Présentation Maeva Brionna

Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Maëva Brionne et je suis des Côtes d’Armor en Bretagne.
Après 11 années dans la coiffure, sur un coup de tête et suite à la rencontre avec des personnes qui travaillent dans le transport, j’ai décidé de passer le permis poids lourds et de changer complètement de voie professionnelle. Je viens de commencer mon nouveau travail il y a une semaine, me voilà donc sur les routes : un changement de vie radical !

Comment as-tu découvert le billard ?

Il y avait ce bar qui venait d’ouvrir avec 5 tables de billard. J’y suis allée d’abord de temps en temps puis tous les midis. Des joueurs m’ont vu pratiquer et m’ont proposé de participer à un tournoi ouvert à tous. J’ai accepté, j’y suis donc allée et nous avons remporté la coupe deux années consécutives. En suite, j’étais en D1 puis en DN3. A partir de ce moment, j’ai décidé de m’inscrire à la Fédération Française de Billard et depuis j’y suis toujours.

pourquoi le blackball (billard anglais) ?

Pourquoi le blackball ? 

Je n’ai pas réellement choisi à vrai dire, le blackball est le billard que l’on peut trouver le plus couramment dans les lieux publics. C’est donc sur celui-ci que j’ai débuté et par logique, sur ce même billard anglais que je suis restée pour concourir  !
Pourquoi ne pas essayer le snooker ou le billard américain un jour… En revanche, je ne suis pas vraiment attirée par le billard français, je trouve qu’il n’y a pas assez d’évolution visuelle dans cette pratique pour me donner envie d’essayer un jour. 

Qu’est ce que le billard t’apporte dans ton quotidien ? 

Le billard m’a beaucoup apaisée. Si tu perds tes moyens lors d’une partie ou d’un entraînement ça ne fonctionnera pas, il faut savoir rester calme. Cette force que j’ai pu développer au billard, j’ai pu également l’appliquer dans ma vie de tous les jours.
Et puis le billard est une passion, ça m'anime tous les jours !
Mis à part ces deux aspects, j’ai pu aussi, à travers le billard, les tournois régionaux et nationaux, faire de belles rencontres.

Sport maeva brionne

Pratiques-tu d’autres sports ? 

Plus jeune , j’ai fait 8 ans de danse moderne jazz, puis 5 ans de badminton. J’ai beaucoup couru à une époque également et puis, suite à des blessures, je suis passée au vélo de route (je n’ai jamais essayé le VTT, je ne suis pas assez casse-cou pour ça!!). Sinon, je vais nager à la piscine l’hiver.

Tu t’entraines comment ? 

Actuellement c’est compliqué avec le boulot, mais sinon 3-4 fois par semaine. Pour ce qui est de la durée de mes entraînements, je n’ai rien de pré-défini, je m'arrête quand je sature. Parfois cela peut être après 1 heure comme un autre jour  après 3 heures. J’ai tendance (ok ce n’est pas très bien je sais) à faire des parties pour m'entraîner, il m’arrive de temps en temps de réaliser des exercices techniques comme le line-up (tu alignes toutes tes billes et tu vises dans la poche du fond, c’est un excellent exercice pour travailler sa visée). Mais j’ai davantage envie de jouer, les exercices m’agacent vite (rire) !

Palmarès Maeva Brionne

Ton palmarès ? 

J’ai réussi à être sélectionnée  aux Championnats de France en 2014, où j’ai fait 4ème féminine. L’année suivante, j’ai de nouveau réussi à me qualifier et cette fois-ci j’ai fait 3ème. Grâce à ce podium, j’ai pu me sélectionner en équipe au Championnat de France. 

As-tu un bon et un mauvais souvenir à nous partager ? 

Sans trop d’hésitation, mon meilleur souvenir au billard a été ma 3ème place aux France. Je m’étais dit l’année précédente qu’il fallait que j’y retourne et que je fasse mieux, défi réussis !

Un moins bon souvenir : lors d’une finale que j’ai perdue. J’étais menée 3-0, j’arrive finalement à remonter 3 - 3. Il ne reste plus que la bille noire à empocher pour remporter la partie. La noire se trouve proche de la poche du milieu et pour la rentrer il fallait la jouer “fine” (...). Je la joue tellement fine qu’elle avance mais s’arrête au bord de la poche. Mon adversaire n’avait plus qu’à la pousser pour la rentrer. Un coup dur après une telle remontée !

Conseil Maeva Brionne
Conseil Maeva Brionne

Quel conseil donnerais-tu aux femmes qui hésitent à se mettre au billard  ? 

La question que je leur poserais surtout c’est  : pourquoi n’oseraient-elles pas ? Il faut essayer, tout simplement, vous allez voir c’est un super sport ! 

Manon DEBAUD billard

Manon Debaud

Équipie communication, sport billard

Diplômée billard (français) d'argent, mordue de crosstraining et ancienne handballeuse.

Ces articles pourraient vous intéresser

Billard au féminin en entreprise

Témoignage de deux joueuses de billard en entreprise

Du billard au travail, et pourquoi pas ? Attention, concentration, précision, convivialité et partage... J’ai rencontré Anne-Justine et Sara, deux joueuses de billard en entreprise qui nous expliquent pourquoi elles adorent ça et pratiquent régulièrement.
Billard au féminin Valérie Savonet

BILLARD : VALÉRIE SAVONET, CHAMPIONNE DE LIGUE AUVERGNE-RHÔNES ALPES EN BLACKBALL EN 2019

Elle suscite un vrai intérêt pour le billard et ne compte pas s'arrêter là : “ ce que j’aime encore plus c’est pouvoir l’enseigner, transmettre cette passion.” Valérie nous révèle sa détermination pour ce sport.
Interview-jasmin-Ouschan-championne-billard-pool-americain

Jasmin Ouschan : "le billard m'apporte beaucoup"

« Ne vous inquiétez pas trop de ce que disent les autres, faites juste ce que vous aimez ! » Jasmine Ouschan : numéro 1 au classement mondial, 28 titres européens nous raconte son expérience du billard.
Billard au féminin Nathalie Rohmer

Nathalie, Vice-Championne d’Europe au Billard Américain

Le fruit d’un grand palmarès : la régularité.« A ma première compétition, j’ai perdu. C’est ce qui m’a donné la force de me mettre à l’entrainement pour pouvoir progresser ». Nathalie, nous raconte sa passion pour le billard.
Billard au féminin Clotilde Barbe

BILLARD : CLOTILDE BARBE, 2EME REGIONAL AU BLACKBALL

Passionnée et soucieuse de bien faire, Clotilde nous prouves que le billard n’est pas un sport stressant. « Cela m’aide beaucoup à me canaliser dans la vie de tous les jours ». Clotilde, nous raconte tout sur son sport.