La remorque vélo enfant pour randonner en famille

A partir de quel âge monter à bord ? Quel type de voyage est-il possible d'envisager ? Voici nos conseils pour partir dans les meilleures conditions

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

C'est la solution de transport la plus communément employée pour un bike trip en mode tribu. Polyvalentes, confortables et sécurisantes, les remorques pour vélo vous permettent de vivre vos rêves d'itinérance en compagnie de bébé. A partir de quel âge monter à bord ? Quel type de voyage est-il possible d'envisager avec ces cocons sur roues ? Voici nos conseils pour partir dans les meilleures conditions avec votre bambin dans une carriole. 

En bref :
Âge : de 9 mois à 6 ans environ
Usage : de la courte balade de proximité au tour du monde
Le + : un cocon à l’abri des intempéries
Le - : mode de transport passif, poids et inertie face au relief

A partir de quel âge monter à bord d'une remorque vélo ? 

Il est conseillé d’attendre 9 mois environ avant d’installer un enfant dans l’habitacle et de tracer la route à vélo en famille. Le petit passager disposera alors du tonus musculaire suffisant pour conserver seul la tête droite et maintenir une position assise consolidée évitant ainsi les risques de lésions, aux cervicales notamment.

Des accessoires, comme le hamac, l’insert ou la coque bébé, permettent toutefois un embarquement plus précoce. Mais la plupart des constructeurs de carrioles vélo recommandent de limiter l’utilisation de ces équipements additionnels au seul mode poussette. Si malgré tout vous faites le choix de les employer à vélo, il vous faudra résoudre le problème du port du casque, obligatoire jusqu'à l'âge de 12 ans, y compris à bord d'une remorque enfant. Or sur le marché, il n'existe pas de modèles homologués pour la pratique cycliste adaptés aux nourrissons. La taille minimale disponible étant de 44 cm de circonférence, un tour de tête généralement atteint entre 6 et 8 mois. 

Quelle carriole vélo choisir pour la rando ? 

Avec une remorque vélo, votre bébé ou enfant en bas age pourra vous accompagner dans tous vos projets d’échappée sur deux roues, de la balade de quelques heures à l’expédition prolongée sur plusieurs mois…  Bien sûr, il faudra choisir un modèle adapté à vos besoins. Les remorques vélo les plus basiques, sans suspension et dispositifs de confort sophistiqués, suffiront pour des balades ou de courtes randos de proximité sur terrain peu exigeant. Les plus haut de gamme, taillés pour l’endurance, permettront d’accumuler les kilomètres sans désagrément pour le petit passager. Grace à l'efficacité de leurs amortisseurs et à leur siège confortable, il pourra se laisser à des siestes paisibles comme dans un carrosse. En itinérance, un coffre ou des espaces de rangements volumineux faciliteront le transport de votre équipement et vous permettront de délester vos propres sacoches. 

Particulièrement polyvalentes, les remorques enfant montrent des aptitudes pour la grande itinérance, pour des vacances ou un week-end en mode slow tourisme, mais aussi pour les sorties à vélo du quotidien. Une fois de retour à la maison, votre carriole vous accompagnera sans rechigner dans vos petits déplacements à vélo en famille: coures, aller-retours jusqu’à la crèche ou l'école par exemple. Pour garantir des départs simples et spontané, il est toutefois préférable, dans ce dernier cas, de disposer d’un lieu pour stationner votre remorque non-pliée voire déjà attelée à votre vélo de tous les jours. 

Faut-il porter un casque à bord d'une remorque vélo enfant ? 

Comme on l'a déjà vu précédemment, depuis 2017, le code de la route stipule que le port du casque est obligatoire à vélo jusqu’à l'âge de 12 ans. Que l’enfant soit conducteur… ou passager. Certes, pas de mention explicite du termes « remorque ». Mais l’esprit du texte semble clair. 

Au-delà de l’aspect purement légal, le port du casque ne peut être que vivement recommandé pour d’évidentes raisons de sécurité.
Existe-t-il des modèles pour bébé ? Comme évoqué plus haut, rien en dessous de 44 cm de périmètre. Ce qui de fait exclu, du moins légalement, l'utilisation d'une remorque avec de très jeunes nourrissons (moins de 6 mois). A chacun de prendre ses responsabilités en la matière. 

Avant d'acheter un casque, mesurez le tour de tête de votre enfant avec un tête ruban et ciblez un modèle adapté à sa taille, ni trop petit, ni trop grand. Le casque doit respecter les normes européennes de sécurité en vigueur EN 1078 (ou EN 1077 si également homologué pour le ski). Accordez une attention particulière aux dispositifs de réglage (molettes et sangles). Ceux-ci doivent être intuitifs et faciles à utiliser. Autre point essentiel, le casque doit plaire au premier intéressé, votre enfant, qui dans le cas contraire risque de rechigner au moment de le coiffer ! 

L’habitacle d'une remorque vélo est-il confortable et sûr pour mon bébé ?

Oui et c’est précisément ce qui distingue les remorques enfant des autres dispositifs de transport, exposés à l’air libre. Ce cocon abritera bébé de la pluie, du vent, des rayons du soleil, des projections diverses et même des insectes grâce à la moustiquaire intégrée sur la plupart des modèles. Rassurez-vous, lorsque vous ruissèlerez sous l’averse, votre petit continuera, lui, de somnoler bien au sec ! 

De même, le fauteuil généralement muni de renforts matelassés, parfois inclinable, est conçu pour un confort optimal bien éloigné de la rigueur de votre selle de vélo !
Et en cas de chute ou même de retournement ? Répondant à la norme EN 15918, le châssis en acier, agira comme une ossature pour préserver l’intégrité du jeune passager. De même, le harnais, de préférence à 5 points, le maintiendra solidement attaché à son siège.  

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

Est-il possible de rouler sur les chemins avec une charrette pour vélo ?

Oui, avec la plupart des remorques enfant vous pourrez vous aventurer hors des routes goudronnées. Jusqu’à un certain point toutefois. Chemins carrossables, voies agricoles en bon état, pistes gravel bien entretenues pourront faire partie de votre terrain de jeu. En revanche, la situation risque de se corser sur terrains techniques, typés VTT. Single tracks tortueux et resserrés, surfaces dégradées, rocailleuses, glissantes sont à éviter. A la descente, en particulier.

Peut-on emporter beaucoup d’affaires à bord d'une remorque vélo ? 

C’est un autre avantage des remorques : leur capacité d’emport. Alors que la plupart des autres solutions se limitent au transport d’un seul enfant, les carrioles peuvent embarquer jusqu’à 2 passagers ainsi qu’une quantité non-négligeable d’équipement. Grace à un coffre volumineux et plusieurs compartiments de rangement intégrés à l'habitacle, certains modèles acceptent plus de 45 kg de chargement (passagers inclus). Un volume bienvenu lorsqu’on voyage en famille et que les contingences logistiques prennent une autre dimension !

Comment convoyer sa remorque jusqu’à son point de départ ?

Peut-on prendre le train avec une charrette pour vélo ? En théorie, les remorques enfant sont interdites sur le réseau ferré français. Dans les faits, elles sont souvent tolérées pour peu qu’elles n’entravent pas la circulation à bord. Dans tous les cas, le contrôleur aura le dernier mot. 

Par ailleurs, la plupart des remorques vélo sont pliables en quelques gestes. Pratique pour les glisser dans le coffre d’une voiture ou prendre l’avion. De quoi faciliter également leur stockage à domicile. 

Une remorque vélo peut-elle faire office de poussette ? 

Les remorques enfant sont des championnes de la modularité. Beaucoup peuvent être converties en poussettes fournissant ainsi une solution de transport pour votre bambin lorsque vous n’êtes plus en selle. D’autres kits optionnels permettent de faire du jogging et même de chausser des skis de fond pour découvrir le plaisir de la glisse en famille. Une vraie solution multi-sport. 

Les remorques enfant sont-elles compatibles avec tous les vélos ? 

La plupart des remorques pour vélo peuvent être facilement attelées sur l’axe de roue arrière de la plupart des vélos, VAE compris. Mais pour certains modèles dotés d’un axe traversant ou d’un moyeu à vitesses intégrées, par exemple, un adaptateur pourra être nécessaire. 

Notons que certaines remorques, plus rares, disposent d'un système de fixation à placer sur la tige de selle du vélo tracteur. 

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

Est-ce facile de tracter une remorque ? 

On ne va pas vous mentir, malgré une bonne stabilité, assurée par leurs deux roues, les remorques enfant, relativement lourdes, modifient sensiblement les sensations de pilotage. En descente ou lors des arrêts d’urgence, il faudra composer avec des distances de freinage allongées. Il s’agira également de se familiariser avec le gabarit de la carriole pour éviter les collisions avec des obstacles latéraux. Sur certaines pistes cyclables, potelets ou barrières décalées, pourront parfois vous contraindre à mettre pied à terre. 

En côte, bien sûr, l’inertie se fera inévitablement ressentir. Pour rester en selle, il faudra adopter des développements permettant de mouliner et accepter d’être (très) lent ! Rien d’insurmontable toutefois. Quelques courtes sorties d’adaptation suffiront généralement à prendre le dispositif en main. Pour débuter dans les meilleures conditions, privilégiez un itinéraire sans trop de relief et à l’écart de la circulation. 

Jusqu’à quel âge un enfant peut-il voyager dans une remorque ? 

Plus que l’âge, c’est le gabarit du petit passager qu’il convient de prendre en considération. Au-delà d’1m15 et d’une vingtaine de kilos, il risque de se sentir à l’étroit dans la plupart des habitacles. A partir de 5 ou 6 ans, peut-être manifestera-t-il aussi l’envie de participer à l’effort de progression familial. Le moment de passer à une solution de transport plus active.

Témoignage : Jeanne et Xavier voyagent en famille avec une remorque bébé

« L’effet cocon de la remorque a tenu toutes ses promesses »

Prénom et âge de l’enfant : Zoé, 10 mois
Itinéraire effectué : Tour de France 4500 km
Kilométrage quotidien moyen : 50 km
Site : www.laminipassagere.com
Instagram :@jeannelepoix

Islande, Ecosse, Cuba… Jeanne et son compagnon Xavier sont des adeptes de l’itinérance à vélo. A la naissance de leur fille, Zoé, ils n’ont pas renoncé à leur passion pour l’évasion sur deux roues. Au contraire, cet heureux événement les a conduits à imaginer un périple d’envergure. Au programme : 4500 km autour de la France pour passer ensemble du temps de qualité en famille et découvrir les merveilles de leur propre pays. Une aventure locale et familiale rendue possible grâce à l’utilisation d’une remorque enfant. Bluffé par la polyvalence de ce carrosse miniature, le couple l’a depuis adopté pour leurs déplacements du quotidien et la traditionnelle balade du mercredi. Retour d’expérience avec Jeanne.

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

-Lors de vos préparatifs pour votre tour de France, le choix de la remorque s’est-il imposé de lui-même ? 

Oui, c’était l’option la plus pertinente étant donné notre profil familial. Zoé avait 10 mois. Elle avait besoin d’un minimum de confort pour pouvoir faire ses siestes en toute tranquillité. Nous souhaitions également qu’elle soit abritée des intempéries. Et en la matière, l’effet cocon de la remorque a tenu toutes ses promesses. Les rares fois où l'on s’est pris des seaux d’eau sur la tête, Zoé est restée totalement au sec. On a vraiment été épatés par l’étanchéité de l’habitacle. 

-Comment s’est-elle appropriée cette maison sur roues ? 

Elle nous a toujours paru heureuse d’être à bord. Même quand, exceptionnellement, l’étape trainait en longueur. Elle est, par exemple, restée une fois 4 heures sans rechigner dans son fauteuil alors que nous faisions face à des trombes d’eau dans un endroit totalement isolé. Sa seule exigence : avancer ! Dès qu’on cessait de rouler, elle nous rappelait à l’ordre pour qu’on la fasse sortir. 

-Vous ne vous êtes pas fixé de limites en termes de parcours ?

On n’a pas hésité à affronter la pente, ni même à emprunter des chemins de traverse. D’ailleurs sur gravel, la remorque s’est globalement bien comportée. Même pour gravir des cols. Seule limite, les descentes sur pistes cahoteuses. Pour ménager le confort de Zoé, on maintenait les freins enfoncés. Mais les chocs malmenaient notre matériel. Pour éviter la casse, on a fini par renoncer à quelques sections gravel avec du dénivelé. 

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

-Un autre atout de la remorque, c’est sa capacité de chargement. Comment avez-vous tiré profit de cet avantage ? 

A l’arrière, il y a un grand coffre où on mettait le nécessaire de Zoé, comme son sac à langer. On y glissait aussi notre petit drone. De quoi vraiment soulager les sacoches sur nos vélos. D’ailleurs, sur des petits séjours de deux ou trois jours en mode bikepacking, on a pris l’habitude d’accrocher la tente sur la remorque. On peut alors se contenter d’embarquer nos sacoches avant et une sacoche de selle pour gagner en mobilité.

-Mais pour vous, la remorque n’est pas qu’un instrument d’aventure, vous l’utilisez aussi au quotidien ? 

Oui, tous les jours j’accompagne Zoé chez la nounou avec la remorque. Huit kilomètres aller-retour ! Cette remorque est parfaite comme outil de déplacement. On l’utilise aussi pour aller sur le marché et faire le plein de légumes sans avoir à porter de sac à dos. Le mercredi, elle sert pour notre traditionnelle balade enforêt. A vélo ou en mode jogging car elle est adaptée pour courir aussi. Dans le coffre, je glisse le pique-nique et c’est parti !

La remorque vélo enfant pour randonner en famille

OLIVIER GODIN

Explore le sujet « vélo » sous toutes ses dimensions. Se passionne en particulier pour l’itinérance sur les chemins détournés. Garde le même souvenir ébloui de la Great Divide, de Paris-Le Cap, de la Scandinavie… que de la traversée des Pyrénées, du plateau de Millevaches ou de la Picardie ! Préfère quand ça monte car grimper, c’est prendre de la hauteur au sens propre comme au figuré. Pédale en solo, en couple, en famille. S’emploie à communiquer l’envie de prendre la route dans des livres. Auteur de « A vélo, 50 itinéraires pour pédaler le nez au vent » chez Gallimard.