La détox : info ou intox ?

Vous avez sans nul doute déjà entendu parler de ces fameuses “détox”, qui permettraient à votre organisme de gagner en vitalité… Mais quelles sont les pratiques adaptées et les bénéfices qui se cachent derrière ce terme devenu hyper populaire ? 

détox : info ou intox ?

Quand on vous dit “détox”, à quoi pensez-vous ? A un plat de légumes ? A un smoothie de couleur verdâtre et assez peu appétissant ? Ou alors à une période de jeûne ? Précisons un peu les choses : la “détox” peut désigner la détoxination - le fait d’éliminer les toxines -, ou la détoxification - l’élimination des toxiques. Vous me répondrez que notre corps, petite merveille de technologie, procède déjà naturellement à l’élimination des déchets… Et vous aurez raison. Le terme “détox”, lorsqu’il désigne l’adoption de nouvelles pratiques alimentaires par exemple, signifie le fait d’aider notre corps à mieux éliminer les déchets. Mais pour entrer davantage dans le vif de ce sujet, Claire Devilliers, naturopathe, apporte un peu d’eau à notre moulin - eau, élément essentiel à la “détox” d’ailleurs -, et éclaire notre lanterne… 

Cure de détoxication naturelle : comment notre organisme se “détox”-t-il ?

Notre corps est une véritable usine, avec différents pôles de traitement des déchets”, souligne Claire. “Il est capable d’éliminer les toxines, naturellement générées par notre métabolisme et notamment par notre digestion. Il est également en mesure de se débarrasser des substances étrangères qui n’ont rien à faire dans notre organisme, à l’instar des pesticides, des métaux lourds ou de molécules chimiques qui rentrent dans notre organisme de diverses façons. L’idée, c’est donc que notre corps est capable de gérer le traitement de ses propres déchets et de ceux qui proviennent de l’extérieur.” Les aliments que l'on consomme, selon leur nature, leur provenance, leur niveau de transformation, seront plus ou moins encrassants pour notre corps. “ Aujourd’hui, l’alimentation industrielle est à la fois très dénutrie et riche en divers additifs, résidus de pesticides, molécules chimiques, etc. "

Régime détox pour le foie, les reins, les intestins : quels sont les organes clés de la détox ? 

Que ces déchets viennent de l’extérieur ou soient produits par notre métabolisme, ils doivent être éliminés. Notre organisme trie, filtre, évacue ou détruit. “Ce travail se fait grâce aux émonctoires”, poursuit Claire Devilliers. “Ce sont des organes qui nous permettent au quotidien d'éliminer les déchets.” Les intestins et le foie, ainsi que les reins sont les plus importants centre de tri et d’élimination des déchets de l’usine corps. Mais ils ne sont pas les seuls à jouer ce rôle : “la peau et les poumons ont aussi vocation à évacuer certains types de déchets”, précise la naturopathe. Dans la mesure où notre corps se débrouille plutôt pas mal pour éliminer les éléments nocifs ou inutiles, pourquoi et comment lui donner un coup de pouce ? 

détox : info ou intox ?
détox : info ou intox ?

Quels sont les bénéfices de la “détox” ? 

La “détox” vise donc, par le biais d’une alimentation adaptée, à aider notre corps à éliminer, en lui proposant des aliments moins encrassants. “La détox est indiquée pour se préparer à l’hiver et s'assurer une meilleure immunité. Au sortir de la saison froide, la détox est tel un grand ménage de printemps !” L’objectif de la détox, c’est d’alléger les efforts que fait le corps pour éliminer et de lui donner ainsi davantage de vitalité.

En adoptant une alimentation qui va générer moins de déchets, on va moins mettre son corps à l’effort”, poursuit Claire. “L’idée, c’est d’optimiser son état de forme général : la “détox” régénère l'organisme et peut donc potentiellement améliorer différents symptômes ; favoriser ainsi une meilleure circulation, réduire les douleurs articulaires, éclaircir le teint ou améliorer le sommeil… Selon ses fragilités ou ses petits soucis de santé, chacun y trouvera son compte. Mais nettoyer son corps demande une certaine force vitale et la “détox” ne doit pas être réalisée de façon trop brutale : il s'agit donc de mettre en place un protocole de nettoyage progressif qui tient compte du niveau de forme de chacun."

Pourquoi faire une détox au printemps ou en automne ?

Comme Claire Devilliers le mentionnait un peu plus haut, les “détox” peuvent être pratiquées avant et après des périodes où la fatigue se fait davantage ressentir. “L’hiver est une période charnière où l’organisme a tendance à s’encrasser davantage”, indique la naturopathe. “Nous sommes parfois un peu moins actifs du fait de la météo et des températures, nous mangeons des aliments plus riches et bénéficions de moins de luminosité.” Claire préconise ainsi de réaliser une “détox” à l’automne pour préparer notre organisme à affronter la période hivernale. Et puis, passés ces quelques mois plus froids, vous pouvez de nouveau redonner un coup de boost à votre organisme, qui a pu être un peu affaibli en hiver. “Une détox de printemps permet de se remettre en forme, de faire le ménage et de nettoyer notre organisme. On peut ainsi aller un peu plus loin que dans celle visant à préparer l’hiver.” En automne et au printemps, avant l’arrivée de la période hivernale et au sortir, n’hésitez donc pas à donner un petit coup de pouce à votre organisme !

DOSSIER SPORT ET ALIMENTATION

Bien manger pour être en bonne santé, oui mais comment ? Sport santé et alimentation : découvrez tous nos conseils nutrition et sport, simples à appliquer au quotidien... et il y en a pour tous les goûts !

dossier sport et alimentation

Détox : 3 jours, 3 semaines, 3 mois ? Pendant combien de temps faire une “détox” ? 

Pour que vous puissiez habituer progressivement votre métabolisme à ce nouveau mode alimentaire, prévoyez trois semaines. “L’idée, ça n’est pas de changer d’alimentation du jour au lendemain. Comme pour le jeûne, il faut suivre une relative progression dans l’instauration de cette cure”, pointe Claire Devilliers. “Idem pour la terminer : il ne s’agit pas de manger uniquement des légumes le dimanche et d’aller déguster un fast-food le lundi ! Dans un sens comme dans l’autre, le changement doit être progressif” La naturopathe évalue donc à trois semaines la période adéquate pour profiter des bénéfices de cette “détox”. 

détox : info ou intox ?

Et la détox à base de plantes ? 

Si la naturopathe oriente la “détox” vers une modification des habitudes alimentaires, c’est que cette cure peut convenir au plus grand nombre. “Il n’y a normalement pas de contre-indications à manger des légumes et à réduire sa consommation d’alcool”, sourit Claire. Mais pour ceux qui désirent aller encore plus loin dans le cadre de leur “détox”, on peut associer aux réglages alimentaires des cures de certaines plantes drainantes. Mais la phytothérapie est toujours une approche personnalisée. “Dans le cadre d’une “détox”, des plantes peuvent être tout à fait conseillées, mais elles ne sont pas à employer à la légère. En fonction de l'objectif recherché, de l'organe émonctoire que l'on veut soutenir et de l'état de forme de la personne, je conseillerai telle ou telle plante." Certaines plantes apporteront un coup de pouce au bon fonctionnement des reins, d’autres prendront soin de la peau ou du foie. “Elles ont une action puissante et il est préférable d’avoir l’avis d’un·e naturopathe ou autre professionnel·le compétent·e avant de prendre tout complément alimentaire”, indique Claire Devilliers. “Il peut y avoir des contre-indications et il est nécessaire d’être bien conseillé(e) pour compléter sa “détox” alimentaire par un accompagnement à base de plantes.

Détox et sport, une combinaison qui fonctionne ? 

Durant la “détox”, peut-on continuer à pratiquer une activité physique ? “L'activité physique permet de stimuler ces organes qui nous permettent d’éliminer les déchets. Donc, oui, le mouvement et l’activité physique, ne serait-ce que le fait de marcher, vont faciliter la “détox”", indique Claire Devilliers. “Mais, dans la même logique que la mise en place d’une cure, il ne faut pas se mettre au sport de manière intense, du jour au lendemain. Un pratiquant régulier peut sans problème poursuivre son activité en période de “détox”. Pour quelqu’un qui n’a pas l'habitude de pratiquer une activité physique et qui souhaite profiter de sa période “détox” pour s’y mettre, mieux vaut commencer par de la marche ou une activité douce. Il ne faut pas brusquer l’organisme… et toujours rester à l'écoute de soi pour ralentir si nécessaire.”