"CE N’ÉTAIT PAS LE SPORT EN LUI-MÊME QUI ME GÊNAIT, C’ÉTAIT LE REGARD QUE L’ON POUVAIT PORTER SUR MOI EN TRAIN DE FAIRE DU SPORT. "

Aurélia est une maman active. Et jusque début 2017, le sport, pour elle, c’était plutôt “merci, mais non merci, je laisse ça aux autres”. Jusqu’à ce que ce soit son fils qui lui demande de l’accompagner. Là, Aurélia n’a plus eu très envie de laisser ça aux autres. C’était décidé, elle allait s’attaquer à ces 40 kilos en trop.

QU’EST-CE QUI TE REBUTAIT DANS LE SPORT ?

En fait je ne voulais pas faire de sport parce que j’avais peur du regard des autres. Ce n’était pas le sport en lui-même qui me gênait, c’était le regard que l’on pouvait sur moi en train de faire du sport. Je n’y arrivais pas à cause de ça. J’enviais énormément les gens qui savaient faire du sport, qui pouvaient… enfin, qui en faisaient. Je pensais que les autres allaient me juger sur la façon dont je faisais du sport. Et puis je ne m’en sentais pas capable physiquement : j’avais mal partout… Un vrai cercle vicieux : je me sentais lourde, j’avais mal, alors je ne faisais pas de sport...

ET TON RAPPORT AU SPORT A TOUJOURS ÉTÉ COMME ÇA ?

Non, ado je faisais du sport en club (gym et volley). J’ai arrêté après le bac, par manque de temps. Et puis ensuite… et bien la vie ! Et les enfants… Je ne m’y suis donc pas remise, et les kilos se sont installés.

Témoignage Aurelia - Volleyball

ALORS QUEL A ÉTÉ LE DÉCLIC ?

Je me suis mise au sport parce que je me suis rendue compte que pour jouer avec mes enfants, pour faire certaines tâches quotidiennes, ne serait-ce que monter trois étages à pied… C’était très difficile. Je ne pouvais plus courir après mes enfants. Monter des étages sans être à bout de souffle. Il  était temps que je fasse quelque chose pour profiter pleinement de la vie et retrouver, trouver une bonne forme. Une forme qui me permet de faire ces activités.

Je suis d’abord passée par une opération. L’opération constitue une vraie aide, mais pas un miracle pour perdre du poids ! Il fallait que je me remette à une activité physique… J’ai commencé par l’aquagym, pour ménager mes articulations. Puis, j’ai découvert le groupe de marche sportive de Decathlon City (dans le 15e arrondissement de Paris) via un collègue. J’y suis allée par curiosité… C’était il y a 6 mois. Depuis, j’ai perdu 15 kilos. Aujourd’hui, je me suis remise au badminton et au volleyball. J’en suis donc à 4 séances de sport par semaine.

ET AUJOURD’HUI, QU’EST-CE QUE TU AIMES DANS LE SPORT ?

Le sport m’a permis de me prouver que je suis capable de faire des choses, m’entraîner, faire du sport quotidiennement. J’ai aussi réalisé que je me mettais des barrières toute seule ! En fait, personne ne regarde vraiment l’autre… mais c’était psychologique. Depuis mon opération, j’ai perdu 40 kg. Alors, oui, il y a cette perte de poids, mais il y aussi le souffle retrouvé, le plaisir d’emmener mes enfants marcher, faire du vélo… Et puis le sport permet de créer des liens que l’on aurait pas créé sinon.Le sport permet d’aller plus facilement vers les autres !

Cette activité physique me permet aussi de rentrer à la maison beaucoup plus zen. Je me sens vidée mais ça fait vraiment du bien.

ET QUELS SERAIENT LES PROCHAINS OBJECTIFS APRÈS CE -DÉJÀ- BEAU PARCOURS ?

J’aimerais régler quelques problèmes de ligaments et essayer de me mettre à la course à pied… J’ai déjà un peu essayé : après 3 minutes de course, je suis au bout de ma vie. Mais il est là mon challenge ! Pas d’histoire de chrono ou de perf, juste l’envie d’aller plus loin… Pourquoi pas l’Odyssea l’année prochaine ?

(NB : L’Odyssea est une course féminine. Objectif : faire sponsoriser ses kilomètres. Les dons sont ensuite reversés en faveur de la recherche contre le cancer du sein).

ET VOUS, C'ÉTAIT QUOI, VOTRE DÉCLIC ? COMMENT AVEZ-VOUS VÉCU LA REPRISE DU SPORT ? PARTAGEONS NOS HISTOIRES !

D'AUTRES HISTOIRES ? C'EST PAR ICI !

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE