Bien freiner avec un vélo de route

BIEN FREINER AVEC UN VÉLO DE ROUTE

Quelle est la meilleure technique de freinage à adopter en fonction du terrain ? Faut-il utiliser plus le frein arrière ou le frein avant ? Faut-il freiner en courbe ? Freiner correctement est une vrai technique de pilotage et nécessite de maîtriser quelques points fondamentaux.

QUELLE EST LA MEILLEURE TECHNIQUE DE FREINAGE À ADOPTER EN FONCTION DU TERRAIN ?

Faut-il utiliser plus le frein arrière ou le frein avant ? Faut-il freiner en courbe ?

Freiner correctement n’est pas inné chez tout le monde, mais c’est une technique à connaître pour qui veut maîtriser son vélo en toutes circonstances afin de rouler en toute sécurité. De plus, savoir bien freiner permet bien souvent de descendre plus vite (sauf si la descente est une ligne droite) qu’un cycliste ne maîtrisant pas cette technique.

number-1

UN PEU DE TECHNIQUE

Avant toute chose, pour assurer un freinage en toute sécurité, il faut veiller à ce que l’état de fonctionnement de ses freins soit parfait. Les patins doivent être en bon état et parallèles à la jante. Lorsqu’ils s’appuient sur la surface de freinage, ils doivent le faire sur toute leur surface. Attention à ce qu’une partie du patin ne vienne pas toucher le flanc du pneumatique, ce serait la déchirure assurée.

Vos câbles et gaines doivent aussi être en parfait état. On conseille en général de les changer tous les ans, notamment si vous sortez parfois sous la pluie. Des câbles rouillés ou abîmés coulisseront moins bien dans leur gaine et offriront un dosage moins bon.

number-2

FREIN AVANT OU FREIN ARRIÈRE ?

Quand vous étiez petit, vos parents vous ont sans doute conseillé d’utiliser principalement le frein arrière afin d’éviter de passer par-dessus le vélo. Erreur !

Même si cela se comprend pour un enfant qui ne roule généralement pas très vite et dont le faible poids suffit à ralentir du seul fait du frein arrière, il en est tout autre pour un adulte.

Comme en moto, il faut privilégier le frein avant. On parle souvent d’une répartition de 70% de puissance sur le frein avant et 30% sur le frein arrière. Tout ceci est lié au transfert des masses. En cas de freinage, le poids du vélo et de son coureur est transféré sur l’avant du vélo. La roue avant est ainsi plus chargée, le pneu avant s’écrase un peu plus, offrant plus de surface de frottement. Il est ainsi plus à même d’encaisser une forte puissance de freinage.

A contrario, la roue arrière est délestée et on peut rapidement bloquer cette roue sur un gros freinage. Et bloquer une roue n’est pas ce qu’il y a de plus efficace.

C’est pour toutes ces raisons que les motos sont généralement dotées de deux gros disques sur la roue avant et d’un simple disque, nettement plus petit, sur l’arrière. Idem sur les voitures qui sont souvent équipées de plus gros disques à l’avant qu’à l’arrière, voire même encore de freins à tambours sur l’arrière, nettement moins puissants.

En tous cas sur le sec et si le vélo est droit, il faudra toujours garder cette règle à l’esprit, 70% à l’avant et 30% à l’arrière.

Du fait du transfert des masses, ne craignez pas de bloquer la roue avant. Si vous maîtrisez le dosage de vos freins, il est beaucoup plus difficile de bloquer une roue avant qu’une roue arrière.

number-3

ALTERNEZ FREIN AVANT ET ARRIÈRE POUR RALENTIR

Dans de longues descentes, vous pouvez être amené à seulement ralentir, voire à maintenir votre vitesse, plutôt que de freiner.

Dans ce cas, utilisez alternativement le frein avant et le frein arrière pour éviter une surchauffe des jantes. Une technique obligatoire si vous possédez par exemple des roues carbone qui chauffent nettement plus que des roues alu.

Si vous ne freinez que d’un seul frein sur de très longues distances, la jante accumulera la chaleur et la pression augmentera dans la chambre à air, pouvant aller jusqu’à une explosion de celle-ci dans les cas extrêmes. Idem pour les roues carbone qui pourraient voir leur résine qui maintient les nappes de carbone entre elles fondre. Dans ce cas, votre roue carbone deviendra inutilisable et irréparable.

number-4

FREINER SUR DU GRAVIER, DU SABLE OU ROUTE HUMIDE

Voilà des conditions tout à fait particulières où la technique de freinage aura toute son importance. Alors que sur le sec, vous pouvez ralentir le vélo même si celui-ci est incliné, lorsque l’adhérence est diminuée (route mouillée, sol gras, feuilles mortes, sable ou gravier), vous devez garder à l’esprit de ne jamais freiner avec le vélo incliné. Sinon, c’est la perte d’adhérence assurée.

Dans ces conditions précaires, vous devrez plus que jamais doser votre freinage pour éviter tout blocage de roue. La répartition de 70/30% peut devenir 50/50 sur route mouillée. Et sur du sable ou du gravier, vous pouvez même aller jusqu’à 0/100, à savoir proscrire carrément l’utilisation du frein avant.

Car bloquer sa roue avant sur du gravier ou du sable, c’est souvent synonyme de chute. Mieux vaut donc mettre plus longtemps à s’arrêter en utilisant seulement le frein arrière, quitte à risquer un blocage de cette roue, plus facilement maîtrisable, du moment que le vélo est droit. D’ailleurs, pour retarder le moment du blocage, gardez un maximum de poids sur l’arrière du vélo.

number-5

FREINAGE EN COURBE

Si vous avez lu l’article « Vélo route: comment bien descendre ?« , vous savez qu’il faut ralentir avant d’aborder votre virage. Mais parfois, il arrive que l’on arrive trop vite sur un virage dans une descente que l’on ne connaît pas. Virage qui se resserre ou virage caché par la végétation, bref, on peut se faire surprendre par une courbe plus prononcée que ce que l’on pensait.

Dans ce cas, si vous ne ralentissez pas, ce sera le tout droit assuré. Pour vous aider à tourner, utilisez uniquement le frein arrière une fois le vélo penché. Cela vous aidera à virer un peu plus, mais il faudra bien sûr utiliser ce frein avec parcimonie pour éviter tout dérapage.

number-6

DANS UN PELOTON

Il n’est pas rare que dans un peloton, les coureurs se suivent à moins de 50cm les uns des autres. Vous comprendrez donc aisément qu’il faut bannir tout freinage brutal, sauf cas d’urgence. Si vous freinez trop brutalement, vous pourriez être percuté par les coureurs derrière vous, surpris par votre manœuvre.

De fait, utilisez plutôt le frein arrière, qui servira à vous ralentir. C’est en général suffisant. Si vous freinez trop, il vous faudra beaucoup d’énergie en cas de relance.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE