DECOUVRIR LE SQUASH

Un sport où l’on oublie tout est un sport précieux. Le squash en est, et contrairement aux idées reçues, il est accessible au plus grand nombre !

squash

Le squash est-ce pour vous ?

Du mini-squash accessible dès l’âge de trois ans à une pratique loisir pour les seniors sportifs, le squash se pratique à tout âge.

Le squash n’est pas dangereux, bien au contraire, ce sport est bénéfique pour la santé puisqu’il permet de se défouler tout en travaillant sa souplesse et sa tonicité.

Il est particulièrement recommandé aux personnes à la recherche d’une activité sportive qui leur permette de lutter contre le stress quotidien.

Bref, si vous désirez jouer à un sport d’adresse à la fois intense physiquement, ludique et tactiquement exigeant, le squash est fait pour vous !

Comme dans toute pratique sportive, il est préférable de passer une visite médicale pour être sûr qu’il n’y ait pas de contre-indications, notamment d’ordre cardiaque.

Issu d’une prestigieuse école anglaise au milieu du XIXe siècle, le squash tire sa noblesse des exigences et des bienfaits qu’il engendre. Jetons un coup d’œil à l’histoire de ce sport très populaire outre-Manche que l’on peut pratiquer à deux, trois ou quatre ! Ses principales règles, ses nombreux bénéfices, son accessibilité « grand public » et l’équipement nécessaire pour frapper la petite balle en caoutchouc sans complexe, on vous dit tout.

Qu’est-ce que le squash ?

La naissance du squash

Au même titre que le tennis ou le badminton, le squash est l’un des descendants du jeu de paume. Au milieu du XIXe siècle, à Londres, alors que deux élèves de la prestigieuse Harrow School attendent de jouer au jeu de « racquets » –  cousin du jeu de paume – alors en vogue, ils ont la bonne idée de frapper la balle en cuir contre les murs de l’école. C’est ainsi que le squash fut inventé.

La création d’une balle creuse et molle en caoutchouc donnera le nom de « squash » (écraser/aplatir) au sport en référence au bruit de la balle qui s’écrase contre le mur.

Un sport à part entière

En 1883, le premier court de squash voit le jour à Oxford et contribue à sa reconnaissance en tant que véritable sport. Il deviendra populaire grâce à la codification des règles du jeu et des normes du court en 1911 qui uniformise sa pratique.

En Angleterre, en 1928, est créée la première fédération nationale sous le nom de Squash Racket Association, permettant d’organiser le British Open dès 1930. Les femmes participeront à ce prestigieux tournoi à partir de 1950, date à laquelle le sport se professionnalise.

L’expansion du squash

La création de l’International Squash Racket Association en 1967 regroupe sept membres dont l’Angleterre et de nombreux pays du Commonwealth comme l’Australie, le Pakistan, l’Inde ou encore l’Afrique du Sud.

La World Squash Federation sera créée en 1993, réunissant près de 150 pays et plus de 18 millions de pratiquants à travers le monde.

En France, la Fédération française de squash s’émancipe de la Fédération française de tennis en 1980. Aujourd’hui elle compte 30 000 licenciés dont 1/3 de femmes et 250 000 pratiquants avec notamment 206 clubs affiliés et 803 courts.

Les champions Grégory Gauthier (n°1 mondial en 2017) et Camille Serme (5e joueuse mondiale en 2018) contribuent à placer la France sur le podium des grandes nations de squash aux côtés notamment de l’Égypte qui domine le classement mondial.

Après trois tentatives infructueuses, le squash pourrait devenir discipline olympique en 2024 aux jeux de Paris.

squash
Le squash en pratique

Généralement pratiqué en un contre un, le squash peut également se jouer en double sur des courts classiques ou adaptés.

À l’entraînement, on peut également y jouer à trois, par alternance : chaque échange est joué normalement en un contre un, le troisième joueur attend de rencontrer le gagnant du point précédent. On appelle cela « jouer à l’indienne », une belle manière de préserver ses forces et d’alterner les adversaires !

Notons que chez les professionnels, certaines compétitions sont organisées dans des lieux remarquables. Au pied des pyramides au Caire pour le tournoi nocturne Al-Arham ou à Grand Central Terminal, la gare de Manhattan à New York pour le Tournament of Champions. Pour l’occasion, les courts sont entièrement vitrés et permettent de rendre visible les matchs aux nombreux spectateurs et téléspectateurs.

squash

Les règles du squash

Les joueurs frappent à tour de rôle la balle qui doit atteindre le mur frontal soit directement soit indirectement.

Un match se joue en 3 ou 5 jeux de 11 points chacun.

