Sport et cancer : l'influence bénéfique

40 % des cancers viennent de comportements que nous pouvons modifier ! Alimentation, activité physique, autant de leviers pour diminuer les risques.

Sport et cancer : l'influence bénéfique  !

En France, 3 millions de personnes ont ou ont eu un cancer. Alors pour nous éclairer et comprendre pourquoi enfiler nos baskets est bénéfique pour prévenir ou traiter du cancer, j’ai contacté trois experts qui partagent ici leurs connaissances sur le sport-santé :

40% des cancers sont liés à nos modes de vie et pourraient donc être évités

L’activité physique régulière n’est pas seulement bonne pour le cœur, mais aussi pour les cancers.

C’est quoi un cancer ?

« C’est un peu comme si vous aviez une voiture avec une pédale d’accélération et une de frein. Quand la voiture fonctionne bien, vous jouez avec les deux. Mais quand il y a un cancer, soit la pédale de frein ne fonctionne plus, soit l’accélérateur est à fond.» Derrière cette métaphore, le docteur Vanlemmens, oncologue au Centre Oscar Lambret de Lille, pointe le fonctionnement anarchique de certaines cellules qui évitent alors les contrôles permanents de l’organisme. « Tout va très vite et les cellules se divisent, se multiplient et créent des facteurs de croissance, en oubliant les systèmes de contrôle. »

cancer voiture metaphore

C’est bon pour le moral, le physique et le sommeil !

Au Centre Oscar Lambret à Lille, le programme « Mon Sport santé » est proposé pendant et après la prise en charge du cancer. «On explique les bienfaits de l’activité physique pour qu’elle fasse partie de leur quotidien.» raconte le docteur Vanlemmens. Les patients peuvent pratiquer des séances collectives et être accompagnés par un professeur en APA, formé à l'oncologie et aux effets secondaires du cancer.

activite physique therapeute

Bouger plus, pour mieux lutter !

Et pourtant, « le seul traitement c’est l’activité physique ! » explique le docteur Bouillet. « Vous améliorez votre qualité et philosophie de vie et votre image corporelle. Brusquement vous devenez votre propre thérapeute !»

C’est le soignant qui s’adapte au patient

On s’en fout d’être champion du monde ! Faut être champion du monde de soi-même !

Le sport accompagné

L’âge, l’histoire personnelle et médicale des personnes créent des besoins différents. La CAMI Sport&Cancer, une des association pionnière l’a bien compris et développe des programmes de thérapie sportive dans 27 départements de France et forme des accompagnants au sport-santé dans les services de cancérologie.

Les facteurs de risque modifiables :

- le tabac : principal facteur chez l’homme et la femme.
- l’alcool : déclenche des cancers des systèmes respiratoire et digestif
- les UV : augmente les risques de cancer de la peau.
- la sédentarité : « Le niveau de sédentarité, lié au temps passé devant les écrans notamment, a fortement augmenté chez les adultes et les enfants ces 10 dernières années » (INC).
- l’alimentation : votre alliée si elle est variée, équilibrée et moins sucrée !
- l’obésité : « 20% de cancer en moins pour ceux qui ont une activité sportive régulière » rappelle le docteur Solary.

Et vous ? Je vous propose un test ludique pour vous évaluer et prendre votre santé en main : https://www.e-cancer.fr/prevention-cancers-le-test/
Alors ? Satisfaits de vos résultats ?
Rappelez-vous, rien n’est figé ! Tout est vivant, donc en mouvement !

Quels sont les cancers les plus fréquents ?

Chaque année près d’1 français sur 200 est diagnostiqué d’un cancer.

Les quatre cancers les plus fréquents en France touchent :
- le sein chez la femme
- la prostate chez l’homme
- les poumons chez les deux sexes
- le côlon et le rectum chez les deux sexes

Ces cancers ne sont pas nécessairement les plus mortels. « Chez la femme, le cancer du sein est tellement fréquent qu’il est la première cause de mortalité. Mais 87% des femmes diagnostiquées sont encore en vie cinq ans après. » explique le docteur Solary.
« Beaucoup de personnes en guérissent grâce au dépistage permettant un diagnostic précoce » ajoute le docteur Vanlemmens.

foule diagnostic cancer
sport connecté cancer
effets secondaires cancer

Quels sont les effets secondaires du cancer qui peuvent freiner l’activité physique ?

L’enquête VICAN5 (2018) révèle les répercussions du cancer dans la vie physique, psychologique, émotionnelle, sexuelle, sociale et spirituelle de milliers de personnes cinq ans après le diagnostic d’un cancer.
Car le corps est mis à rude épreuve par la maladie, comme par les traitements qui entraînent des effets secondaires variables d’une personne à l’autre et d’un cancer à l’autre.
Parmi les plus incommodants pour la pratique sportive : fatigue, douleurs (articulaires entre autres), problèmes digestifs, toux chronique, inflammations, troubles neuropathiques (concentration altérée) ou psychologiques (image corporelle modifiée, stress, anxiété).

« Ces répercutions sont sous-estimées, notamment la fatigue très souvent présente pendant et après un cancer » explique le docteur Vanlemmens.
Autant d’effets secondaires que de possibles freins à la reprise d’une activité physique !