Natation et inclusion : 
le bonnet de bain pour cheveux texturés (enfin) autorisé

Un pas de plus vers l’inclusivité dans le monde des compétitions internationales de natation : le bonnet de bain adapté aux chevelures texturées est désormais autorisé par la Fédération Internationale de Natation (FINA). 

Natation : le bonnet de bain pour cheveux texturés (enfin) autorisé

Les personnes à coupe afro, dreadlocks, tresses et plus largement cheveux texturés ont désormais l’autorisation de revêtir un bonnet de bain adapté à leur texture de cheveux ! Ce n’est peut-être qu’un bonnet pour vous, mais pour nous -et avant tout pour les personnes concernées-, ça veut dire beaucoup. 

Bonnet de bain pour cheveux texturés : de leur interdiction à leur autorisation

C’est en juin 2021 que la Fédération Internationale de Natation (FINA) a suscité la polémique en s’opposant au port d’un tel bonnet de bain par l’athlète britannique noire Alice Dearing en compétition internationale. L’objet de la polémique ? Un bonnet de bain signé Soul Cap, porté par l’athlète, qui se trouve adapté aux cheveux afro, tressés, aux dreadlocks et donc plus largement aux cheveux texturés et volumineux.

La Fédération se justifie dans un communiqué de presse, arguant que « les athlètes participant aux événements internationaux n’ont jamais utilisé, ni besoin d’utiliser, des bonnets de cette taille et de cette configuration ». Ce à quoi athlètes et nageur.euses concerné.es répondent alors par la négative. C’est le cas d’Ana, 29 ans, nageuse professionnelle. « C’est un besoin, tant pour notre confort que pour l’entretien de nos cheveux », souligne-t-elle, « des cheveux tressés compressés dans un bonnet de bain classique, ça peut être très douloureux, en plus d’être difficile à enfiler ». Autant de témoignages en ce sens qui font aujourd’hui rétropédaler la FINA.

Dans un nouveau communiqué de presse publié le 1er septembre dernier, la FINA franchit le pas de l’inclusivité, et annonce l’autorisation des bonnets de bain adaptés aux cheveux texturés, afro, tressés et à dreadlocks. « Cette annonce fait suite à une période d’examen et de discussion sur la conception des bonnets entre la FINA et Soul Cap. La promotion de la diversité et de l’inclusion est au cœur du travail de la FINA, et il est très important que tous·tes les athlètes aient accès à des maillots de bain appropriés », annonce Brent Nowicki, directeur exécutif de la Fédération dans un communiqué de presse. Une nouvelle appréciée des premier.es concerné.es. « Ce n’est peut-être qu’un bonnet, mais c’est surtout une avancée symbolique en matière d’inclusion dans le milieu de la natation », souligne Ana.

Alice Dearing a également réagi à cette annonce dans une interview accordée à la radio américaine NPR : « Savoir qu’il est acceptable de concourir avec ce bonnet au plus haut niveau du sport envoie le message que les cheveux ne devraient pas être une barrière qui empêche les gens de participer. »

Un bonnet de bain adapté aux cheveux texturés, 
pour quoi faire ? 

Qui n’a jamais connu la difficulté d’enfiler son bonnet avant de plonger dans le grand bain ? On se tortille dans tous les sens, on tire l’arrière du bonnet qui nous claque entre les mains, on le bloque sur notre front, quitte à brûler ce dernier en tentant une énième fois de placer le bonnet… Bref, ça peut vite devenir un sacré casse-tête.

Si l’on vous dit que ces bonnets ont été imaginés pour des cheveux plutôt fins et courts, imaginez-vous mieux le calvaire que cette tâche peut représenter pour les personnes aux cheveux épais, texturés, tressés, ou à dreadlocks ? Quand bien même elles parviendraient à y glisser leur chevelure, le bonnet s’en trouve si serré que maux de crâne et autres douleurs surviennent alors rapidement. « Je me suis déjà retrouvée le crâne en sang après une longue séance de natation », relate Ana, « le bonnet me compressait la tête, et les quelques frottements des tresses contre mon crâne ont suffi à m’entailler le cuir chevelu ». L’autorisation de bonnets de bain adaptés était donc fortement attendue par toutes les personnes concernées.

Il faut dire que le milieu de la natation souffre encore de nombreux stéréotypes qui tendent à invisibiliser les problématiques rencontrées par les personnes racisées, et plus particulièrement encore les nageur.euses noires. « Cette autorisation est une belle avancée, certes, mais il y a encore du chemin à parcourir pour ouvrir la pratique aux milieux racisés et précaires, pour davantage de représentation au sein des équipes professionnelles à l’avenir », conclut Ana.

Natation : le bonnet de bain pour cheveux texturés (enfin) autorisé

Val

Journaliste - rédactrice web

Journaliste société, passionnée de réseaux sociaux (la Twitter fever, tu connais) et de sport. À mes heures perdues, on me retrouve sur une barre de pole dance ou sous la barre de hip thrust, ça dépend des jours.

EN SAVOIR PLUS SUR L'INCLUSION ET LE SPORT :