Lutter contre le vol de son vélo

(100)

Ça y est : vous avez enfin acheté le vélo tout neuf qui vous fait envie depuis si longtemps ! Problème : vous n’osez pas l’utiliser pour vous rendre en ville ou chez des amis de peur qu’il disparaisse dans les mains d’un voleur. Lisez la suite pour connaître tous nos trucs et astuces pour lutter contre le vol de vélo, spécialement en ville.

 

TOUJOURS (BIEN) ATTACHER SON VÉLO

Cela peut sembler évident, mais l’une des meilleures techniques antivol consiste bien sûr à toujours attacher son vélo. Qui n’a jamais été tenté de laisser son vélo de ville sans défense le temps d’acheter une baguette ? Cette petite erreur peut malheureusement être la source d’un véritable ennui.

De manière globale, il faut donc toujours attacher son vélo lors d’une sortie. Mais pas n’importe où, ni n’importe comment ! Si vous souhaitez jouer à fond la carte de la sécurité, privilégiez un endroit fréquenté, où votre vélo ne sera pas isolé. Le risque d’être vus peut dissuader les éventuels voleurs. Pensez également aux lieux équipés de caméras de surveillance, tout aussi dissuasives. Si vous devez attacher votre vélo dans un endroit plutôt sombre ou loin de tout passage, lors d’une sortie piscine, par exemple, repérez les autres vélos déjà cadenassés aux alentours et attachez le vôtre à proximité. Votre deux-roues sera alors noyé dans la masse, et un autre vélo sera peut-être la cible des voleurs.

En plus d’un lieu d’attache stratégiquement choisi, il est tout aussi important de savoir tirer pleinement profit de son antivol en le positionnant de la meilleure manière possible. Si votre vélo est doté d’une roue avant avec système d’attache rapide, passez toujours le cadenas dans cette roue et à travers le cadre, et liez le tout à un point fixe. À défaut, si votre antivol est trop petit, attachez votre vélo par son cadre. Avec un cadenas U, même petit, il est souvent possible d’attacher simultanément le cadre et la roue arrière, en passant l’antivol à travers les tubes du triangle arrière. Dans ce cas, n’hésitez pas à démonter votre roue avant, si elle dispose de moyeux à serrage rapide, pour l’intégrer à cette attache en l’approchant de la roue arrière.

Si vous choisissez un poteau comme point d’attache, vérifiez que celui-ci est assez haut pour que personne ne puisse passer le vélo par-dessus. Veillez également à incliner la serrure du cadenas vers le bas et à positionner l’antivol en hauteur à au moins 50 cm du sol : le crochetage n’en sera que plus difficile.

 

CHOISIR LE BON ANTIVOL POUR SON VÉLO

 

En règle générale, il est conseillé de dépenser environ 15 % du prix de son vélo dans l’achat de l’antivol, avec une somme minimum de 30 euros, pour une efficacité optimale. En cas de doute, tournez-vous plutôt vers un antivol trop épais que pas assez, ne serait-ce que pour l’effet dissuasif que provoquera un gros cadenas.

Très efficace, le cadenas en U est fabriqué en métal et particulièrement difficile à crocheter. Utilisé en complément avec un ou plusieurs cadenas en chaîne ou flexibles, qui sont relativement faciles à couper à l’aide d’une pince, l’antivol en U assure une protection maximale contre le vol. Sachez que DECATHLON propose également un système de blocage rapide antivol B’TWIN pour limiter les vols de roue et de selle pendant que votre vélo est attaché.

Pour choisir un antivol efficace, attardez-vous sur la serrure de celui-ci. Si le cadenas peut être refermé sans utiliser la clé, il pourra être plus facilement ouvert par les voleurs. Les alliages légers, notamment le zamac, identifiable par son aspect gris mat, sont eux aussi plus fragiles.

Enfin, retenez qu’un antivol performant a forcément un poids assez conséquent (autour d’un kilo). Si votre antivol est trop encombrant pour être attaché facilement au cadre de votre vélo pendant que vous roulez, vous pouvez bien sûr le ranger dans votre panier pour faciliter vos déplacements.

 

MARQUER SON VÉLO POUR LE PROTÉGER

 

Grâce au marquage de vélo, un numéro unique est gravé sur votre monture. Ce numéro est préenregistré dans un fichier national, sur lequel vous avez la possibilité d’indiquer vos coordonnées. Ainsi, si votre vélo est volé et retrouvé ensuite, et que vous avez bien déclaré ce vol auprès de la police ou de la gendarmerie, il peut vous être facilement restitué.

Le marquage de vélo présente également l’avantage d’offrir à chacun la possibilité de vérifier que le vélo qu’il possède n’est pas un vélo volé, ce qui se révèle particulièrement pratique lors de l’achat d’un deux-roues auprès d’un particulier. Le fait de marquer son vélo limite donc les risques de revente illicite.

Pour procéder au marquage de son vélo, c’est très simple. Il suffit de vous rendre chez un opérateur de marquage avec votre deux-roues muni d’une facture d’achat ou d’un certificat de garantie. Le numéro est alors gravé sur le cadre, puis recouvert d’un autocollant anticorrosion. Cette opération coûte généralement entre 4 et 8 euros. Attention, toutefois : si votre VTT est doté d’un cadre en carbone ou en titane, il est fortement déconseillé de marquer le cadre.

Après le marquage, vous avez la possibilité d’enregistrer votre vélo en ligne. Cette étape est nécessaire pour maximiser vos chances de retrouver un vélo volé.

Bon à savoir : un vélo qui a déjà été marqué ne peut pas l’être une seconde fois avec un numéro différent.

 

L’ASSURANCE VÉLO : UNE SOLUTION EN CAS DE VOL

 

Si votre vélo représente un investissement important, vous avez la possibilité de souscrire une assurance contre le vol de vélo.

S’il est volé à votre domicile, il est généralement couvert, comme tout autre bien que vous possédez. En revanche, il existe des assurances spécifiques qui prennent en charge le vol de vélo selon différentes situations (vol sur la voie publique la nuit, vol sur ou dans votre véhicule, etc.), à vérifier auprès de chaque compagnie. Bien souvent, les assureurs exigent le marquage du vélo ainsi que l’utilisation d’un antivol spécifique pour pouvoir protéger votre vélo contre le vol.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
HAUT DE PAGE