logo-nabaiji

LE SAVIEZ-VOUS : NAGER APRÈS MANGER EST-IL DANGEREUX

“Ne vas pas à l’eau après avoir mangé Jonathan !”, que la personne qui n’a jamais entendu cette phrase si populaire m'asperge !

Jonathan sait en effet pertinemment qu’il ne doit pas nager après avoir mangé et qu’il devra attendre au minimum une heure ! Jonathan le sait parce que sa mère lui répète fermement continuellement…

Mais Jonathan se demande tout de même pourquoi sa maman ne le laisse jamais faire un petit plouf après le repas. De ce qu’il en a compris, il s’agirait d’un risque de noyade à cause de la digestion... Hum, pas clair tout ça !

Cette croyance populaire du malaise post-repas ne concerne pas seulement la maman de Jonathan. Elle perdure depuis longtemps dans l’imaginaire collectif. Mais alors pourquoi une telle inquiétude ?

Boulimiques de connaissance, si vous avez aujourd’hui faim de savoir c’est par ici...

number1

DIGESTION ET NATATION

Bon nombre de nageurs en sont encore convaincus, piquer une tête après un repas serait extrêmement dangereux. Il serait apparemment nécessaire d’attendre la fin de la digestion, sous peine d’hydrocution.

Deux raisons principales sont mises en avant :
• La première raison de cette inquiétude est que, lors de la digestion, la température corporelle augmente, ce qui pourrait accroître le risque d’hydrocution en entrant dans une eau fraîche.
• Deuxièmement, lors de la digestion, l'afflux de sang oxygéné serait concentré vers l’estomac et donc plus du tout vers les muscles.

On pourrait y croire ! Cependant, aujourd’hui, de multiples études ont été effectuées, notamment par des experts Canadiens et Américains de la Croix Rouge :
• Lors de la digestion, la température corporelle augmente mais de manière infinitésimale. En entrant dans l’eau à une allure modérée, en se mouillant d’abord la nuque et le thorax, vous ne prendrez aucun risque.
• Aussi, pendant la digestion, le volume de sang oxygéné, même si plus concentré qu’habituellement sur l’abdomen, est largement suffisant pour subvenir à l’activité musculaire de vos membres.
• Aucune corrélation entre crampe, hydrocution, noyade et digestion n’ont pu être établies.

Ne vous en faites donc pas ! Vous possédez assez d'énergie pour digérer et nager en même temps ! Il est d’ailleurs souvent conseillé aux nageurs de haut niveau comme aux bébés nageurs de manger un peu avant leur mise à l’eau.

Si vous nagez en ayant mangé vous ne risquerez pas l’hydrocution, mais si vous nagez à jeun attention à l'hypoglycémie !

number2

L’HYDROCUTION

L’hydrocution est un phénomène de type “choc-thermique”. Elle survient lors d’un refroidissement brutal du corps, lorsque celui-ci entre en contact avec une eau plus fraîche que sa propre température. L’hydrocution entraîne une perte de connaissance.

L’hydrocution arrive notamment l’Été (mais pas que), lorsque les nageurs se précipitent à l’eau, que ce soit en mer, lac, rivière ou piscine, sans prendre le temps d’habituer leur corps à la différence soudaine de température.

Avant d’entrer dans l’eau, prenez donc le temps de “goûter” celle-ci et de vous mouiller la nuque, le thorax, et le visage.

En clair, si vous avez pris le soleil ou que vous sortez d’un effort intense, ne tentez surtout pas le plongeon ou la bombe !

number3

MAIS ALORS RISQUE OU PAS ?

Comme dis plus haut, la peur de faire un malaise post-repas en natation n’est absolument pas justifiée.

En revanche, le risque que vous encourez si vous mangez un nombre inavouable de chipolatas ou une sacrée raclette avant de piquer une tête, sera celui celui de passer une séance de natation bien déplaisante, du fait d’un ventre trop bien rempli.

En dehors de cela, pendant l'Été, les repas en terrasse sont souvent de mise, et le soleil tape très fort en début d’après-midi. Prenez donc le temps de vous mettre à l’eau sans précipitation !

Souvenez-vous également qu’un repas en lui-même ne revêt pas un vrai danger si et seulement si il n’est pas arrosé. L’alcool favorise les malaises et réduit de manière conséquente nos réflexes et nos facultés à réagir.

Soyez donc vigilant quant à l’absorption de liquides non-chlorés !

number4

MAIS ALORS RISQUE OU PAS ?

Même si on ne répétera jamais assez que l’élément aquatique est un milieu où chaque enfant doit être surveillé, ce n’est pas une raison pour leur raconter des bobards et faire de l’eau un milieu effrayant !

C’est d’ailleurs probablement de cette manière qu’est apparu en 1908, pour la première fois, ce type de légende dans un manuel de “scoutisme pour garçons” :

[Traduction FR] “D’abord, il y a le danger de crampes. Si tu te baignes dans l’heure et demie qui suit ton repas, c’est à dire, avant la fin de la digestion, tu auras très certainement une crampe. La crampe te fera te plier sous la douleur extrême. Tu ne pourras plus bouger tes bras et tes jambes – et plouf, tu pourras te noyer – et ce sera de ta propre faute.”

Même pour un hypocondriaque en puissance, c’est quand même un peu extrême, non ?

Donc, au lieu de traumatiser Jonathan et peut-être même des générations entières de bouts de choux, ne vaut-il pas mieux commencer par leur apprendre à nager ?

regis

RÉGIS

Nageur National & Dialogue Leader

CES CONSEILS PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE