respiration-quatre-nage-conseil-natation

Inspirez, expirez, respirez !

(4)

En Papillon :

 

Le papillon est une nage difficile tant sur le plan musculaire que respiratoire. Le vrai problème réside dans la coordination des mouvements afin de pouvoir respirer au bon moment.

 

La recherche d'air se fait, avec la bouche, en fin de traction en relevant la tête de manière à regarder la surface de l'eau. Elle doit être rapide pour que la tête se replace instantanément à sa place initiale afin de garder le meilleur équilibre de nage possible. Dans ce souci « d'hydrodynamisme » il est d'usage de respirer tous les deux mouvements de bras. L'expiration doit, quant à elle, se faire en continue par le nez et la bouche une fois la tête dans l'eau.

 

 

En Dos :

 

Le dos crawlé est une nage qui demande beaucoup d'efforts de la part des jambes afin de garder une bonne flottaison et horizontalité. Les membres inférieurs sont ceux consommant le plus d'oxygène et c'est pour cela qu'une bonne respiration est très importante.

 

Sur le dos, le visage est à l'air libre, l'oxygène est donc d'autant plus facile à trouver. La difficulté ici sera plus liée au rythme respiratoire qu'à la recherche d'air en elle-même. En fonction de la fréquence de mouvement, le cycle respiratoire sera plus ou moins rapide. L’expiration doit toujours être complète pour que l’inspiration buccale qui suit soit plus efficace et apporte le plus d’oxygène possible à l’organisme.
On inspire donc au cours de la phase de retour du bras, et on expire à la fin de la phase de retour de l’autre bras. Tout est dans le rythme !

 

 

En Brasse :

 

Et par « brasse » j'entends bien évidemment « brasse coulée » !

 

L'avantage de la brasse est que la respiration se fait lors de chaque mouvement ce qui permet une prise d'air régulière et donc un essoufflement moins rapide.

 

L'inspiration se fait, avec la bouche, durant la traction des bras, lorsque les appuis sur l'eau permettent de se redresser et que les jambes préparent leur poussée. Tout comme pour le papillon, la tête se relève de manière à regarder en face de soi et l'inspiration doit être très brève. L'expiration, quant à elle, doit être longue et continue durant toute la partie subaquatique.

 

Alors, on fait des bulles !

 

 

En Crawl :

 

La technique de respiration en crawl est sans aucun doute la plus délicate à maîtriser. En effet, elle impose une rotation de tête sur le côté qui peut facilement détériorer l'équilibre et la technique de nage.

 

En crawl, l'inspiration se fait sur le côté droit ou gauche ou bien en alternant les deux. Encore une fois, elle doit être brève afin de replacer sa tête droite dans l'eau le plus vite possible.

 

Il est cependant inutile de sortir tout le visage de l’eau, il suffit d’emmener la bouche en surface pour pouvoir prendre son inspiration « dans le creux de la vague ». L'expiration, toujours en continue, s'effectue quand la tête se replace dans l'eau.

 

Certains nageurs privilégieront le crawl en deux temps pour repousser la fatigue, trois temps pour rester au mieux aligné durant la nage, ou plus encore, lorsque le nageur souhaite réduire sa résistance avec l'eau et donc nager plus vite.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
HAUT DE PAGE