Vélo route: comment bien descendre ?

VÉLO ROUTE: COMMENT BIEN DESCENDRE ?

Préparer l'ascension d’un col suppose aussi de préparer la descente. Une connaissance des techniques vous permettra d'améliorer vos temps tout en vous assurant une meilleure sécurité. Pédalage, freinage, position… Découvrez nos conseils pour mieux descendre.

DANS UN AUTRE DE NOS CONSEILS NOUS AVONS VU COMMENT APPRÉHENDER LES MONTÉES ET LES COLS. OR, À MOINS D’UNE ARRIVÉE EN ALTITUDE, APRÈS AVOIR GRAVI UN COL, VIENT LE MOMENT OÙ IL FAUT REDESCENDRE.

Et il serait dommage d’avoir fait une belle montée si c’est pour perdre énormément de temps dans la descente. Pour ma part, c’est en général le contraire. Piètre grimpeur, j’arrive à doubler beaucoup de monde dans la descente. Sans spécialement prendre de risques, mais en adoptant les meilleures trajectoires et une bonne technique.

Deux qualités sont nécessaires pour un bon descendeur : l’adresse et la confiance.

Voici donc mes quelques conseils pour progresser en descente sans prendre de risques.

number-1

CONTINUEZ À PÉDALER

A moins que ce ne soit la dernière descente juste avant l’arrivée (chose assez rare), vous devez à tout prix profiter de la descente pour récupérer de vos efforts et aborder les prochaines difficultés plus facilement.

Mais la principale erreur serait de se laisser descendre. Dans ce cas, vos muscles vont très vite refroidir et vous aurez les jambes dures dès qu’il faudra remettre en marche dans la vallée ou la prochaine bosse.

Pour éviter cela, vous devez continuer à pédaler dans la descente. Les muscles resteront ainsi en mouvement et cela vous permettra d’éliminer plus rapidement les toxines accumulées lors de la montée. Il faudra tourner les jambes à +/-90tr/mn environ, ce qui sollicitera suffisamment le cœur et les fibres musculaires. Ne mettez pas un trop gros braquet.

photodescendre2
numéro2

QUELLE POSITION ?

La position la plus sûre est aussi la plus aérodynamique. Vous devez être bien posé sur votre selle et surtout, les mains doivent être en bas du cintre avec deux doigts sur les freins.

Surtout, pas de descente mains aux cocottes ! Avec la vitesse, les moindres bosses peuvent vous faire lâcher prise si vous être seulement sur les cocottes. De plus, dans cette position, vous n’avez pas suffisamment de puissance pour freiner.

Avec les mains en bas du cintre, vous serez bien plus en sécurité. Même sur les bosses, vos mains resteront fixées sur le cintre et en cas de freinage d’urgence, vous aurez un maximum de puissance.

De plus, le freinage fait que tout le poids de votre corps subit une translation vers l’avant. Si vous avez beaucoup transpiré, vous risquez de glisser sur les cocottes qui n’offrent ni un bon grip, ni une forme idéale.

Vous ne devez pas avoir les bras tendus, mais légèrement relâchés. Vous économiserez vos forces, éviterez les crampes en cas de longue descente, mais surtout, vos bras joueront le rôle d’amortisseurs.

number-3

COMMENT FREINER ?

Si vous faites de la moto, on a dû vous dire que l’on doit environ freiner à 70% de l’avant et 30% de l’arrière. En vélo, c’est pareil.

Quand vous freinez, tout le poids (cycliste + vélo) sera principalement transféré sur l’avant. C’est donc la roue avant qui aura le plus d’adhérence. La roue arrière sera délestée et un trop fort freinage provoquera le blocage de celle-ci. Le frein arrière sert plus de ralentisseur que de véritable freineur.

Essayez de ne freiner dans une descente que de l’arrière, vous verrez vite qu’il vous faudra de nombreux mètres avant de vous arrêter.

Ces 70% à l’avant et 30% à l’arrière seront bien sûr à moduler s’il y a du gravier.

Avant un virage ou une épingle, vous devez freiner fort et relâcher la pression sur les freins progressivement au fur et à mesure que votre vitesse diminue.