À l’instar du tennis, seul un rebond est autorisé avant la frappe et la volée est autorisée.

Les limites de jeu sont la ligne supérieure (4,57 m de haut), la ligne au-dessus du TIN placée sur la partie basse du mur frontal (48 cm de haut). Si la balle touche ou se trouve en dehors de ces lignes, elle est faute.

Le premier serveur est désigné par tirage au sort (rotation de la raquette).

Après avoir frappé la balle, le joueur doit laisser à l’adversaire la pleine liberté d’action afin qu’il puisse se diriger directement vers la zone de frappe et jouer.

Si l’adversaire est trop près et qu’il empêche de jouer normalement sans danger (coups de raquette) ou si celui-ci se trouve entre la balle et le mur frontal (triangle interdit), le joueur doit s’abstenir de jouer.

La règle du LET

À la demande du frappeur, l’échange peut être remis dans le cas d’une gêne involontaire sans que cela n’empêche le coup d’être joué. C’est l’arbitre qui décide si la demande du joueur gêné est validée ou non. En l’absence d’arbitre, les règles de courtoisie s’appliquent entre les joueurs.

La règle du STROKE

L’échange est gagné dans le cas d’une gêne effectuée de façon involontaire, ou délibérée, mais empêchant le joueur gêné de frapper la balle.

Les bienfaits du squash

Reconnu pour combattre le stress, le squash est un sport d’intensité qui permet de s’amuser facilement et de se défouler efficacement. En loisir, ou en compétition, le plaisir de jouer n’a que faire de votre niveau !

La pratique du squash sollicite le cœur et les muscles ce qui augmente les capacités d’endurance, de vitesse et de souplesse. Exigeant physiquement, c’est l’un des sports où l’on consomme le plus de calories, idéal donc pour maigrir et/ou raffermir sa ligne.

Mais il ne suffit pas d’être en forme, il faut un mental d’acier pour bien figurer sur le court, la tactique est très présente et la concentration optimale.

 

Cela n’empêche pas de rigoler sur le court, le plaisir a toujours un coup d’avance.

L’équipement nécessaire pour pratiquer le squash

Raquette

Vous cherchez une raquette de squash adaptée à vos attentes ? Voici quelques caractéristiques techniques à prendre en compte pour faire votre choix.

Poids

Les raquettes lourdes (145 g.-170 g.) en aluminium destinées aux joueurs débutants offrent plus de stabilité et de résistance tandis que les raquettes légères (110 g.-145 g.) en graphite facilitent les mouvements et augmentent le toucher de balle et la puissance. Ces dernières sont privilégiées par les joueurs confirmés et experts.

Équilibre

Plus la tête de raquette est légère, plus la précision et la maniabilité sont grandes. À l’inverse, lorsque la raquette est équilibrée en tête (poids en tête de raquette), la puissance augmente.

Tamis

Les raquettes au design « open throat » ou  « monoshaft » possède un tamis de grande taille qui génère plus de puissance, alors que le design « close throat » au tamis plus petit procure davantage de maîtrise et de précision.

Balle

La balle de squash mesure entre 39,5 mm et 40,5 mm de diamètre et pèse entre 23 et 25 grammes. Elle est faite de deux demi-sphères creuses de caoutchouc noir.

Il existe cinq catégories de balle de squash correspondant à cinq niveaux de pratique.

Balle double points jaune :

balle lente au rebond très bas, utilisée par les joueurs confirmés et professionnels.

Balle point jaune :

balle assez lente au rebond bas correspondant à un niveau de jeu confirmé.

Balle point blanc :

balle de vitesse moyenne avec un rebond médian, pour un niveau de jeu intermédiaire.

julien-signature

Julien

Rédacteur Equipe DECATHLON

 

Un peu sauvage, aime parcourir monts et vallées à biclou, la popote dans la sacoche, la boussole tous azimuts.

NOUS VOUS RECOMMANDONS ÉGALEMENT NOS AUTRES CONSEILS

Conseil
lexique squash
« Si la balle touche la ligne du TIN, tu perds le point. » Cette phrase obscure vous semblera plus limpide en jetant un coup d’œil à notre lexique du squash.
Conseil
bienfaits du squash
Sport autant physique que tactique, le squash est une source intarissable de bienfaits. Voici les pouvoirs magiques d’un jeu où l’on prend du bon temps.
Conseil
teasing test squash
“Tu verras, la balle te revient toujours dans les pieds, pas besoin de courir derrière la balle partout autour du terrain. Et les règles sont finalement assez peu contraignantes”. Vu comme ça, ça m’a bien tenté, de tester le squash.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE