logo simond

LE LEXIQUE DE L'ESCALADE

NIVEAU 1

« J’ai zippé en tête sur une réglette, alors j’ai pris un plomb dans le crux » cette phrase est encore un peu obscure pour vous ? Ça ne va pas durer : on vous a préparé le lexique des mots à connaître pour progresser en escalade.

Sport technique, avec un vocabulaire qui ne l'est pas moins. Décortiquons ensemble ses mots clefs par thématiques, pour faciliter leur compréhension.
NUMBER-ONE

LES DIFFÉRENTES DISCIPLINES

Comme on a le fleuret ou le sabre à l’escrime, le foot à 7 ou à 11… L’escalade se pratique de plusieurs manières et sur plusieurs terrains, de quoi ne jamais s’ennuyer !

GRIMPE

Dans le jargon des grimpeurs, on dira plutôt "je vais grimper" que "je fais de l’escalade".

DIFFICULTÉ

Cette pratique est souvent celle que l’on a en tête quand on pense “escalade”. Le but est d’arriver au sommet d’une voie, assuré avec une corde, en avançant à l’aide de prises.

Que ce soit en salle, ou en falaise ; en tête ou en moulinette, sur une seule ou plusieurs longueurs (on vous explique tout ça par la suite !)...

BLOC

Un bloc est un enchaînement de mouvements, plus court qu’une voie. On le réalise sans corde ni baudrier. Pour amortir les chutes on place des tapis très épais au pied des blocs : les « crash pads » (en indoor, des tapis adaptés sont déjà en place). En extérieur, en plus des tapis, il faut être “paré” (c'est à dire "assuré" par des co-équipiers qui se placent derrihère le grimpeur pour amortir et orienter sa chute vers le crash-pad). 

VITESSE

C’est un peu le 400 mètres haies de l’escalade. Le but ? Grimper le plus vite possible au sommet d’un mur ! C’est un mur homologué, qui a toujours la même hauteur, la même inclinaison, les mêmes prises aux mêmes emplacements (et donc la même cotation), pour pouvoir comparer les résultats des grimpeurs.  

COMBINÉ

Petite dernière choisie par le Comité Olympique, L’escalade rejoindra les prochains J.O en 2020 (YES !). Pour cette première, elle sera jouée en “combiné”: c’est à dire en mixte entre plusieurs disciplines : le bloc, la vitesse & la difficulté.

lexique-escalade-grimpe-mots-clefs-glossaire-vocabulaire
NUMBER-TWO

BIEN COMMUNIQUER AVEC SON ASSUREUR

C’est LA priorité pour votre sécurité et aussi pour se faire comprendre vite et bien dans les mouv’ les plus durs.

CORDÉE

Liés par la corde, le grimpeur et son assureur forment la cordée.

ASSUREUR / ASSURER

L’assureur est celui qui... assure. Il assure le grimpeur mais surtout sa sécurité. En moulinette et surtout en tête son rôle est capital, c’est grâce à son anticipation que le grimpeur qui chute ne se fera pas mal. (on parle aussi d’assureur pour désigner un système d’assurage - voir la partie matériel).

PARER

En bloc, comme le grimpeur n’est pas encordé, le ou les pareurs se postent derrière lui pour amortir sa chute ou à minima pour l’orienter vers les crash pads.

AVALE

Quand on grimpe en tête, après un clipage de dégaine par exemple, on peut crier « avale » à son assureur. Ça lui indiquera qu’il peut reprendre du « mou » pour retendre un peu la corde qui les relie.

BLOQUE, SEC ou PRENDS-MOI

Quand on est en difficulté dans une voie, pour que l’assureur tende la corde au maximum et qu’on puisse se reposer en se pendant dans son harnais.

VACHÉ

En extérieur, quand on arrive en haut d’une voie et que l’on doit faire la manip’ de relais, on se met en sécurité à l’aide d’un équipement appelé la « vache » (oui oui). On indique ensuite à son assureur qu’il peut nous donner du mou pour la manip’ à l’aide du terme « vaché ».

MOU

Quand on assure, donner du mou, veut dire qu'on met plus de corde entre le grimpeur et soi. Le grimpeur en tête pourra utiliser ce « surplus » de corde pour clipper sa dégaine.

MOUSQUETONER / CLIPPER

Passer la corde dans la dégaine (ou le relais) quand on grimpe en tête.

NUMBER-THREE

DÉCRIRE SES PERFORMANCES & SON ÉTAT PHYSIQUE

COTATION

C’est le niveau d’une voie/d’un bloc, elle se compose d’un chiffre et d’une lettre -entre A et C-. Plus le chiffre est élevé et la lettre croissante plus la voie est dure : 4A, 4B, 4C, 5A, 5B, 5C, 6A… (à ce jour la cotation la + dure connue est 9B+).

Si l’on pense que la voie est entre 2 niveaux on peut aussi ajouter un “+” : 5B+ sera donc plus difficile que 5B (et un peu moins dur que 5C).

Attention, la cotation n'est pas la même entre bloc et voies ; et avec la longueur, la difficulté d'une même cotation n'est pas la même entre voies et grandes voies. Si vous partez grimper à l’étranger, les cotations internationales peuvent varier, il existe des tableaux de correspondances dans les topos.  

LIRE / LECTURE

Avant de partir dans un projet à vue, on le lit. C’est à dire qu’on étudie depuis le bas où l’on va passer, comment on pense se placer, à quel moment clipper ou se reposer.

EN TÊTE

Partir dans une voie en installant soi-même sa corde au fur et à mesure de sa montée, en la passant dans les dégaines pour se sécuriser.

EN MOULINETTE / EN MOUL’

Par opposition à la grimpe "en tête", on fait une voie en moulinette quand la corde est déjà installée au relais (au sommet de la voie).

EN SECOND

Dans une voie de plusieurs longueurs, le 1er grimpeur monte en tête. Une fois qu'il atteint le relais, il s’installe pour assurer son second qui monte alors en moulinette.

ENCHAÎNER

Réaliser sa voie sans avoir pris de repos total (assis dans son baudrier, suspendu à la corde et donc soutenu par son assureur).

A VUE

Réaliser une voie au premier essai sans avoir eu de démonstration ni d'explication.

APRÈS TRAVAIL

Quand on réussit une voie après avoir fait plusieurs essais dedans, et travaillé les mouvements.

CRUX

LE passage difficile de la voie ou du bloc.

BUT

“J’ai pris un but”... On est pas au foot, mais comme un gardien, le grimpeur qui a pris un but vient d’encaisser un échec, d’échouer à réaliser sa voie.

CROIX

Faire sa croix c’est réaliser son objectif, enchaîner sa voie. (On s'autorise même à dire "j'ai croité" !)

BOUTEILLES

On a les bouteilles quand nos avants-bras sont pétrifiés par l’acide lactique après un effort intense. A ce moment là, on est daubé...

DAUBÉ

Explosé, HS, K.O… Fatigué à en pleurer !

DELAYER

Relâcher et secouer son bras pour essayer d’évacuer l’acide lactique et donc récupérer de l'énergie pour finir la voie.

VOL / PLOMB

Vous avez toujours rêvé de voler ? En escalade “prendre un vol” (ou un plomb) n’est pas synonyme de victoire, mais plutôt d’une bonne grosse chute... souvent accompagnée de quelques petits cris !

ZIPETTE

C’est le fait de glisser car on a pas mis assez de poids sur ses appuis (sur ses pieds ou ses mains).

lexique-escalade-grimpe-mots-clefs-glossaire-vocabulaire

OBJECTIF PERFORMANCES ?

Pour vous l'escalade c'est du sérieux, vous avez envie de progresser, voire de performer !?

A ce moment là, vous l'aurez compris, le but est d'enchaîner, à vue et en tête. Alors, quel que soit votre niveau... À vos chaussons !

NUMBER-FOUR

TECHNIQUES & MOUVEMENTS

MOUV’

Parce qu’on aime bien notre jargon, un grimpeur utilise souvent des abréviations, ici vous l’aurez compris on parle de mouvement, de posture particulière à adopter sur une section de la voie pour réussir l’ascension.

PIED-MAIN

Figure consistant à monter son pied sur une prise où l’on avait sa main (note esthétique = 20/20 ;).

JETER / FAIRE UN JETÉ

Sauter vers la prise suivante quand elle est trop éloignée, en perdant ses prises de pieds.

NO FOOT

Passage réalisé en traction, uniquement à l’aide des mains, sans poser les pieds (muscu assurée !). Réalisé surtout en dévers.

ADHÉRENCE

Poser ses pieds en adhérence, c’est se servir du relief en falaise ou du fond de plaque en salle, à plat sans l'aide des prises pour s’équilibrer ou progresser… Alors osez !

RAPPEL

Quand on arrive au sommet d’une grande voie, à moins d’avoir un chemin accessible pour redescendre à pied, le rappel est obligatoire. Cette technique consiste à installer une corde depuis le relais  en direction du sol (ou du relais suivant) pour pouvoir s’assurer et descendre dessus à l’aide du matériel adéquat.

DÉSESCALADER

Redescendre une portion ou toute la voie en escaladant en sens inverse (pour refaire un mouvement, pour finir de s’échauffer ou récupérer activement). On ne parle pas de redescendre tête en bas façon homme araignée, mais plutôt d’effectuer une marche arrière.

lexique-escalade-grimpe-mots-clefs-glossaire-vocabulaire
NUMBER-FIVE

TERRAIN DE JEU : RELIEFS & PRISES

TOPO

Guide d’un site d’escalade. Il permet de connaître les chemins d’accès aux voies ou blocs, leur difficultés etc.

GAZ

Quand le passage est aérien, qu’il y a beaucoup de vide / de gaz.

DALLE

Paroi de type plutôt lisse et peu incliné.

DEVERS / MUR DÉVERSANT

Paroi dont l’inclinaison forme un angle aigu par rapport au sol.

TOIT / SURPLOMB

Un surplomb est un passage du mur qui avance abruptement dans le vide, de manière parallèle au sol.

CHEMINÉE

Lorsque deux parois du mur sont face à face, le grimpeur peut progresser en opposition entre les deux murs.

DIÈDRE

Quand une paroi est perpendiculaire à une autre. Elles forment alors un angle, un dièdre.

VOIE

Itinéraire / route que l’on emprunte vers le sommet. En salle, une voie se compose d’un ensemble de prises de même couleur.

LONGUEUR

Une longueur est une partie d’une grande voie, entre 2 relais.

PRISES

Naturelles ou artificielles ce sont les aspérités du relief ou les empiècements en résine dont on se sert pour progresser sur le mur. Selon leur forme ou leur profondeur on leur donne plusieurs noms : plat, pince, bac, micro, inversée, mono-doigt, réglette…

REPOS

C’est le fait de faire une pause pour récupérer en cours de route, on en profite souvent pour délayer. On peut faire une pause en restant autonome en tenant ses prises ; ou prendre un repos total pendu dans son baudrier et en lâchant toutes les prises (dans le second cas on enchaîne pas la voie).

VIRE

Zone (plus ou moins) plate en falaise, où l’on peut tenir debout pour se reposer ou assurer.

RELAIS

Au sommet de la voie, c’est l’ancrage où l’on vient accrocher sa corde (par une manip’ spécifique en falaise ou simplement en la passant dans des mousquetons en salle) afin de poser une moulinette, d'assurer sa descente ou d’assurer son second.

RÉTA (BLISSEMENT)

On peut appeler réta le passage de sortie d’un toit ou d'un bloc. En sortie de toit, ça implique généralement de passer d’une position où l’on est plutôt en suspension (du fait du dévers), à une position où l’on repasse en appui sur des prises. En bloc, le mouvement ressemble beaucoup à une sortie de piscine : tout en appui sur les bras... d'où la fameuse expression "reta piscine" ! 

NUMBER-SIX

ET CÔTÉ ÉQUIPEMENT ?

S’ENCORDER

Attacher sa corde à son baudrier avec un nœud sécurisé (le huit est le plus souvent recommandé).

HARNAIS / BAUDRIERS / BAUDAR

Le baudrier est l’équipement qui permet de s’encorder pour grimper en toute sécurité. Sa construction permet de répartir le facteur de choc en cas de chute.

CRASH PAD

Tapis très épais qu’on met au pied des blocs pour amortir les chutes des grimpeurs.

HUIT

Le nœud de 8 est la base de l’encordement du grimpeur. Côté assureur on peut aussi utiliser le système d’assurage éponyme.

DESCENDEUR / SYSTÈMES D’ASSURAGE / ASSUREUR

Équipement qui permet à l’assureur d’assurer la sécurité du grimpeur. Il en existe de plusieurs type : autobloquants ou non, pour corde à simple ou à double...

DÉGAINES / PAIRES

2 mousquetons reliés par une sangle forment la dégaine (ils font la paire). En tête, on passe la corde dans les dégaines pour sécuriser sa progression.

MAGNÉSIE / POF

Poudre de magnésium qui permet de garder les mains sèches pour bien tenir les prises et ne pas glisser. C'est la même que l'on utilise en gym aux agrès.

magnesie-liquide-escalade-mains
Envie de passer expert ? Restez connectés on vous prévoit un niveau 2 pour bientôt. En attendant, n’hésitez pas à partager les mots qui vous sont le plus utiles dans les commentaires !
Conseil
comment-choisir-chaussons-escalade-salle-falaise-bloc
Le chausson est l'allié indispensables pour avoir confiance en vos appuis, mais son choix est certainement le plus difficile en ce qui concerne l’équipement du grimpeur. Forme, souplesse, système de fermeture... On vous guide pas à pas pour trouver chausson à votre pied.
Conseil
Lien vital entre votre corps et la corde quand vous grimpez ; le harnais (ou baudrier) assurera aussi votre assise d'appoint au relais. Il est donc essentiel de bien le choisir, pour vous assurer confort et sécurité !
Depuis plus de 150 ans, Simond développe du matériel de montagne, dans la vallée de Chamonix, au pied du Mont-Blanc. Nous sommes très fiers de fabriquer tous les piolets, crampons et mousquetons Simond dans notre usine aux Houches, certifiée ISO 9001. Ceci est notre meilleure garantie de sécurité, car chaque collaborateur Simond, au contact des grimpeurs, est animé par l'exigence absolue de sécurité pour ses produits.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE