COMMENT SE PROVOQUE LE MAL DE MER ? 

Appelé aussi « naupathie », le mal de mer est une forme de mal des transports totalement bénin mais assez fréquent chez de nombreux individus. En général, il touche près de 25% de la population, même s’il est difficile de faire une réelle estimation car le mal de mer peut être simplement momentané : ce n’est pas parce que vous êtes malade une fois lors d’une sortie en mer que cela vous arrivera à nouveau, et vice versa. Ce phénomène résulte avant tout d’un problème d’équilibre et plus précisément, d’un dysfonctionnement de l’oreille interne. En effet, le mal de mer surgit suite à une confusion entre ce que nous voyons et ce que nous ressentons (décalage sensoriel) : notre œil perçoit un point fixe tandis que notre oreille détecte un mouvement. C’est ainsi que le mal de mer peut survenir car c’est à ce moment là que votre cerveau va recevoir des informations totalement contradictoires. Cette difficulté d’analyse va entraîner plusieurs symptômes, plus ou moins intenses selon les personnes, comme des nausées, vomissements, vertiges, maux de tête, fatigue, etc…

Astuces pour prévenir le mal de mer en plongée

ANTICIPER POUR ÉVITER LE MAL DE MER 

Pour prévenir le mal de mer, il existe une règle, plutôt simple à mémoriser, « la règle des 4F » (= Froid, Faim, Frousse (peur) et Fatigue). Il s’agit des 4 facteurs contribuant le plus à l’apparition du mal de mer. C’est pourquoi il est important de les prendre en compte pour éviter d’être malade une fois à bord… Ce qui est aussi valable avant toute plongée puisque s’il existe bien une règle d’or avant de s’immerger, c’est d’être en forme ! Vous l’aurez donc compris, mieux vaut anticiper avant de prendre le large. Pour ce faire, pensez à vous couvrir avant d’arriver sur le spot de plongée lors de la traversée, hydratez-vous et ne partez pas en mer l’estomac vide, soyez en forme et enfin, pensez à rester calme, même si les conditions météos sont un peu plus compliquées. De plus, évitez de vous placer à côté du moteur car les odeurs émanant de celui-ci peuvent favoriser les nausées. Aussi, une autre petite astuce : regarder l’horizon. Cela peut vous aider à faire passer le mal de mer si besoin.

Astuces pour prévenir le mal de mer en surface

QUE FAIRE EN CAS DE MAL DE MER EN SURFACE ET SOUS L'EAU ?

Même si le plus souvent, le mal de mer surgit lorsque vous êtes à bord d’un bateau, il peut aussi se manifester une fois que vous serez à l’eau, en surface. Pour peu qu’il y ait un peu de houle et des nausées peuvent vite arriver. A ce moment-là, le mieux est de s’immerger et d’attendre que la sensation nauséeuse cesse. En général, le mal de mer passe et vous pouvez ainsi profiter d’une belle plongée, même si cela semblait inenvisageable quelques minutes auparavant. En revanche, sachez qu’il est tout à fait possible d’avoir le mal de mer une fois que l’on est sous l’eau… Surtout lors de vos paliers en cas de forte houle. Si vous ressentez une sensation de mal de mer sous l’eau, il est important de prendre des repères visuels fixes afin de faire passer toutes sensations de nausées. Si jamais vos nausées ne passent pas, il ne vous reste qu’une solution : vomir dans votre détendeur. Même si ce n’est pas la meilleure solution qui soit, c’est ce qu’il faut faire ! Et pas d'inquiétude car cela n'altérera pas au fonctionnement de votre détendeur.

QUELS TRAITEMENTS POUR LUTTER CONTRE LE MAL DE MER ?

Il faut être vigilant quant à la prise de certains médicaments contre le mal de mer. En effet, le traitement classique se compose de médicaments (exemple : Mercalm, Nausicalm, etc…) souvent à base de diménhydrinate, pouvant entraîner des effets secondaires qui peuvent être dangereux pour les plongeurs…  Parmi ces effets secondaires, on retrouve une sécheresse buccale et plus important encore, une baisse de la vigilance. Ce type de médicaments peut donc être déconseillé pour les plongeurs puisque ces effets secondaires peuvent même entraîner, dans certains cas, une narcose à l’azote. Si vous plongez, vous pouvez vous tourner vers l’homéopathie comme Cocculine qui lui ne présente aucun effets secondaires. L’idéal étant de demander directement à votre médecin traitant quel type de médicament est le plus adapté pour vous.

VOUS VOILÀ MAINTENANT PARÉ POUR VOS PROCHAINES SORTIES EN MER !

VOUS AVEZ D'AUTRES ASTUCES POUR LUTTER CONTRE LE MAL DE MER ? N'HÉSITEZ PAS À NOUS LES PARTAGER EN COMMENTAIRE ! 

Baptiste, digital manager chez Subea

BAPTISTE

Digital Manager - PADI Rescue et Niveau 1 FFESSM

Je suis le Digital Manager de la marque Subea. Passionné de chasse sous-marine et d'apnée, je pratique aussi la plongée en bouteille depuis plus de quinze ans. Je suis plongeur autonome jusqu'à 60 mètres.

NOUS VOUS RECOMMANDONS ÉGALEMENT D'AUTRES CONSEILS PLONGÉE