QUEL SPORT DE COMBAT CHOISIR POUR MON GARÇON ?

(8)

Teddy Riner, Lucie Décosse, Anne-Caroline Graffe … les sports de combat ont aussi leurs icônes. Des personnages emblématiques qui impressionnent les enfants dès leur plus jeune âge. Et heureusement, ces pratiques sportives sont accessibles dès 5 ans ! Découvrez les grands principes de ces sports qui allient force et esprit.

 

TOUS SUR LE TATAMI !

Les sports de combat sont conseillés aux enfants qui ont de l’énergie à revendre. Ils se défoulent et grâce aux règles de conduite qui codifient ces pratiques, ils apprennent à canaliser leur énergie.

Ils sont ouverts aux enfants dès 5-6 ans. Accessibles aux garçons comme aux filles, à partir du moment où ils ont l’âme combative.

 

TOUR D’HORIZON DES SPORTS DE COMBAT

LE JUDO, LE PLUS PHYSIQUE

Le judo est un sport très physique : en une séance, les enfants se dépensent énormément. En plus : le but étant de contrôler le poids de leurs adversaires, les enfants sollicitent et développent l’ensemble de leurs muscles.

Ce sport est aussi un entraînement psychologique. Il permet un assouplissement du corps et de l’esprit. D’ailleurs « judo » signifie « voie de la souplesse ».

 

LE KARATÉ, POUR LA CONCENTRATION

Comme le judo, le karaté sollicite l’ensemble des muscles du corps. En plus : il demande un bonéquilibre, de l’endurance et une certaine coordination pour exécuter les mouvements.

Attention cependant : pour éviter tout incident, le casque et le protège-dents sont obligatoires pour cette pratique.

 

À VOS KIMONOS !

À chaque sport de combat, une tenue adaptée.

C’est d’ailleurs ce qui fait partie du jeu et ce qui plaît aux enfants : pouvoir s’habiller et s’équiper avant chaque entraînement.

L’élément de base pour les petits comme pour les grands, c’est le kimono. De quoi se sentir pro, même à 5 ans ! 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
Conseil

La pratique des arts martiaux pour enfants exige sécurité, confort et bonne pratique. Le point de départ est naturellement le choix d’un kimono de karaté qui suive au plus près la morphologie et le niveau de l’enfant.

(2)
HAUT DE PAGE