bien_debuter_la_peche_de_la_truite.jpg

QUELLE TECHNIQUE POUR PÊCHER LA TRUITE ?

(2)
L'ouverture de la truite sonne généralement le début de la saison de pêche en eau douce. L'espoir est grand d'y faire le premier poisson de la saison. Pour réussir le jour de l'ouverture, il n'y a pas une technique miracle mais bien plusieurs techniques efficaces à connaître.
Au toc ? Aux leurres ? À la mouche ? Autant d'approches qui peuvent fonctionner et apporter des joies immenses au bord de l'eau en ce début de saison. Aujourd'hui, nous vous présentons toutes ces techniques pour vous orienter en ce début de saison.
 

LA PÊCHE AU TOC

La pêche au toc, en rivière, est une pêche itinérante ou « à rôder ». On prospecte les bordures, les obstacles (pierres, branches...) en tenant le fil à la main. On laisse dériver la ligne dans le courant, pour dénicher ainsi de belles truites. La canne est tenue par la main forte tandis que le fil est délicatement pincé par l'autre main. La prise de l’appât par la truite est fidèlement retransmise par la canne. C'est ce « toc » qui indique le moment pour ferrer. 

Cette technique, simple et efficace, permet de pêcher sur quasiment tous types de postes et de rivières.
 
LE MATÉRIEL :
Côté matériel, plusieurs types de cannes peuvent être utilisés pour la pêche aux appâts naturels en fonction de la configuration de la zone de pêche.
 
Rivières dégagées
Une canne de type anglaise permet de bien contrôler la dérive de la ligne et de sentir les touches les plus discrètes.
 
Rivières encombrées
Il faut préconiser l'utilisation d'une canne à fil intérieur afin d'éviter de s'accrocher dans les branches.
 
Une canne téléréglable, entre 4m et 5m, est un bon compromis qui permettra de faire face à de nombreuses situations.
 
Dans la pêche au toc, le moulinet sert simplement de réserve de fil. Il s'agit le plus souvent d'un modèle à tambour tournant qui peut être démultiplié pour une récupération plus rapide de la ligne. Un modèle à tambour fixe (type ultra­léger) permet d'effectuer des lancers.
 
Pour le le corps de ligne, nous vous conseillons d'utiliser une couleur fluo (14/100 à 20/100) afin de bien visualiser la ligne dans le courant. L'utilisation d'un guide­fil permet encore de gagner en visibilité. Un micro­-émerillon placé au bout du corps de ligne permettra d'éviter le vrillage du fil et facilitera le changement des bas de lignes en fonction des différentes situations de pêches.
 
Le bas de ligne comprend la plombée ainsi que l'hameçon. La plombée est dégressive afin d'offrir la présentation la plus naturelle de l'esche. Une sélection de plombs mous (taille n°10 à 5) permettra de monter rapidement la ligne tout en l'adaptant facilement au poste à prospecter, en fonction de la profondeur ou encore de la vitesse du courant. Sur des rivières moyennes ou le courant est assez rapide, la plombée devra être étalée pour que la dérive soit naturelle. Sur des rivières rapides avec des cascades par exemple, la plombée sera regroupée pour permettre à l’appât de rester près du fond.
 
#L'Astuce Caperlan
Pour une meilleure présentation, l'hameçon doit avoir la même taille et la même teinte que l'appât utilisé.
 
LES APPÂTS POUR L'OUVERTURE :
Dès le printemps, les truites se nourrissent de larves qu'elles retrouvent en quantité au fond de l'eau. La teigne est l'appât roi en ce début de saison, dans les eaux basses et claires. Si les eaux sont teintées, le porte­bois ou vers d'eau sera plus adapté. Il se récolte facilement et rapidement sous les pierres et sous les rochers. Un gros vers de terre de terre peut faire toute la différence sur des eaux en crue très teintées. Il faut lancer la ligne suffisamment loin en amont, de façon à ce qu'elle ait le temps de venir se positionner de façon optimale sur le poste opposé. 
 
 
Particulièrement efficace pour l'ouverture, la pêche au toc est une technique complète et naturelle qui permet de pêcher efficacement tout au long de la saison.
 

LA PÊCHE AUX LEURRES

Cette technique consiste à leurrer la truite en lui présentant directement sur son poste un leurre comme par exemple une cuiller, un poisson nageur ou encore un leurre souple. Côté matériel, pour l'ouverture, un ensemble à lancer léger composé d'une canne courte d'1.80 m conviendra parfaitement pour pêcher la truite dans la plupart des rivières de 1ère catégorie. Le leurre doit être lancé en amont du poste où se cache le poisson. Quand ce dernier verra passer le leurre à proximité de sa cache, il l'attaquera, soit pour se nourrir, soit pour défendre son territoire. En cas de refus, il faut changer la composition du « menu ». Leurres souples de type shad (forme de poissonnet) ? Petits poissons nageurs ? Couleurs vives ? Autant de combinaisons qui peuvent s'avérer payantes et qui rendent cette pêche riche et passionnante.
 
 
#L'Astuce Caperlan
Fixer un émerillon agrafe est très pratique pour changer rapidement de leurres sans avoir à couper le bas de ligne. De plus, l'émerillon évite le vrillage du fil. Son utilisation est vivement conseillée si vous pêchez avec des cuillers tournantes.
 
La pêche aux leurres est également idéale pour débuter car elle permet d'acquérir rapidement les techniques de bases. Ramener une cuiller tournante le long d'une berge s'apprend en quelques minutes et peut permettre de prendre beaucoup de poissons si les conditions sont réunies.
 

LA PÊCHE À LA MOUCHE

Le principe de cette pêche est de leurrer le poisson à l'aide d'un appât artificiel que l'on appelle « mouche ». Cette technique nécessite l'emploi d'une canne et d'un moulinet spécifiques. L'utilisation d'une soie, va permettre de projeter la mouche à des dizaines de mètres en «fouettant » et, de la déposer en douceur afin d'inciter la truite à gober. C'est une pêche qui se pratique essentiellement à vue et qui offre des sensations uniques. 
 
 
 
Une mouche imite de petits insectes ailés ou non­ailés dont la truite se nourrit. Elles peuvent être imitatives et ressembler trait pour trait à un insecte ou être « incitative » et jouer ainsi, uniquement sur l'agressivité de la truite.
 
En rivière, les mouches utilisées ressemblent à des insectes aquatiques à différents stade de développement. On peut identifier quatre grandes familles de mouche :
 
∙ les sèches (insecte à la surface de l'eau)
 
∙ les noyées (pêche sous la pellicule d'eau)
 
∙ les nymphes (imitations de petites larves vivant sous l'eau)
 
∙ les streamers (imitation de petits poissons)
 
Les nymphes sont excellentes en début de saison pour prospecter les bordures. La truite peut rechigner, en ce début de saison à venir « gober » en surface. En utilisant une nymphe lourde, vous pourrez facilement prospecter toutes les veines d'eau afin de présenter «sur une plateau » votre bouchée à la truite.
 
#L'Astuce Caperlan
Un petit conseil, attendez bien la fin de votre dérive avant de retirer votre nymphe de l'eau. C'est souvent le moment que la truite choisi pour venir prendre la mouche.
 
Toutes ces techniques peuvent potentiellement vous permettre de prendre du poisson à l'ouverture, ainsi que sur le reste de la saison. Votre expérience, votre ressenti et votre personnalité feront le reste pour vous aider à choisir la technique à utiliser au bord de l'eau.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
HAUT DE PAGE