Ne freinez qu’en ligne droite ! Une fois dans le virage, vous ne devez plus freiner. Tout juste effleurer le frein arrière qui vous permettra de virer un peu plus court si nécessaire. Vous obtiendrez le meilleur grip en virage si vous ne freinez pas.

photodescendre3
number-4

LA TECHNIQUE POUR BIEN PRENDRE UN VIRAGE

Ce n’est en général pas dans les longues lignes droites que l’on perd du temps, mais plutôt dans les virages et épingles.

Un virage se débute toujours par l’extérieur. Vous devez vous placer, lors de votre freinage, sur l’extérieur (tout en respectant votre côté de la route sur route ouverte).
Si le virage se fait sur la gauche, vous devrez donc vous positionner le plus à droite possible, en pensant à relever votre pédale gauche et en enlevant du braquet pour pouvoir mieux relancer.

Une fois le freinage terminé, vous devez tracer un arc de cercle en prenant au plus court (sauf si gravillons à cet endroit) sur la gauche (toujours en respectant votre côté de la route sur route ouverte). Ce que l’on appelle la corde. C’est la trajectoire qui vous permettra de passer le plus rapidement.

L’idéal est même d’appuyer sur la pédale extérieure (qui est donc en bas) afin d’avoir une meilleure adhérence).

Vous devez toujours regarder où vous voulez que votre vélo aille et surtout pas, là où ne voulez pas vous diriger (glissières de sécurité, ravin, …).

La relance sera plus ou moins nerveuse suivant votre classement et l’objectif de la course. Si vous voulez simplement terminer, relancez tranquillement pour récupérer. Idem si une épingle est à nouveau présente 200m plus loin. Ca ne sert à rien de faire une grosse relance si c’est pour freiner un peu plus loin.

number-5

NE PRENEZ AUCUN RISQUE !

J’ai trop souvent vu lors de courses ou cyclosportives des cyclistes prendre des risques inconsidérés dans des virages à l’aveugle. Les routes ne sont en générales pas fermée et une voiture peut à tout moment survenir.

Pensez-y, vous n’êtes pas des professionnels, vous devez respecter le code de la route et votre vie vaut sans doute bien plus que les quelques places grappillées en ayant coupé tous les virages d’une descente.

photodescendre4
number-6

CONFIANCE

Un bon descendeur doit avoir beaucoup de confiance. Confiance en soi, mais aussi dans son matériel.

Pour la confiance en soi, il faut que vous descendiez à la vitesse que vous jugez la plus confortable pour vous. Si vous tentez de suivre un coureur qui descend beaucoup plus vite que vous mais que vous ne le sentez pas, vous allez faire des erreurs.

Ensuite, confiance en son matériel. J’entends souvent des gens dire « oui, mais si le pneu éclate à 80km/h ? ».

En plus de 25 ans de pratique, je n’ai eu qu’à deux reprises un pneu qui a éclaté (défaut de montage) et jamais en descente. Il n’y a pas de raison que cela vous arrive plus en descente que d’habitude.

Même avec des pneus de seulement 23mm de large, vous aurez une excellente adhérence à partir du moment où vous savez ce que vous faites et si vous posez vos roues au bon endroit et à la bonne vitesse.

Avant de prendre le départ pour des cols, vous devez donc vérifier le bon fonctionnement de votre vélo et le bon état des patins de freins et pneumatiques.

Ce n’est qu’en étant sûr de vous et de votre matériel que vous pourrez ensuite en toute tranquillité appliquer ces conseils et descendre avec les meilleures trajectoires possibles.

CES CONSEILS PEUVENT VOUS INTERESSER

Conseil
Lexique vélo route Decathlon
Echappée, peloton, sprint... Devenez incollable sur les termes du vélo route avec ce lexique !
Conseil
Vous avez découvert les joies du vélo récemment ? Vous avez décidé de vous mettre au vélo de route ? « Oui, mais je n’ai pas de vélo ! », « ça coûte cher ! », « je ne sais pas quelle monture choisir »… autant de questions qui peuvent freiner vos bonnes intentions. Je me propose de vous guider dans la recherche de votre premier vélo route.

Commentaires utilisateurs

5 / 5 1 commentaire
Répartition des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • Homme
    30-39 ans
    22 avril 2018

    C'est tout bon

HAUT DE PAGE