Nos 5 livres préférés sur le sport

On y croise un jeune inventeur de sauts en hauteur, un reporter de guerre addict au surf ou encore une joyeuse bande d’ouvrières dribbleuses...

Nos 5 romans préférés sur le sport

La petite communiste qui ne souriait jamais, de lola lafon

Nous sommes en 1976, aux Jeux olympiques de Montréal. La gymnastique et l’olympisme en général s’apprêtent à trembler… S’avance en effet sur le tapis, sous l’œil avide du monde entier, celle qui va tout changer. Elle a 14 ans, mesure 1,54 m et s’appelle Nadia Comaneci. Quelques minutes plus tard, même les tableaux électroniques n’en reviendront pas : ils buguent, incapables d’afficher le 10/10 que vient d’obtenir la nouvelle reine roumaine. Jamais personne n’avait alors décroché la note maximale.

Au-delà de l’athlète inouïe, La petite communiste qui ne souriait jamais nous raconte une époque (la Roumanie des années 1970 et 80) et le destin tragique d’une jeune femme dépassée par sa gloire et par l’Histoire. Instrumentalisée par la propagande du tyran Ceausescu et du Parti communiste roumain, la quintuple médaillée d’or au J.O. se verra, à son retour au pays, dépossédée de sa propre image, de son corps de femme et, in fine, de sa propre vie.

Paru en janvier 2014 aux éditions Actes Sud, La petite communiste qui ne souriait jamais est le quatrième roman de l’écrivaine et compositrice française Lola Lafon.

Nos 5 romans préférés sur le sport

Courir, de jean echenoz

L’Europe de l’est, toujours, mais en chaussures de running cette fois. Dans Courir, le prix Goncourt 1999 Jean Echenoz romance la vie du coureur de fond tchèque, Emil Zatopek. Né en 1922 et mort en 2000, cet athlète au parcours incroyable a, lui aussi, fait les frais de la grande Histoire. Tout avant pourtant si bien commencé… Dès la fin des années 1940, celui qu’on baptisera bientôt le « Tchèque bondissant » ou la « locomotive tchèque » fracasse les records et survole l’athlétisme mondial. A Helsinki, en 1952, Emil Zatopek réalise même l’impensable : conquérir l’or sur le 5 000 m, le 10 000 m et le marathon, lors d’une seule et même olympiade !

Reste que la politique sait être très cruelle avec les idoles. En 1968, lors du Printemps de Prague, Zatopek soutient le réformateur Alexander Dubcek, qui tente d’émanciper le pays du reste de l’URSS. La sanction de Moscou est automatique : exclu du parti communiste, Zapotek est déporté, loin de Prague, dans une mine d’uranium…

Avec Courir, Jean Echenoz écrit bien plus que la biographie d’une légende. C’est le portrait d’un homme, le récit d’un destin fait de sueur, d’exploits et de souffrances, et l’hommage à une discipline éternelle, la course à pied.

Nos 5 romans préférés sur le sport

Ladies football club, de stefano massini

Sheffield, le 6 avril 1917. C’est l’heure de la pause déj’ dans l’usine de munitions Doyle & Walkers. Les ouvrières britanniques vont pouvoir souffler. L’une d’elle, apercevant dans la cour une espèce de balle, shoote dedans pour rigoler. Un geste anodin mais fondateur : Violet Chapman, c’est son nom, vient en fait d’inventer… le football féminin.

Curieuses, ses collègues se prennent en effet au jeu. Et les ouvrières de s’époumoner gaiement, durant toute la pause, autour de ce ballon improvisé (un prototype de bombe qui, dieu soit loué, n’explosa pas).

Avec son Ladies Football Club, paru en 2021 aux éditions Globe, l’écrivain italien Stefano Massini nous raconte avec drôlerie et panache les débuts du foot au féminin, mais aussi l’épopée féministe de ces ouvrières qui, pendant que leurs maris et frères font la guerre, s’inventent une nouvelle liberté. Beau et décoiffant !

Nos 5 romans préférés sur le sport

L'appel, de fanny wallendorf

« Il n’a rien prémédité, il a laissé faire, c’est comme si son mouvement avait pensé pour lui. » L’Appel, le premier roman de l’écrivaine Fanny Wallendorf, part bel et bien d’un mouvement. Plus exactement d’un saut : celui du jeune américain Dick Fosbury qui, un beau jour et sans même y penser, révolutionna sa disciple, le saut en hauteur. Au lieu de passer la barre en ciseau, comme on l’a toujours fait, le jeune homme se projette soudainement en arrière pour… passer sur le dos.

Un temps moqué par ses entraineurs, Richard finira finalement médaille d’or aux JO de Mexico en 1968, grâce, évidemment, à son fameux saut. Qui deviendra la technique de référence. L’Appel, paru aux éditions Finitude, raconte la vocation irrépressible d’un gamin de Portland, sa foi et sa ténacité malgré les obstacles, et cette quête, folle et absolue, du mouvement parfait.

Il a reçu en 2019 le prix Jules Rimet, qui récompense chaque année un ouvrage mariant avec succès sport et littérature.

Nos 5 livres préférés sur le sport

Jours barbares, de william finnegan

Direction l’océan ! Le récit est ici autobiographique : c’est le journaliste américain William Finnegan qui nous raconte dans ce livre rare une vie -la sienne- littéralement habitée par le surf. De Madère aux îles Fidji, de Los Angeles à l’Afrique du Sud en passant par l’Australie, l’ancien reporter de guerre du New Yorker a traqué, dans le monde entier, les vagues, leur beauté périlleuse et leur adrénaline.

Une quête qui dépasse, écrit-t-il pudiquement, la seule pratique sportive. Sur l’océan déchainé, Finnegan fuit un monde compliqué, il se cherche lui-même, loin du monde parfois vaniteux du journalisme newyorkais. Nombre de ses collègues ne découvriront d’ailleurs sa dévorante obsession qu’à l’occasion de la parution du livre en 2016.

Jours Barbares a reçu, peu après sa sortie, le très prestigieux prix Pulitzer dans la catégorie « Mémoires » et, en France, le prix de la revue America.

Nos 5 livres préférés sur le sport

Concluons avec une bonne nouvelle : la « littérature sportive » se porte actuellement très bien en France. Ce qui veut dire que celles et ceux qui épuiseraient un peu vite notre liste de lecture trouveront aisément de quoi assouvir leur gourmandise… Exemple, rien qu’en 2021, avec Le grand saut, de Renaud Dély (sur le saut à la perche) ; La passion selon Saint Etienne, de Christophe Verneyre (sur le foot et les Verts) ; ou encore l’excellent Judoka, de Thierry Frémaux (sur le judo), primé cet automne par l’Association des écrivains sportifs.
Alors à vos marques, prêts… lisez :)

Nos 5 livres préférés sur le sport

Benjamin

Badminton (en double, c'est plus rigolo) le mardi et brasse coulée le samedi, telle est ma petite routine. Entrecoupée de longues marches en ville et de vélo à la campagne.