QU'EST-CE-QUE L'ATHLÉTISME ?

En athlé, vous êtes plutôt course de fond ou heptathlon ? Découvrez avec nous toutes les disciplines qui font la richesse de l’athlétisme !

Vous aimez le sport ? Alors vous allez aimer l’athlétisme ! Bon, on simplifie un peu. Mais vous avez quand même de grandes chances de trouver une pratique qui correspond à vos goûts et à vos capacités. Eh oui, l’athlétisme est un sport riche, qui regroupe de nombreuses disciplines.

Un peu trop nombreuses à votre goût ? Alors nous vous expliquons en quoi consistent les différentes épreuves de l’athlétisme et comment elles sont réparties.

Sur la piste, dans les bacs ou hors du stade, on vous présente les multiples activités qui composent ce sport.

Courir, sauter, lancer :

La course

Dans ces disciplines, vous utilisez votre vitesse et/ou votre endurance pour courir plus vite que vos adversaires… et que le chronomètre. Eh oui, lors des séries et des demi-finales, les places pour le tour suivant dépendent aussi des meilleurs temps sur l’ensemble des séries et pas seulement du classement lors de chaque course.

Le sprint

Et les courses justement, il y en a pour tous les goûts. On commence donc avec les plus courtes, en distance comme en temps : les sprints.

Vous commencez votre course dans les starting blocks et vous devez rester dans votre couloir. Pour le reste, vous devez courir le plus vite possible sur une des trois distances de sprint : le 100, 200 ou 400 m.

Le 100 m : c’est la fameuse ligne droite et peut-être l’épreuve la plus célèbre en athlétisme. Elle vous demande d’allier vitesse et explosivité.

Le 200 m : sur le demi tour de piste, qui comprend donc un virage, vous devez combiner vitesse pure et capacité d’accélération.

Le 400 m : cette fois, vous courez sur un tour de piste complet, tout un symbole. C’est donc un sprint qui sollicite votre résistance et votre capacité à rester concentré·e et appliqué·e au cours de l’effort.

 

Le demi-fond

On rallonge un peu la distance pour passer aux courses de demi-fond, le 800 m et le 1 500 m.

Cette fois, vous venez de passer de l’autre côté de la frontière entre le sprint et l’endurance. C’est parti pour 2 tours de piste pour le 800 m où vous commencez dans votre couloir avant de vous rabattre vers l’intérieur de la piste au bout de 120 m. Et pour le 1 500 m ? Ca fait donc  3 tours de piste ¾ !

En plus de votre capacité de résistance à l’effort, ces courses vous permettent de mettre en oeuvre votre sens tactique et votre anticipation pour gérer votre course, vous placer et vous déplacer dans le peloton et surprendre vos adversaires.

 

Le fond

On passe maintenant aux courses de fond, avec le 5 000 m et le 10 000 m, toujours sur la piste du stade. Ce qui fait donc 12 tours et demi pour le 5 000 m et… 26 tours pour le 10 000 m, le tour de piste mesure toujours bien 400 m.

En plus de votre endurance et votre résistance, votre capacité à accélérer en fin de course pour vous détacher du peloton peut faire la différence.

 

Les courses de haies

Et si la course sur plat n’est pas assez technique pour vous, on vous conseille d’essayer les courses de haies !

Si vous aimez le sprint, le 100 m haies pour les femmes ou le 110 m haies pour les hommes ainsi que le 400 m haies vous demandent en plus de votre vitesse une attention et une technique soutenue surtout en ce qui concerne la fréquence de vos appuis.

Et si vous préférez les courses d’endurance, le 3 000 m steeple avec ses obstacles et même sa rivière vous permet de rajouter de la technique et de l’explosivité sur une course de demi-fond.

 

Les relais

Enfin, contrairement aux apparences, l’athlétisme vous offre aussi beaucoup de solidarité et d’esprit d’équipe. Les courses de relais en sont un des exemples les plus spectaculaires.

Par équipe de 4, vous vous relayez sur 4x100 m ou 4x400 m. Le but ? En plus de courir le plus vite possible, évidemment, vous transmettez à votre partenaire un témoin, en pleine course !

Le saut

Après les épreuves de course, on vous présente les épreuves de saut. Ici, vous devez aux choix sauter le plus haut ou le plus loin possible. Pour le saut en hauteur et le saut en longueur, leur nom laisse donc peu de doute sur le but de la discipline.

Le triple saut reprend lui le principe du saut en longueur : vous prenez votre élan sur une piste et vous sautez avant la limite (la marque) pour arriver le plus loin possible dans le bac de sable. La différence c’est qu’au lieu de sauter directement après la marque, vous prenez un deuxième puis un troisième appui avant le bac. Le but est donc de trouver l’équilibre entre hauteur et profondeur lors de vos trois appuis.

 

Et on finit avec le plus spectaculaire : le saut à la perche. On retrouve le même principe que pour le saut en hauteur : franchir une barre le plus haut possible sans la faire tomber. Sauf que cette fois, vous utilisez une perche pour vous propulser jusqu’à la barre.

Le lancer

Et si la force est votre point… fort, on passe maintenant aux épreuves qui combine vitesse, puissance et technique : les lancers.

 

Au programme, pas de hauteur cette fois : vous devez lancer le plus loin possible. Et lancer quoi ? Selon les disciplines, un poids (qui a la forme d’un boulet), un disque, un javelot ou un marteau, qui est lui un boulet relié à une poignée par un câble en acier.

 

Au delà de l’image de puissance de ces discipline, vous retrouvez ici la précision du geste et le perfectionnement du mouvement propre à l’athlétisme.

Et en salle alors ?

Les courses et les distances que l’on vous présente ici ont lieu pendant la saison d’athlétisme, c’est à dire au printemps et en été. Elles se déroulent donc en extérieur, sur la piste du stade d’athlétisme, qui mesure 400 m.

En hiver, il existe des compétitions en intérieur, souvent appelées indoor. Comme les stades fermés sont souvent plus petits, la piste aussi : le tour de piste mesure 200 m. En intérieur, le 60 m et le 60 m haies remplacent les 100 m, 100 m haies et 110 m haies et le 3 000 m vient s’ajouter aux épreuves de demi-fond.

Epreuves combinées

Vous avez maintenant un aperçu des 3 grandes catégories de l’athlétisme : la course, le saut et le lancer. Mais si vous êtes du genre touche-à-tout, ou que la polyvalence lors de la découverte de l’athlétisme ne vous a jamais quitté·e, place aux épreuves combinées !

 

Cette fois le but est de concourir sur plusieurs épreuves. Vos performances à chaque épreuve sont ensuite converties en points grâce à un barème.

 

Et combien d’épreuves ? 10 chez les hommes et 7 chez les femmes, sur deux jours. C’est donc pour cela qu’on parle de décathlon et d’heptathlon (respectivement 10 et 7 en grec) Vous voulez le programme ?

Décathlon :

100 m, saut en longueur, lancer du poids, saut en hauteur et 400 m le premier jour, puis 110 m haies, lancer du disque, saut à la perche, lancer de javelot et 1 500 m pour bien finir le deuxième jour.

 

Heptathlon :

100 m haies, saut en hauteur, lancer de poids et 200 m pour commencer puis saut en longueur, lancer de javelot et 800 m le deuxième jour.

Courses hors stade

Voilà pour les disciplines qui s’offrent à vous dans un stade d’athlétisme. Et on a une bonne nouvelle : vous pouvez aussi pratiquer l’athlétisme en extérieur. C’est ce qu’on appelle les courses hors stade.

Les courses sur route :

font référence aux courses de fond qui se déroulent sur des tracés en extérieur. Parmis les formats les plus classiques, vous pouvez trouver le 5 km, le 10 km, le semi-marathon (21 km) et le célèbre marathon, long de 42 km. Des distances où il est en effet plus sympa de profiter du paysage ou de l’ambiance de la ville plutôt que de multiplier les tours de piste.

 

Le cross-country :

souvent appelé cross, se court lui en pleine nature, souvent sur des terrains gras. C’est une discipline qui prend place en hiver, sur des distances entre 3 et 15 km. Au delà de pouvoir vous donner à fond en club ou en équipe, le cross vous sert aussi de préparation physique et mentale avant le début de la saison d’athlétisme au printemps.

La marche athlétique

Et pour finir, on vous présente la marche athlétique. Dans cette course d’endurance, vous vous déplacez cette fois en marchant : c’est à dire que vous devez avoir toujours un des deux pieds au sol. Si vous trouvez votre bonheur dans la marche, vous pouvez pratiquer cette discipline sur 20 ou 50 km, là aussi en extérieur.

Et vous, sur quelles épreuves vous alignez-vous en athlétisme ? Partagez-nous vos histoires et n’hésitez pas à nous parler de vos disciplines préférées !

Commentaires utilisateurs

5 / 5 1 commentaire
Répartition des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 03 octobre 2019

    très riche et bien résumé article. Merci beaucoup.

HAUT DE PAGE