTÉGER DU SOLEIL SUR UN BATEAU

SE PROTÉGER DU SOLEIL SUR UN BATEAU

Avec l’arrivée de l’été les balades en bateau sont de plus en plus nombreuses. Malgré ces circonstances paradisiaques, il faut être prévoyant surtout par rapport à votre protection solaire. À travers cet article, nous vous expliquerons les bons gestes afin de lutter contre les dangers des rayons UV.
naviguer en toute sécurité

COMMENT NAVIGUER CET ÉTÉ, EN TOUTE SÉCURITÉ?

La saison estivale est là, c’est le moment idéal pour prendre le large et vous évader loin des côtes ! Cependant entre équipement obligatoire, éléments de sécurité facultatifs et évolutions de la législation, il est parfois difficile de s’y retrouver. Retrouvez nos recommandations pour naviguer sereinement cet été !
Comment choisir ses lunettes de soleil pour la voile ?

Comment choisir ses lunettes de soleil pour la voile ?

Pour tout sport nautique, le choix d'une bonne paire de lunettes de soleil est primordial. Comment bien choisir ses verres, sa monture... ?
COMMENT CHOISIR SON GILET DE SAUVETAGE ?

COMMENT CHOISIR SON GILET DE SAUVETAGE ?

Il ne faut pas confondre gilet de sauvetage et gilet d’aide à la flottabilité.Ces derniers aident seulement à la flottabilité et nécessitent de savoir nager, tandis que les gilets de sauvetage permettent le retournement de la personne sur le dos, pour qu’elle puisse respirer si elle se retrouve inconsciente.