POURQUOI EST-IL CONSEILLÉ DE PORTER UN CASQUE AU SKI ?

Vous vous demandez pourquoi porter un casque de ski ? Pourtant, les chiffres sont formels : après les jambes, c'est la tête qui est le plus souvent touchée lors des accidents aux sports d'hiver.

Saviez-vous que les lésions de la tête arrivent en seconde position des blessures occasionnées lors des accidents de sports d'hiver ? Pourtant, nous ne sommes que 56% à en porter chez les adultes. Bien trop peu quand on connait les conséquences qu'un choc à la tête peut avoir !

Si aujourd'hui 95% de nos enfants sont équipés d'un casque, et jusqu'à 89% chez les adolescents, nous ne sommes que 56% à en porter chez les adultes.

150 000 BLESSÉS* DONT 3% DE TRAUMATISMES CRÂNIENS

Les médecins de montagne sont en première ligne pour observer les conséquences des accidents de sports d'hiver. L'association des médecins de montagne, qui regroupe près de 300 médecins généralistes installés dans les stations de sports d'hiver françaises, a d'ailleurs mis en place un réseau d'observation des accidents en montagne et plus de 20 000 accidents sont ainsi répertoriés chaque année depuis 1992*.

 

Ainsi, on sait que sur 8 millions de pratiquants des sports de glisse dans l'hiver, on compte 150 000 blessés*. 3% de traumatismes  crâniens, c'est donc près de 4 500 personnes qui sont touchées chaque année par cette pathologie. Avec, parfois, des conséquences très graves.

TOUT LE MONDE EST CONCERNÉ

Sophie Claude, médecin en station de ski à La Clusaz, voit régulièrement dans l'exercice de son métier les conséquences des chocs à la tête lors d'accidents de ski, de snowboard ou même de luge. Elle voit surtout que tout le monde peut être concerné : "je me souviens de ce patient de 82 ans qui skiait seul et sans casque, car il ne tombait jamais… Oui mais voilà, il a été percuté par un autre skieur. Il s'en est bien sorti mais a tout de même nécessité 48h de surveillance à l'hôpital."

 

Sophie, elle, porte un casque lorsqu'elle skie : " Oui, je porte un casque, pour ma sécurité, et surtout pour donner l'exemple à mes propres enfants, mais aussi à tous les adultes qui n'en portent pas…". Elle aimerait bien voir plus de professionnels du ski comme les moniteurs ou les pisteurs-secouristes faire un effort de ce côté-là et montrer aussi l'exemple.

 

"Les déficits ou séquelles pouvant résulter d'un traumatisme crânien sont extrêmement divers selon le type de choc. Si 90 % des victimes récupèrent dans les 6 mois d'un traumatisme crânien léger, celui-ci peut s'avérer plus important, entraîner un coma et laisser des séquelles comme une paralysie, des difficultés d'équilibre, des troubles de la mémoire, etc…  Aujourd'hui, 3% des lésions observées suite à un accident sur les pistes sont des traumatismes crâniens. " explique Sophie.

LE PORT DU CASQUE : UN GESTE QUI DOIT DEVENIR NATUREL

Aurélien Laurent, lui, ne sort jamais sans son casque, que ce soit sur les pistes ou en-dehors du domaine balisé.

Pisteur-secouriste sur le domaine de La Clusaz depuis 8 ans, skieur depuis plus de 30 ans, le port du casque est un geste naturel pour lui. 

 

"Lorsqu'on sort en forêt ou en hors-piste, on a tendance à penser au casque, mais la piste est aujourd'hui tout aussi dangereuse. Les pistes sont mieux préparées, les gens ont donc tendance à aller plus vite, sans forcément être capables de maîtriser cette vitesse… Les collisions entre skieurs et les chocs lors de chutes sont d'autant plus forts. Et les risques de traumatismes crâniens sévères d'autant plus grands."

LES BONNES RAISONS DE PORTER UN CASQUE

La première bonne raison de porter un casque de ski est donc de protéger sa tête lors d'un accident, car il est prouvé que porter un casque permet de réduire la gravité des lésions liées à un choc à la tête. Et puis l'essayer, c'est l'adopter. 

"Avant je ne mettais jamais de casque, j’avais l’impression que ça allait me gêner et puis j’étais toujours prudent donc je me disais que j’en avais pas besoin. Un jour j’ai vu une collision qui m’a fait investir dans un casque de ski. C’est drôle parce qu'aujourd’hui je ne me vois plus skier sans casque, ça me tient chaud, c’est  confortable et je me sens plus en sécurité" Mathieu, amateur de ski et porteur de casque.

 

En effet, chaleur, confort, style… sont autant d'autres bonnes raisons de porter un. Plus chaud qu'un bonnet, il en existe pour toutes les têtes, petites ou larges, de toutes les formes, avec des serrages différenciés pour s'ajuster au mieux à chacun. Certains couvrent les oreilles d'autres pas, certains ont une visière, ou un système  d'aération, voire même les deux. Tous ont un système d'accrochage pour le masque de ski.

Si vous avez déjà porté un casque et que celui-ci vous a gêné, c’est sans doute qu’il n’était pas à votre taille ! Un critère important pour bien choisir votre casque de ski !

 

 

Les professionnels de la médecine et sécurité de la montagne sont unanimes et conseillent tous de porter un casque afin de vous protéger en cas de chute et de chocs à la tête lors de la pratique du ski ou du snowboard. Aujourd’hui les casque de ski sont en plus confortables et subliment votre tenue sur les pites de ski. Alors, quelle que soit votre raison pour porter un casque de ski, il n'en existe en tout cas aucune pour ne pas en porter !

 

Vous n'avez pas encore trouvé le vôtre ? Chez Decathlon, les casques Wed'ze sont disponibles en magasin ou sur decathlon.fr à tous les prix et tous les styles !

 

*source : site de l'association des médecins de montagne accidentologie des sports d'hiver http://www.mdem.org/france/DT1190189670/page/Les-chiffres.html

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE