POLLUTION ET SPORT… QU’EST-CE QU’ON FAIT ? COMMENT ON S’ADAPTE ?

Pollution et sport ne font a priori pas bon ménage. Pourtant, en étant prudent.e, on peut se dégourdir les jambes malgré une qualité de l’air douteuse.

Une longue journée se termine, le besoin de chausser les baskets pour se changer les idées est urgent. Oups, problème, un pic de pollution aux particules fines recouvre la ville. J’y vais ou j’y vais pas ? Dangereux ou pas dangereux ? Voici quelques recommandations de Jean-Philippe Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle, histoire de faire du sport bien informé, l’air de rien.

La pollution de fond

Quand on pense pollution, on pense pics de pollution avec des villes et des campagnes (si si) sous un sombre nuage de particules fines, d’oxydes d’azote, d’ozone et autres composés organiques volatiles. Hummm… Mais on se dit aussi que ces phénomènes sont épisodiques et finalement pas si fréquents. Malheureusement, la réalité en remet une couche.

« Il faut savoir que pour la santé respiratoire en particulier et la santé en général, les effets de la pollution au quotidien – la pollution de fond – issus du trafic routier, des chauffages urbains, du tabac ou encore des émissions agricoles, sont encore plus néfastes que ceux des effets liés aux pics de pollution » nous prévient le Dr Santoni.

Doit-on rester confiné.e chez soi pour autant ? Stopper toute activité sportive pour éviter de s’abîmer les poumons ? Sombrer dans l’incurie ?! Bien sûr que non et voici quelques raisons de se faire du bien en dépit des tourments du ciel.

Troisièmement, vous avez envie de vous mettre à la course à pied, au cyclisme etc. et vous cherchez un objectif concret pour vous motiver et surtout vous permettre de garder le rythme. C’est normal et c’est tant mieux, sauf qu’il y a pas mal d’éléments à maîtriser et à prendre en compte entre votre niveau actuel et votre objectif fixé. Et notamment le plus important : votre plaisir.

Vous êtes encore dans la découverte d’un sport ? L’apprentissage, l’excitation, les rencontres, les échanges et tous les objectifs intermédiaires ont finalement plus d’importance pour votre moral et votre motivation que l’accomplissement d’un objectif ultime. En gros, vous obtiendrez de meilleurs résultats si le plaisir reste le moteur principal de votre pratique.

D’ailleurs, ce conseil est précieux aussi pour le long terme : en prenant votre temps et en passant par tous les paliers intermédiaires en matière de performance ou de distance, vous vous userez moins vite mentalement et votre sport vous accompagnera plus longtemps. Au final, le but est de prendre du plaisir dans la pratique, pas seulement dans le résultat.

Les effets du sport contre les effets de la pollution

Oui, faire du sport lors d’un épisode de pollution atmosphérique peut être dangereux puisque cela comporte le risque d’inhaler davantage de polluants.

Mais le Dr Santoni précise : « Toutes les grandes études ont montré que les bénéfices du sport l’emportent sur les risques liés à la pollution. À condition de suivre les précautions suivantes :

- premièrement, faire du sport, dans la mesure du possible, loin des grands axes routiers et privilégier la pratique sportive dans les grands parcs lorsque l’on vit en ville ;

- deuxième précaution, modérer son effort, éviter de faire des efforts sportifs intenses, de façon à ne pas hyperventiler et de moins exposer les poumons ;

- troisième précaution, respirer par le nez, celui-ci est un filtre naturel qui permet de réchauffer et d’humidifier l’air – il filtre une partie des grosses particules ;

- quatrième précaution, essayer de pratiquer le sport très tôt le matin et tard le soir, heures durant lesquelles la pollution est un peu moindre ».

Les sports recommandés

En moyenne, nous respirons 15 000 litres d’air par jour, et beaucoup plus quand on hyperventile en faisant du sport. Avant de sprinter à en perdre haleine, nous devons évaluer et adapter notre pratique pour éviter d’endommager le système respiratoire (larynx, trachée, bronches, poumons).

« La marche sportive, la marche nordique ou le vélo sont préférables à la course à pied lors des épisodes de pollution. Ces sports se pratiquent facilement à une intensité faible à modérée. Ils ne provoquent pas une grosse consommation d’air et vous préservent donc des effets indésirables de la pollution tout en profitant de leurs bienfaits. »

Les personnes sensibles

Les personnes vulnérables comme les jeunes enfants, les personnes qui souffrent d’une maladie respiratoire chronique (asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive), les femmes enceintes et les personnes âgées doivent être vigilantes et suivre de près les recommandations ci-dessus.

« Ces personnes sont plus exposées aux effets de la pollution qui peuvent se traduire par des rhinites, des sinusites, des bronchites voire une pneumonie. »  En cas de forte pollution, vous l’aurez compris, le choix de faire une pause, de laisser la nébuleuse se dissiper avant de reprendre une activité sportive, sera plus sage, tout particulièrement pour ces personnes sensibles

Et le sport en salle ?

Avec une atmosphère menaçante, on pourrait avoir l’idée lumineuse de se réfugier dans une salle de sport pour se protéger des effets de la pollution. Eh bien non, ce n’est pas la solution.

«  La pollution intérieure est souvent plus élevée que la pollution extérieure, elle peut même être jusqu’à 5 fois plus élevée. Cette pollution, en salle, est générée par les matériaux de construction, les matériaux d’aménagement et le manque d’aération. Cependant, chez certaines personnes asthmatiques, il peut être préférable de faire de l’exercice à l’intérieur car l’air froid et sec, notamment en hiver, peut favoriser les crises. Mais pour la grande majorité des personnes, il vaut mieux faire une activité physique et du sport à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur. »

Vous avez désormais les cartes en main pour adapter votre pratique sportive aux aléas de la pollution atmosphérique. Avant d’aller vous éprouver, jetez un coup d’œil à l’indice ATMO de votre région, il vous indiquera la qualité de l’air alentour. Cet indice s’échelonne de 1 (excellent) à 10 (exécrable). Et bien évidemment, informez-vous auprès de votre médecin pour savoir si un pic de pollution peut avoir un impact particulier sur votre santé.

Fondation du Souffle

La Fondation du Souffle est une fondation de recherche reconnue d’utilité publique qui a pour vocation de s’assurer que chacun puisse respirer un air plus sain avec des poumons sains. Elle promeut l’activité physique et le sport dans la prévention des maladies respiratoires et possède trois missions statutaires :

-       le financement de la recherche sur les maladies respiratoires ;

-       l’aide sociale à des malades en grande précarité ;

-       l’information du grand public et la prévention vis-à-vis des maladies respiratoires qui touchent 10 millions de personnes en France (asthme, PBCO, dilatations des bronches, apnées du sommeil).

www.lesouffle.org

julien-signature

Julien

Rédacteur Equipe DECATHLON

 

Un peu sauvage, aime parcourir monts et vallées à biclou, la popote dans la sacoche, la boussole tous azimuts.

CES CONSEILS POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :

Conseil
sport en plein air
Le sport comme médicament ! Depuis mars 2017, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée aux personnes qui souffrent d’une affection de longue durée (ALD). Sur le papier, ça semble génial. Mais en pratique, ça fonctionne comment ? Séries de pompes à faire dès le réveil ? Footing quotidien à réaliser ? La réalité est un peu plus complexe que ça. On va vous expliquer pourquoi.
Conseil
sport contre la dépression
L’activité sportive pourrait soulager les personnes atteintes de troubles dépressifs. Ou comment l’exercice physique peut redonner le sourire.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE