“LE VOYAGE À VÉLO, CETTE LIBERTÉ DE FOU”

JEAN, CYCLISTE-VOYAGEUR AVERTI, TÉMOIGNE SUR CETTE FOLLE AVENTURE

Le voyage à vélo, vous en rêvez peut-être depuis un moment mais... il y a toujours un mais. On a demandé à Jean de nous raconter son périple pour enlever tous vos freins - au sens figuré bien sûr !

15 000 km, une dizaine de voyages à vélo à son actif partout dans le monde, Jean est ce qu’on appelle un cycliste-voyageur aguerri. Il nous emmène avec lui dans ses sacoches pour nous raconter ce qu’est le voyage à vélo. Ses plaisirs, ses (petites) contraintes, ses surprises, ses précautions. On vous le garantit : après avoir lu son témoignage, vous aurez envie de monter sur selle illico ! Sans oublier votre cuissard ;).

Le voyage à vélo que tu as envie de nous raconter ?

Il y en a plein ! J’ai même passé 4 mois tout seul à sillonner l’Europe à vélo l’année dernière. Mais je dirais que pour s’initier au voyage à vélo, mieux vaut commencer par quelques jours pour tester l’expérience avant d’y prendre goût. Du coup, j’ai envie de parler de ce voyage en Inde en décembre 2017. 

Avec deux de mes soeurs, nous avons rejoint ma troisième soeur là-bas - elle était en tour du monde à l’époque. L’objectif était de partir de Madurai pour arriver à Chennai, dans le sud du pays, en longeant la côte. En tout, 500km de vélo en 10 jours. On faisait donc 50 km par jour en moyenne. On a choisi de dormir dans des petits hôtels à chaque étape, très peu coûteux en Inde. 

En bref, c’était un voyage très dépaysant, un moment en famille riche par sa simplicité.

voyage à vélo

Pourquoi choisir le voyage à vélo ?

J’ai choisi le vélo initialement parce que je voulais voyager après mes études mais bien sûr à moindre frais et le vélo est LA solution la plus économique… Et j’y ai pris goût ! 

L’autre raison simple : je fais ce que je veux, quand je veux. Je ne dépends de rien d’autre que moi, mon rythme. Je peux attendre s’il fait moche ou si je ne suis pas en forme. Tu vois des choses que tu n’aurais pas le temps de voir à pied. Ça permet de passer par des petits villages, enrichir le parcours d’imprévus. Je n’ai d’ailleurs jamais respecté l’itinéraire établi : il y a toujours d’autres choses à voir, j’ai faim, j’ai soif… Et c’est ça qui est cool, c’est une liberté de fou

Et puis, la contrainte physique disparaît assez vite : tu roules à ton rythme et tu prends l’habitude de rouler. Ne reste que le plaisir du vélo :).

Tout le monde peut voyager à vélo ? Comment se préparer ?

En vrai, c’est totalement accessible pour tout le monde. Mes deux petites soeurs avec qui je suis parti n’étaient pas plus sportives que ça, des sportives du dimanche comme on dit. Et le voyage à vélo en Inde s’est super bien passé. L’important est de gérer son effort. Généralement, il faut 2 ou 3 jours pour se mettre dans le rythme. Je n’ai jamais fait de préparation en amont donc oui, j’ai eu mal aux fesses et les jambes tiraient un peu mais c’est tout. L’entraînement se fait pendant le voyage à vélo !

Et il faut se détendre sur le fait qu’on peut prendre un train ou un bus si il y a un quelconque retard sur l’itinéraire. En Inde, on a réussi à prendre le bus avec 5 vélos parce que, certes le parcours est plat et ensoleillé, mais beaucoup de vent… L’ennemi numéro 1 du cycliste ! Rien de grave, ça nous a juste fait vivre une autre expérience. C’est sûr que si le timing est serré dans le voyage, il vaut mieux se préparer un peu.

Le voyage à vélo, ce sont aussi des contraintes, non ?

La première contrainte, c’est l’aspect mécanique, surtout quand on ne sait pas réparer un vélo soi-même. Il faut se former aux bases : le dérailleur, la crevaison, changer un pneu… Et sinon, il ne faut pas hésiter à demander aux autres, les gens sont étonnamment serviables quand on est à vélo ! En Inde, on a eu de la chance : une seule crevaison. Bon c’était au milieu des singes, on n’était pas très rassurés donc on a réparé en vitesse. 

Autre contrainte quand on voyage loin : l’avion. Il faut bien emballer son vélo avant de partir. L’astuce est de trouver un grand carton jetable adapté… chez Decathlon par exemple, en demandant à l’avance à un magasin. 

Et en dernier, je dirais la sécurité du vélo

voyage à vélo

Justement, comment sécuriser son vélo en voyage ?

C’est sans doute l’un des trucs les plus importants en voyage à vélo. Il faut toujours avoir son vélo à vue parce qu’il représente et contient généralement tout ce qu’on possède. Ça passe par l’accrocher à sa tente la nuit, le mettre dans des locaux spécialisés dans les hôtels ou campings, demander aux supermarchés quand on fait ses courses si on peut rentrer son vélo à l’intérieur. Evidemment, c’est beaucoup plus simple si on est à deux. 

Si mon voyage à vélo se passe en tente, je rentre toutes mes sacoches dans ma tente la nuit. Et si le coin n’est pas sécurisé, j’accroche du fil de pêche à mon vélo jusqu’à moi. Invisible et difficile à casser : simple mais très dissuasif !

voyage à vélo

Et donc à part le fil de pêche, qu’est-ce qu’on emmène quand on voyage à vélo ?

L’erreur qu’on fait tous quand on découvre le voyage à deux roues c’est d’emmener trop de choses. En fait, on a vraiment besoin de peu d’équipements. D’abord parce qu’il vaut mieux voyager léger, c’est nous qui poussons au final ! Ensuite parce que peu de matériel est indispensable. 

Niveau tenue, je prends souvent une tenue pour la journée, une tenue pour le soir et de quoi affronter les intempéries. Cuissard obligatoire : on a quand même mal aux fesses avec mais promis, on s’y fait ! Des mitaines ou gants sont pas mal aussi pour éviter les échauffements aux mains. Et casque bien sûr, l’équilibre à vélo est moins évident quand on est chargé, donc le risque de chute plus grand.

Pour le matériel de réparation, je prends l’essentiel : une pompe à vélo, un kit rustines, un démonte pneu, des chambres à air, un multi tool, un couteau. Et de la ficelle, toujours utile pour réparer des sacoches par exemple.

Quant à l’équipement sur le vélo, sans tente, 2 sacoches arrières waterproof suffisent. Et si on voyage en tente, seul•e, plutôt 4 sacoches. Pensez à répartir le poids ! Le truc utile en plus c’est une petite sacoche guidon pour avoir quelques éléments à portée de mains comme un téléphone, appareil photo, multitool, de quoi boire ou manger...). Le sac à dos ne sert à rien, c’est vraiment pas adapté, mieux vaut charger le vélo. Une bonne sonnette est aussi super importante, en Inde c’est obligatoire car tout le monde fonctionne comme ça. 

Je prévois aussi un minimum d’éclairages, de préférence polyvalents, à fixer sur le vélo mais aussi emmener dans la tente. Et de quoi assurer sa visibilité même de jour : un truc jaune fluo, un drapeau…

Côté alimentation et hydratation, j’emmène toujours plusieurs bidons, même vides, pour pouvoir les remplir si besoin. J’ai toujours un peu de bouffe d’avance, on ne sait jamais, ça creuse le vélo !

Ah oui et crème solaire obligatoire !

Ça coûte combien de voyager à vélo ?

Ça dépend vraiment de l’endroit où on voyage… Mais sur toutes mes expériences, en moyenne je suis à 20/30€ par jour, y compris les aléas des réparations de vélo. C’est clairement l’un des moyens les plus économiques de voyager.

L’investissement, c’est le vélo. Et même là, quand on part quelques jours, pas besoin du plus haut de gamme. Une bonne fourche à l’avant c’est plus facile sur les chemins caillouteux. Attention aussi au poids du vélo, auquel s’ajoutent les sacoches. En totale autonomie, ça peut aller jusqu’à 50kg tout compris...

Voyage à vélo : des derniers trucs à penser ?

voyage à vélo

Je dirais que j’évite de rouler le soir, la nuit, je préfère me lever tôt. Je trouve ça mieux de rouler beaucoup le matin parce que les heures après le repas du midi comptent double, c’est toujours plus dur. En plus, en fin de journée, c’est souvent le moment où on cherche un logement, c’est du bonus. 

Pour finir, le truc dont je n’arrive pas à me passer : les livres. Pendant mon voyage à vélo en Europe, j’en avais une sacoche complète ! 

Vous aussi vous avez des étoiles plein les yeux ? Les jambes vous démangent et ne demandent qu’à rouler ? Ça tombe bien, ça ne promet que des bonnes choses : on n’a pas mal aux articulations, on ne porte pas son poids et on voyage plus loin, librement. Racontez-nous, vous aussi, vos expériences en commentaires quand vous serez revenu•e !

Un immense merci à Jean pour son témoignage sur le voyage à vélo.

portrait_emilie_conseil_sport_redactrice

Emilie, Rédactrice conseils

Ma passion ? Les gens passionnés ! Touche à tout dans le sport, mais surtout aux sports de montagne, accro aux grands espaces et à la raclette.

CES CONSEILS POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :

Conseil
vélo voyage
A n’en pas douter, l’idée d’explorer le monde à vélo est séduisante. Mais c’est quoi au juste le « voyage à vélo » ?
Conseil
vélo voyage bikepacking
Voyager léger avec des sacoches qui se fixent directement sur les différents éléments du vélo : le bikepacking est une nouvelle manière d’aborder le voyage à vélo. En quête de légèreté et de liberté, le bikepacker est un explorateur qui s’aventure hors des sentiers battus.

Commentaires utilisateurs

4.5 / 5 4 commentaires
Répartition des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 07 septembre 2020

    Apres St St-Jacques, la Corse, la Sardaigne, Palma de Majorque, espère bien voir plus loin .Merci a Jean pour son commentaire très instructif et encourageant.

  • 22 août 2020

    Merci pour le partage d'expérience et les bon conseils, un chargeur solaire et batterie pour le smartphone/gps (même si on cherche aussi à déconnecter au guidon) et une liseuse qui fait économiser quelques kgs de bouquins : ) !

  • 22 août 2020

    ca serait mon rêve de le faire le tour de du monde a velo

  • 23 septembre 2020

    Mais du coup comme tous vos vélos sont donnés pour une charge maxi de 120kg vélo et cycliste compris il ne roule pas avec un de vos vélos donc car avec 50kg de charge ce n'est pas possible.

HAUT DE PAGE