media_truite.jpg

TRUITE : 10 CONSEILS MALINS POUR L'OUVERTURE

Si rien ne remplace l'expérience pour réussir son ouverture de la truite, quelques conseils sont toujours bons à prendre. Pour que cet événement se passe dans les meilleures conditions, voici nos conseils pour vous donner toutes les chances de réussir votre ouverture.

# CONSEIL  1 / VÉRIFIEZ VOTRE MATÉRIEL

En début de saison, il n'est jamais superflu de repasser un petit coup d’œil sur le matériel. Un vieux nylon, trop longtemps soumis aux rayons UV (lumière du soleil), risque de casser plus facilement. Au moindre doute, changer le fil de votre bobine pour plus de sûreté.

#CONSEIL 2 / OBSERVEZ AVANT DE PÊCHER

L'observation est une qualité essentielle pour un pêcheur. Lors de l'ouverture, elle peut clairement faire la différence. N'hésitez pas à arpenter les berges pour observer le comportement des poissons.  Est-ce que les belles mouchetées s'activent entre les veines d'eau pour se saisir des petits insectes à la dérive ? Sont-elles postées en attendant qu'un vairon un peu trop rêveur s'approche ? Une bonne séance d'observation pourra vous apporter des éléments de réponse.

#CONSEIL 3 / PÊCHEZ À L'HEURE DU DÉJEUNER

À l'ouverture, les truites attendent généralement l'heure de notre déjeuner pour s'alimenter. Il y fait  plus doux, le soleil chauffe confortablement l'eau et le ballet de vers, de mouches, de cuillers et autres poissons nageurs cessent à ce moment précis. Saisissez cette opportunité pour vous rendre au bord de l'eau pour profiter de cette tranquillité passagère.

#CONSEIL 4 / VARIEZ LES MENUS

À l'ouverture, les truites sortent d'une léthargie qui dure depuis plusieurs mois avec une pression de pêche quasi nulle. L'arrivée soudaine des pêcheurs pousse le poisson à se méfier de l'augmentation soudaine du nombre de vers ou de teignes présents dans l'eau. À vous de la provoquer la belle truite méfiante avec un menu hors du commun. Une cuiller fluo ? Un poisson nageur très vibrant ? Casser les codes établis depuis l'aube peut parfois débloquer une situation qui semble figée. Cette part d'inattendu fait également tout le charme de l'ouverture.   

#CONSEIL 5 / PENSEZ AU STREAMER

Bien connu des pêcheurs à la mouche, cette imitation artificielle est très efficace sur les salmonidés, quel que soit le temps et le lieu. La nage libre du streamer est très légère peut faire craquer les poissons les plus méfiants.  N'hésitez pas à emmener plusieurs couleurs avec vous, afin de les tester sur un poisson posté. Vous pourrez alors déterminer en fonction de la réactivité du poisson, la bonne couleur à utiliser pour le reste de la journée. Les coloris vifs (jaunes, rouge, rose) sont généralement très prenants en cette période de l'année, surtout sur les truites d'alevinage... Si vous n'avez pas de canne mouche pour lancer, vous pouvez utiliser une bombette pour propulser ce leurre à l'aide d'une canne à lancer.

#CONSEIL 6 / GARE À VOTRE OMBRE !

Les déplacements doivent être d'une discrétion absolue. La truite est un poisson méfiant et une approche précipitée peut compromettre vos chances de réussite. Faites attention à votre ombre ! Il faut éviter qu'elle recouvre le poste occupé par le poisson. Si vous avez le soleil dans le dos, n'hésitez pas à vous baisser ou à vous éloigner de la berge pour rester discret. Pour une meilleure approche, il est préférable de remonter à contre-courant pour approcher le poisson par l'arrière.

#CONSEIL 7 / REVENEZ RÉGULIÈREMENT

L'augmentation soudaine de l'activité au bord de l'eau peut pousser le poisson a se réfugier en attendant que cesse toute cette agitation. N'hésitez pas à vous rendre régulièrement au bord de l'eau au cours de semaines suivantes. Vous pourrez alors profiter de la baisse de fréquentation pour tenter de leurrer la belle truite qui restait désespérément « planquée » lors de l'ouverture.

#CONSEIL 8 : HAUTES EAUX : TENTEZ LES BEAUX SUJETS

Une montée d'eau soudaine peut conduire les pêcheurs à délaisser les berges. Pourtant, ce phénomène pousse les belles truites à sortir en pleine eau face à l'abondance de nourriture.

Si les eaux sont également teintées, un appât naturel comme le ver de terre est une bouchée  séduisante.

#CONSEIL 9 / VOYAGEZ LÉGER

À l'ouverture, la tentation est souvent grande d'emmener de nombreux accessoires au bord de l'eau. Cependant, rien de plus énervant que de devoir vider ses poches pendant de longues minutes à la recherche d'une bobine de fil ou d'un ciseau. Au bord de l'eau, rester simple permet souvent de rester zen. Privilégiez les accessoires indispensables que sont les lunettes polarisantes, une boite de leurres ou d'appâts, quelques bobines de fils, une pince et une épuisette.  L'utilisation d'un lien aimanté  permet de conserver à portée les accessoires indispensables (épuisette, pince, ciseaux...) tout en conservant une grande liberté de mouvements. Un petit poncho rangé dans la poche dorsale du gilet n'est jamais superflu pour faire face à une averse.

# CONSEIL 10 / PROTECTION DU POISSON : IL FAUT SE MOUILLER

Le poisson mérite également de passer une bonne ouverture. Bien se mouiller les mains avant de saisir une truite évite de retirer le mucus qui la recouvre. Cette protection naturelle isole le poisson des maladies et lui permet de mieux se protéger sous l'eau. Remettez délicatement le poisson dans l'eau en la serrant légèrement, la tête maintenue dans le courant. Le poisson repartira de lui-même une fois qu'il aura retrouvé ses esprits. Quel spectacle !

LES CONSEILS PRÉFÉRÉS DES PÊCHEURS 

Conseil
Comme tous les prédateurs, les carnassiers chassent en s'embusquant dans des postes leur offrant les meilleures chances de capturer leur proie. Savoir identifier ces zones vous permettra de bien localiser les carnassiers pour mieux les pêcher. Brochet ? Perche ? Black-bass ? Sandre ? Nous vous expliquons dans cet article où trouver les carnassiers.
Conseil
Weightless ? Carolina ? Texas ? Wacky ou encore drop shot ? Découvrez à travers ces conseils, les différentes possibilités pour armer votre leurre souple.
Conseil
Réussir son amorce nécessite de savoir choisir avec soin les ingrédients les mieux adaptés. PV1 ? Jaune de Hollande ? Coprah mélassé ? Terre de somme ou encore coco belge ? Ces termes exclusifs peuvent parfois être difficiles à assimiler. Découvrez les spécificités et les apports de chaque composant dans la confection de l’amorce.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE