LES 5 BASIQUES DE LA SÉCURITÉ EN EAU LIBRE

Malgré tous les bienfaits que peut apporter la nage en eau libre, il est important de prendre quelques précautions avant de piquer votre première tête (et suivantes) en eaux naturelles. Vagues, température, courants, intempéries ou monstres des profondeurs (qui sait ?), peuvent être des obstacles à la pratique de la nage en eau libre. 

NOTRE MARQUE DE NATATION

CC logo nabaiji natation

La marque de natation de DECATHLON vous propose les conseils utiles pour votre pratique.

Même le meilleur des nageurs doit, par conséquent, et avant toute chose, bien intégrer les mesures de sécurité à respecter, pour s’assurer une séance parfaite, sans accrocs.

Nabaiji vous offre donc sans plus tarder les 5 basiques de la sécurité en eau libre, pour vous aider à communier avec l’élément aquatique et profiter au maximum de votre séance saline en toute sérénité !

number 1

LA SURVEILLANCE

Que ce soit en mer, rivière ou lac, les eaux naturelles revêtent plus de risques et dangers que la piscine.

 

Il est important de privilégier les points d’eau surveillés et de nager dans les limites des zones de baignade. En hiver, lorsque la surveillance n’est pas assurée, préférez tout de même les endroits fréquentés ou proches d’un poste de secours.

 

Si vous avez la folle envie de vous jeter à l’eau en hiver et que vous n’êtes pas à proximité d’un lieu fréquenté ou proche d’un poste de secours, faites-vous, dans la mesure du possible, accompagner ou prévenez a minima un de vos amis.

 

Sachez que les rivières sont bien peu souvent surveillées sauf aux abords des bases nautiques. La montée brutale des eaux peut surprendre. N’hésitez donc pas à vous faire accompagner pour votre séance d’eau libre.

number2

LA MÉTÉO

Qu'elle soit bonne ou mauvaise, la météo est à prendre en compte pour toutes vos sorties en mer.

 

• IL FAIT BEAU :

 

Même si vous souhaitez pratiquer dans la tranquillité et que toutes les conditions météorologiques sont réunies, préférez nager lorsque l’eau est calme et les courants peu forts. Ceci vous sera indiqué par la “flamme” verte, orange ou rouge en bord de points d’eau. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à vous renseignez sur Internet ou auprès des autorités compétentes.

 

Il est juste parfois question de bon sens. En effet, nager lorsque les vagues sont hautes ou les courantsforts, au-delà de vous mettre en danger, ne sera en aucun cas plaisant ni fructueux.

 

Aussi, lors de beau temps, évitez les heures où le soleil tape fort et utilisez une crème solaire ou une combinaison en néoprène. Faites également attention dans ces cas-là à la déshydratation et aux crampes.

 

Il y a beaucoup de soleil ? Les lunettes à verres miroir peuvent être utiles pour ne pas vous abîmer les yeux avec la réverbération de l’eau.

 

• IL NE FAIT PAS BEAU :

 

Il faut savoir que l’eau froide est une forte agression pour l’organisme. Vous pouvez courir des risques cardio-vasculaires et entrer en hypothermie si vous entrez trop vite dans l’eau et sans réfléchir. Pour éviter ce genre de désagréments, entrez progressivement dans l’eau pour préparer votre corps, en vous mouillantla nuque, le ventre et les poignets.

 

La deuxième option est infaillible et consiste à revêtir une combinaison de natation en eau libre en néoprène. Elle vous protégera du froid et des déperditions d’énergie qui en sont liées, tout en vous procurant une grande liberté de mouvement.

 

 

number3

L'HYGIÈNE

Même si elles font souvent l’objet d’analyses, il faut se souvenir que les eaux naturelles ne sont pas traitées avec du chlore.

 

La pollution et la contamination des eaux naturelles est à prendre au sérieux car les risques d’infection y sont par conséquent plus élevés. Problèmes de peau, aux yeux, aux oreilles ou à la gorge peuvent en être les malheureuses conséquences.

 

Il est donc important de vous assurer de la bonne qualité de l’eau en amont et de demander aux autorités compétentes si celle-ci est en effet propice à la natation. Si vous souhaitez nager régulièrement en eaux naturelles, parlez-en également à votre médecin.

number 4

LA PRÉVENTION

Avant de vous jeter à l’eau, n’hésitez pas à définir une distance entre deux points qui vous serviront de limite, et nagez le long de la berge, jamais vers le large. Il est aussi conseillé de mémoriser la couleur de la dernière bouée de la zone de bain pour vous situer plus facilement pendant la nage.

 

S’il vous prend de vouloir nager en dehors des zones de baignade, faites également attention aux surfeurspour ne pas faire la rencontre fortuite d’une planche.

 

Dans tous les cas, porter un bonnet de natation de couleur vive est, c’est le cas de le dire, vivement conseillé. Il permettra aux autres personnes de vous distinguer plus facilement dans l’eau, ainsi que depuis le rivage en cas de problème.

 

Pour une prévention optimale, pensez également à vous prémunir d’une trousse de premiers secours. Il peut arriver de se couper à cause de cailloux ou coquillages, ou bien de se faire piquer par une vive ou une méduse. Dans ces cas-là mieux vaut être préparé à toute éventualité.

L'ÉCOUTE DE SOI

Quand on est sportif on a souvent tendance à être un peu tête brûlée… Si, c’est vrai !

 

Même s’il faut avouer que cela peut être un gros avantage pour se dépasser en sport, cela peut vite devenir dangereux quand les circonstances ne s’y prêtent pas.

 

En eau libre, il est en effet primordial de rester lucide afin d’être attentif aux signaux que renvoie votre corps. Ne pas dépasser ses limites personnelles et le bout de ses forces est très important en eaux naturelles car le danger est omniprésent.

 

Par conséquent, si vous vous sentez fatigué psychologiquement et/ou physiquement, que vous commencez à ressentir des crampes ou le froid vous envahir, sortez de l’eau et remettez votre séance de natation en eau libre à plus tard.

 

Si la fatigue à tendance à intervenir pendant la séance, équipez-vous d'une bouée d'eau libre dans laquelle vous pourrez garder au sec toute sorte de ravitaillement. Cela peut en effet s'avérer très utile lors d'un début d'hypoglycémie, de crampe ou de coup de mou.

 

 

Après tous ces conseils, vous, sportif de l'extrême, êtes maintenant fin prêt pour braver les éléments en toute sérénité !

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE