"IL M'A DEMANDÉ SI JE COURAIS. J'AI DIT NON. IL M'A DIT QU'IL FALLAIT QUE JE COURE."

Jérémy a connu un parcours assez classique : du sport jusqu'au bac. Puis, les études... et là, le sport n'était plus vraiment la priorité.

Mais avec les années, il a fallu se rendre à l'évidence : les kilos commençaient à s'installer. Il fallait réagir !

 

QU’EST-CE QUI TE REBUTAIT DANS LE SPORT ?

Quand j’ai commencé mes études supérieures, je n’ai pas voulu me surcharger avec trop de sujets. Pourtant, jusqu’au bac, je faisais beaucoup de sport : jusqu’à 10, 20h par semaine… Mais aussitôt après le bac, j’ai arrété. Et puis, ça a aussi coïncidé avec le moment où je suis plus sorti, plus fait la fête… Donc, plus d’alcool. Et puis j’étais fumeur. J’en faisais vraiment de façon épisodique, à la rigueur, un tennis de temps en temps…

Et puis en 2012 je suis parti en vacances au Brésil. J’y ai bien mangé, et pris du poids, bien que sur place, je me suis inscrit dans une salle de sport. De retour en France, je suis resté sur ma lancée… mais sans le sport.

Au fur et à mesure, j’ai pris du poids… jusqu’à passer de 65 à 88 kg.

LE DÉCLIC POUR SE REMETTRE AU SPORT, ÇA A ÉTÉ LA PRISE DE POIDS ?

Oui ! Je me suis tourné vers un pote qui fait beaucoup de sport. Je lui ai donc demandé de l’aide pour perdre du poids. Il m’a demandé si je courais. J’ai dit non. Il m’a dit qu’il fallait que je coure.

J’ai donc commencé à courir en juillet 2017. Je vous cache pas que c’était un peu dur au début… Je n’avais pas d’objectif pour commencer. Heureusement, parce qu’au bout de 2 km, j’étais au bout de ma vie. Là je me suis dit qu’il y avait quand même un soucis... Je me suis accroché, sans beaucoup de plaisir au début. Et à ma première sortie de 5 km sans marcher, c’était vraiment cool !

J’ai aussi arrété de fumer à Noël 2016, pour continuer sur cette lancée positive.

Et en parallèle, j’ai fait attention à mon alimentation.

QU’AIMES-TU AUJOURD’HUI DANS LA COURSE À PIED ?

Faire le vide. Quand je cours, je pense à la fois à beaucoup, et à rien. Courir me fait oublier le stress de la vie quotidienne. Repousser les limites. Ancien fumeur, le départ a été compliqué. Mais ça valait la peine !

Le sport me permet de conserver une bonne condition physique. Je veux juste être en forme. Rester dynamique. L’avantage aussi, c’est de pouvoir y aller quand je veux. Tout seul, sans personne. De par mon activité pro, il ne m’est pas toujours facile de m’inscrire dans un club de handball, de participer à des sports collectifs.

Je fais occasionnellement un peu de tennis, mais plus en mode loisir. J’ai toujours associé le sport au côté plaisir. La perte de poids, c’est plutôt, pour moi, avec la course.

Bon après, si je n’aimais pas, j’aurais arrêté… Je vois pas l’intéret d’aller se faire mal.

ET MAINTENANT ? QUELLES SONT TES ENVIES ?

Je suis inscrit à deux semi (Bailly Noisy le Roi et le Fitbit Paris). Mais sans objectifs de temps ! Mon but, c’est le terminer. Après, si je peux m’approcher de la barre des 2h, c’est cool.

Mais rien que l’inscription, c’est déjà un grand pas en avant ! Je détestais courir au départ...

arrêter de fumer

Votre décision est prise : vous allez cesser de fumer. Vous savez que l’arrêt du tabac n’est pas une décision prise à la légère. Marie-Françoise Legillon, infirmière addictologue de la Health Team Decathlon, nous en dit plus sur l’arrêt du tabac.

arrêter de fumer

Cigarette électronique, patchs, hypnose, acupuncture ou simplement votre volonté : vous avez tout arrêté pour arrêter de fumer, mais rien n’y fait, vous finissez toujours par craquer. Mais avez-vous essayé le sport ? 

ET VOUS, C'ÉTAIT QUOI, VOTRE DÉCLIC ? COMMENT AVEZ-VOUS VÉCU LA REPRISE DU SPORT ? PARTAGEONS NOS HISTOIRES !

D'AUTRES HISTOIRES DE SPORTIF·VE·S ? C'EST PAR ICI !

Conseil
image tease témoignage Aurélia - se mettre au sport
Aurélia est une maman active. Et jusque début 2017, le sport, pour elle, c’était plutôt “merci, mais non merci, je laisse ça aux autres”. Jusqu’à ce que ce soit son fils qui lui demande de l’accompagner. Là, Aurélia n’a plus eu très envie de laisser ça aux autres. C’était décidé, elle allait s’attaquer à ces 40 kilos en trop.
Conseil
Lille Hardelot - cyclosportive
Mathilde a 29 ans et pas spécialement un passé de grande cycliste quand elle se dit, “tiens, et si je m’inscrivais à Lille Hardelot ?. Là, il faut que vous sachiez tout de même que Lille-Hardelot, c’est une cyclosportive : une looooonngue randonnée (sportive) à vélo. Au programme : pas loin de 160 km à parcourir. Alors, qu’est-ce que lui a pris pour en arriver là ?

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE