LES ARMES ET L'ÉQUIPEMENT DE L'ESCRIME

Pour débuter l'escrime, vous devez d'abord choisir votre arme parmi les trois types de pratique et l'équipement obligatoire pour affronter votre adversaire

LE FLEURET 

Le fleuret est une arme d’estoc (on touche avec la pointe) et de convention (c’est à dire qu’il y a un système de priorité dans l’attribution d’une touche) avec la caractéristique d’une lame à base carrée.

À ses origines, à la fin du XVIIIe siècle, le fleuret était une arme d’entraînement et d’étude de l’escrime. Contrairement au sabre et à l’épée, le fleuret n’a jamais quitté le milieu fermé de la salle d’armes : il ne fut utilisé ni sur les champs de bataille ni dans les duels.

Le fleuret était jusqu’à la fin du XIXe siècle la seule arme d’escrime autorisée aux femmes. Son nom vient du fait que sa pointe est protégée par un bouton autrefois appelé fleur de laine et aujourd’hui nommé mouche. Cette caractéristique, à présent commune à toutes les armes, permet les assauts courtois sans risque de blessure.

Ci-contre vous pourrez visualiser la surface valable de touche au fleuret.  

L'ÉPÉE

L'épée est l’arme la plus accessible, car les actions pendant les assauts sont relativement lentes par rapport aux autres armes et parce qu’il n’y a pas de convention, ce qui permet au public de facilement suivre la phrase d’armes : Lorsque les deux personnes se touchent, un point est attribué à chaque combattant.

L’épée mesure 110 cm de long pour 770 grammes maximum. La longueur de la lame est de 90 cm. La section de la lame de l’épée est triangulaire.

Ses bords ne sont pas coupants.

Le bouton situé en bout de lame fonctionne sur le principe d’un interrupteur. Il faut y exercer une pression supérieure à 750 grammes pour permettre le passage du courant électrique du circuit de l’épée.

La coquille de l’épée est circulaire. Elle protège la main qui porte l’épée. Son diamètre ne doit pas dépasser 13.5 cm. Elle est isolée électriquement pour ne pas être comptabilisée comme une surface.

LE SABRE

Le sabre diffère des deux autres armes car il est possible de toucher non seulement avec la pointe de la lame, mais aussi avec le tranchant et le contre-tranchant.

Comme le fleuret, le sabre est une arme conventionnelle c’est-à-dire qui répond à des règles de priorité afin de déterminer la priorité d’attaque et donc lequel des deux tireurs marquera le point en cas de double touche.

La zone de touche au sabre comporte le plastron coupé au dessus de l'entre-jambe comparé au fleuret et le masque qui est également compté comme une zone valable.

VOTRE ÉQUIPEMENT

L'équipement et l'habillement doivent assurer le maximum de protection tout en laissant compatible avec la liberté de mouvement nécessaire indispensable pour la pratique de l'escrime.

 

Ils doivent en aucune façon risquer de gêner ou de blesser l'adversaire ou comporter aucune boucle ou ouverture dans laquelle puisse- sauf cas fortuit - s'engager la pointe adverse et ainsi la retenir ou la dévier.

 

En fonction des catégories d'âges, le tissu de la tenue possède une qualité dont la norme de sécurité peut aller de 350N à 800N de résistance. La bavette du masque peut même être réalisée dans un tissu résistant à 1600N !

LA LISTE DE L'ÉQUIPEMENT À AVOIR

• La veste: à toutes les armes, la partie inférieure de la veste doit recouvrir le pantalon sur une hauteur d'au moins 10cm.

 

• La sous-cuirasse: portée du côté du bras armé protège principalement le cou au -dessous de la bavette du masque, les deux creux sous- et sus-claviculaires ainsi que la région axillaire du bras armé. Le port de la sous- cuirasse de protection est obligatoire.

 

• Le protège poitrine: il est obligatoire pour les femmes. (bustier)

 

• Le gant: la manchette du gant doit recouvrir entièrement la moitié de l'avant bras armé du tireur pour éviter que la lame de l'adversaire puisse entrer de la manche de la veste.

 

• Le pantalon: il doit être attaché et fixé au dessous des genoux

 

• Les chaussettes: elles doivent recouvrir entièrement la jambe jusqu'en dessous du pantalon et être tenues de façon à ne pas pouvoir tomber.

 

• Les chaussures: elles prévoient des renforcements sur les talons et la partie interne de la chaussure pour une bonne protection lors des déplacements, mouvements de fente et retours en garde.

 

• Le masque: il est formé d’un treillis métallique, d'une bavette et d'une attache à l'arrière du masque ainsi que d'une languette.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE