Bushcraft l’été ou l'hiver, quelles différences ?

On peut le pratiquer tout au long de l’année mais les saisons estivale et hivernale ont quelques spécificités, vous l’aurez deviné, liés aux températures, qui doivent attirer votre vigilance.

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Il est bon de rappeler que, bien que souvent pratiqué par des passionné·es, le bushcraft est ouvert à toutes les personnes qui souhaitent s'aventurer en pleine forêt.
Mettre en pratique ou découvrir des connaissances et ses compétences pour vivre de manières agréables en pleine nature, être débrouillard et aimer faire des rencontres inédites, c’est ça le bushcraft.
On peut le pratiquer tout au long de l’année mais les saisons estivale et hivernale ont quelques spécificités, vous l’aurez deviné, liées aux températures, qui doivent attirer votre vigilance.

Été & bushcraft

L’été, le bushcraft est probablement plus accessible pour une raison assez simple : la tenue est moins contraignante et les équipements sont moins lourds et moins nombreux. De prime abord, il semble aussi plus facile et agréable de pratiquer le bushcraft avec une météo clémente, ce qui peut effectivement être le cas.

Cependant, avec le beau temps et la chaleur, nous ne sommes pas les seuls de sortie… Les moustiques et les tiques sont aussi bien présents et il faut y faire attention.
Pensez à avoir toujours un répulsif dans votre sac. Si vous préférez une alternative à ceux que vous pouvez trouver dans le commerce, optez pour des répulsifs naturels. Les plantes aromatiques sont reconnues pour leur odeur assez forte qui fera office de répulsif à moustiques. Le basilic, le géranium citronnelle sont, par exemple, des plantes anti-moustiques très efficaces. La lavande, quant à elle, est autant efficace pour repousser les moustiques que pour soulager des piqûres (et honnêtement, une petite pochette de lavande dans son sac de bushcraft rapporte un peu de fraîcheur, ce qui peut être appréciable !)

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Votre tenue, elle aussi, pourra jouer un rôle contre les désagréments des insectes. Malgré la chaleur et l’envie de se découvrir un petit peu plus, je vous conseille de porter un haut léger à manches longues et privilégiez le pantalon au short. Un vêtement long fera barrage aux moustiques mais aussi aux tiques. L’idée, vous l’aurez compris, c’est de couvrir la plus grande partie de votre corps. N’hésitez pas à mettre votre haut dans votre pantalon et même votre pantalon dans vos chaussettes. Nous sommes d’accord, nous parlons ici d’efficacité et non de style ! Ces conseils ont la vertu de vous protéger aussi contre les orties et les ronces, ce qui n’est pas négligeable.
Si une couleur est à choisir, dirigez-vous vers les claires, afin de pouvoir repérer plus facilement les tiques. Pour les parties du corps non couvertes, utilisez les anti-moustiques dont nous avons parlé.
Enfin, suivant votre localisation, si cela est autorisé par la préfecture, faire un feu, en respectant toutes les règles de sécurité bien entendu, peut s’avérer efficace pour éloigner les moustiques.

Avec toutes ces astuces, vous allez pouvoir passer une aussi bonne nuit dans les bois que chez vous !

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Le bushcraft en hiver

L'hiver est plus exigeant, on peut dire plus rude, voir parfois périlleux. Dans un premier temps, il est préférable de préciser qu’il vaut mieux pratiquer le bushcraft à deux pour éviter de se retrouver dans des situations délicates.
Contrairement à l’été, l’hiver nécessite un équipement précis et technique qui s’avère couteux. Sauf que sans cet équipement, la pratique du bushcraft en hiver peut s’avérer impossible.
Quand on parle d’équipement spécifique, nous faisons référence au :
Sac de couchage,
Tenues chaudes :  vestes ; pantalon ; gants ; bonnets ; chaussures.
Sac à dos (plus conséquent en litrage car les équipements l’hiver prennent plus de place)
Matelas avec une R value entre R4 et R8
Un kit feu pour permettre de se réchauffer


Si l’investissement est trop important d’un coup, le mieux est de s’équiper au fur et à mesure. Le prêt ou la location peuvent aussi être une solution pour vous permettre d’explorer le bushcraft hivernal avant d’avoir votre panoplie complète personnelle.

Outre l’équipement, les avantages à pratiquer le bushcraft en hiver sont multiples.
Quoi de mieux qu’un feu pour se réchauffer lorsque les températures frôlent le zéro voir sont négatives !
On le dit souvent, chaque situation a les avantages de ses inconvénients et inversement ! C’est d’autant plus le cas pour les moustiques et tiques qui n’aiment pas le froid !
Les paysages sont magnifiques. Que ce soit le gel qui fige la Nature ou la neige qui nappe de sa poudre blanche toute la forêt la rendant féérique, on en prend plein les yeux à chaque sortie.

Cependant, tout n’est pas si simple. Sans dépeindre un tableau sombre, il faut avoir en tête les points de vigilance pour que l’expérience reste agréable.
Nous en parlions précédemment, conjointement à l’équipement, une bonne organisation est indispensable pour les sorties d’hiver.
La pluie et le froid peuvent nous limiter dans nos mouvements et altérer un petit peu la lucidité. Une bonne préparation des affaires, et surtout des ‘bonnes’ affaires pourra sécuriser le moment et vous éviter des désagréments comme une hypothermie ou des gelures. Organisez aussi le déroulement de votre journée et les activités que vous avez à effectuer pour mieux gérer votre énergie.
Si vous êtes dans un endroit enneigé, la fonte est à anticiper, dans le choix de votre emplacement notamment, pour écarter les risques et désagréments liés à l’eau en grande quantité.

Je vous partage un petit conseil pour vos nuits d’hiver, qui m’a servi de nombreuses fois. Une fois installé dans votre sac de couchage, glissez vos vêtements tout au fond. Plusieurs bénéfices en découlent : vous limitez les espaces et donc les pertes de chaleur, vous retrouverez vos vêtements secs le lendemain matin et enfin vous pourrez vous rhabillez directement, sans avoir à sortir de votre sac de couchage.

Les points communs aux 2 saisons

Maintenant que vous connaissez les principaux avantages et inconvénients de ces deux saisons, certaines astuces sont communes aux deux. Voici ce qu’il faut savoir pour se préparer à sortir en forêt.

Avant de partir.

La première chose à vérifier c’est la météo. Que ce soit pour une journée ou plusieurs jours, nuit comprise, il est essentiel de voir ce qui vous attend. Les vents forts qui entraînent des chutes de branches voire d’arbres, les orages et le risques de foudre, les tempêtes de neige où tout se ressemble, sont autant de moments à éviter pour garantir votre sécurité.

Votre préparation pour une sortie agréable passe aussi, vous l’aurez compris, par votre équipement.
Les indispensables à avoir toujours dans votre sac, en plus de votre matériel de couchage, sont :
une carte de la région et une boussole pour pouvoir se repérer
une trousse de secours
une batterie externe
un couteau

Il est primordial de connaître un minimum de techniques et le terrain sur lequel on veut s'aventurer pour pouvoir passer un moment unique et créer de merveilleux souvenirs.

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Une fois que vous êtes sur place.

Soyez attentif à votre environnement. Pour faire le bon choix d’un emplacement pour la nuit, faites attention à ne pas vous mettre en bas d’une pente où une chute de pierres ou la fonte des neiges peuvent survenir. Une vérification des arbres et de leurs branches autour de vous s’impose pour prévenir le risque de chute.
Pensez-y, c’est vous l’invité dans cette forêt ! Ouvrez les yeux à la recherche d’indices sur la présence éventuelle d’animaux, sanglier notamment. Une reconnaissance en vous baladant autour de l’endroit choisi pour faire le point sur la fréquentation des lieux est à faire systématiquement. Si vous tombez nez à nez avec un sanglier, déjà, profitez de l’instant présent. C’est une aubaine de pouvoir observer les animaux dans leur état naturel. Les animaux sont sauvages, ils craignent généralement l’Homme, je vous conseille de ne pas les défier ! Et si vraiment la course commence, je vous conseille de courir en zigzaguant ou même de vous mettre en hauteur.

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Après des explications sur les spécificités du bushcraft pendant les saisons été et hiver, n'hésitez pas à aller parcourir nos conseils pour débuter le bushcraft.

Pour finir, ne vous surestimez jamais et ne sous estimez jamais la Nature. Profitez de la chance que vous avez de faire partie temporairement de cet environnement primitif et d’admirer sa beauté. C’est aussi cette posture humble face à la Nature qui définit le bushcraft. 

Bushcraft l’été ou l'hiver, quels différences ?

Matthieu

Decathlonien & bushcrafteur

Amoureux du sport et de la Nature. Je pratique le Bushcraft depuis ma tendre enfance.
Ma passion ? Vous partager la mienne ! 

Ces articles peuvent vous intéresser