APPRENDRE A FAIRE DU VELO : DRAISIENNE OU TRICYCLE ?

Votre enfant sait marcher ? Parfait, il va pouvoir faire du vélo ! Enfin presque… 

La première étape, ce sera à vous de la franchir : draisienne ou tricycle ? Que choisir entre un vélo sans pédales et un vélo à trois roues ?

La position : physiologique ou non ?

Entre la draisienne (ce vélo sans pédales) et le tricycle, la différence position est flagrante : alignement tête/corps/pied sur la draisienne, enfant semi allongé sur le tricycle. En cause ? La conception même des deux engins. La posture que l’enfant est bien obligé d’adopter sur une draisienne, avec les jambes dans le prolongement du haut du corps correspond à une posture physiologique, naturelle. L’équilibre se trouve alors naturellement, comme lorsqu’il a appris à marcher.

Sur un tricycle, la position est plus stable du fait des trois roues, le guidon est plus haut que sur un vélo et, surtout, les pédales se situent sur la roue avant. La stabilité, un gage de bon apprentissage ? Pas vraiment. “Ce n’est pas logique à utiliser, explique Karine Roullin, pyschomotricienne. Sur un tricycle, l’enfant a les pieds devant, qui plus est jambes tendues ou sur la pointe des pieds pour ceux qui ne sont pas très grands. L’enfant ne peut pas mettre de force dans le pédalage et cette position fait beaucoup, trop, travailler les abdos.”

draisine  ou tricycle ?

Draisienne vs tricycle : comment développer l’autonomie ?

Avancer seul, monter et descendre d’un trottoir, se sortir seul d’un terrain un peu boueux… Maniables et plus légères que les vélos à petites roues, les draisiennes offrent une certaine liberté à l’apprenti cycliste. La draisienne est aussi l’engin idéal pour apprendre à freiner, puisque certains modèles sont en effet pourvus de freins. L’enfant pourra dès lors prendre conscience qu’il est seul à maîtriser son vélo et qu’il peut lui faire faire ce qu’il veut.

Certains modèles de tricycles sont eux pourvus d’une canne amovible qui permet au parent de suivre son enfant afin qu’il ne s’éloigne pas trop et de l’aider à se diriger.
Des différences fondamentales qui ne sont pas anodines : selon Frédéric Héran, économiste et urbaniste, maître de conférences à l'Université de Lille 1, l’essor des tricyles date des années 1950-1970, “quand le vélo s’est retrouvé cantonné à un usage de loisir et de jeu pour enfant. Plus question de laisser les gamins circuler librement à vélo dans la rue : place à la voiture, symbole de progrès. Le tricycle – avec poignée directrice ! – comme les petites roues empêchaient les enfants de prendre un peu trop vite leur autonomie en les obligeant à rester sous la surveillance constante des adultes.”

A l’ère de la motricité libre et des activités autonomes, “l’essor de la draisienne pour enfant est finalement le symbole du retour de la bicyclette et de la liberté incomparable qu’elle peut procurer dès le plus jeune âge, dans une ville au trafic automobile enfin calmé.” poursuit l’urbaniste.

draisienne ou tricycle ?

Comment appréhender l’apprentissage du vélo ?

Quand Karine Roullin, psychomotricienne, détaille la draisienne, elle souligne l’importance de la posture qu’impose la draisienne :l’enfant doit trouver son centre de gravité, se rendre compte que s’il lâche un pied, il tombe… Il y a tout un travail de prise d’appui, de faire travailler les muscles liés à la posture… Mais si cette posture est biaisée… l’apprentissage de l’équilibre ne se fait pas.”

Mais alors, pourquoi ne pas commencer sur un tricycle pour d’abord apprendre à pédaler ?

"Parce que pédaler, ce n’est finalement pas ce qu’il y a de plus compliqué. Le plus compliqué pour un enfant est de trouver son équilibre, de comprendre que pour tenir en équilibre, il faut un peu de mouvement" poursuit la psychomotricienne.

Alors, draisienne ou tricycle ?

Votre choix dépendra de l’objectif : pour apprendre à faire du vélo ou s’inscrire dans un parcours de motricité libre, optez pour la draisienne.
Pour simplement jouer, pourquoi ne pas un choisir un tricycle, d’autant que certains modèles disposent d’une petite benne en plastique accrochée aux roues arrière ou d’un panier à l’avant qui permettra aux enfants d’y mettre des jouets.

 

Un avis sur la question ? Une expérience à partager ? Dites-nous tout !

apprendre à faire du vélo

Avec le vélo, on apprend à coordonner le haut et le bas du corps et gérer son équilibre tout en observant son environnement… ça en fait des choses à faire pour un jeune enfant ! 

CES CONSEILS VONT VOUS INTÉRESSER

Conseil
comment_choisir_velo_enfant
Du vélo enfant premier âge au vélo pour les enfants de douze ans et plus, choisir un vélo enfant implique de concilier équilibre, apprentissage, taille, sécurité et confort.
Conseil
comment_choisir_casque_velo_enfant
Vous portez votre enfant sur un siège-bébé  ? Votre petit sportif se déplace tout seul sur son deux-roues  ? Le casque vélo pour enfant est obligatoire pour les passagers comme pour les conducteurs  !
Conseil
S’installer, se concentrer, se lancer, pousser sur les jambes, pédaler, tomber. Recommencer. Apprendre à faire du vélo sans les petites roues ressemble bien souvent à un rite de passage pas toujours plaisant. Et c’est là que la draisienne, ce vélo sans pédales, vient changer la donne.
berangere Deschamps signature

BERANGERE

Vélotaffeuse avertie. Runneuse en progression. Cyclotouriste qui s’accroche.
Billard (français) d'argent !
Kids friendly.

#TeamDecath

Commentaires utilisateurs

5 / 5 1 commentaire
Répartition des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

HAUT DE PAGE