SPORT FÉMININ

Le sport féminin, c'est quoi ? Et bien nous sommes d'accord, c'est du sport. Point. 

Il ne faut pour autant pas en oublier certaines particularités : une selle de vélo adaptée, des coupes de vêtements plus cintrées, ou encore un régime alimentaire approprié. 

Plus d'infos ? C'est par ici ! 

sport féminin

Aujourd'hui, cela paraît une évidence : les femmes ont une place pleine et entière dans le sport. Mais ça n’a pas toujours été le cas !

 

Et on peut s’amuser à remonter un peu dans le temps… En 440 avant JC, Kallipateira entraîne sa fille pour les Jeux Olympiques. Evidemment c’est interdit. Evidemment, sa fille gagne. Et lors de la célébration de la victoire de sa fille, alors qu’elle est déguisée en homme, sa tenue se décroche.

Elle a donc été la première femme à avoir été tolérée dans un stade (bon sans le savoir au départ, on vous l'accorde).

Bien plus tard, c’est le golf qui est inventé. L'acronyme de golf ? GENTLEMEN ONLY LADIES FORBIDDEN. 

En 1870, la gymnastique devient une priorité nationale, jusqu’à être inscrite dans la loi en 1882. Les textes officiels sont formels : “L'école primaire peut et doit faire aux exercices du corps une part suffisante pour préparer et prédisposer les garçons aux travaux de l’ouvrier et du soldat et les jeunes filles au soin du ménage et aux ouvrages des femmes.” Le sport féminin ? Connais pas.

Fin du 19e, c’est le début du développement du sport féminin : les sportives ont quand même pour consigne de garder une certaine féminité, avec l’utilisation des bloomer. Le bloomer, ces shorts culottes, ont été développés pour la pratique de l’athlétisme, du volley et la pratique de la bicyclette. Des pratiques sportives tolérées pour les femmes. Avant Amelia James Bloomer, les sportives devaient courir en jupe longue.

Côté Jeux Olympiques, on ne trouve trace d’aucune femme aux premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne, en 1896. Les JO sont ouverts aux femmes en 1900 : 6 femmes sur 1066 athlètes présents à Athènes cette année là.

Charlotte Cooper devient la première championne des JO. Margareth Abbot devient la première golfeuse médaillée d’or.

Le contexte social, politique… était alors favorable. Au contraire de ce qui pouvait se dire du côté des rangs du comité olympique !
« Une Olympiade femelle serait peu pratique, inintéressante, inesthétique et, ne craignons pas d’ajouter, incorrecte ».

« Les JO doivent être réservés aux hommes. Le rôle de la femme est avant tout de couronner le vainqueur ».

A l’origine de ces deux citations quant à la pratique féminine du sport ? Pierre de Coubertin, en 1912, lors des Jeux de Stockholm*.

Pierre de Coubertin récidivera d’ailleurs 20 ans plus tard : “le seul véritable héros olympique, je l’ai dit, c’est l’adulte mâle, individuel. Par conséquent, ni femme, ni sport d’équipe”.

Heureusement, les mentalités évoluent… un peu. En 1967, alors que les avancées techniques s’enchaînent, certaines vieilles idées ont la peau dure. Katrin Switzer s’élance sur le marathon de Boston. Katrin étudie le journalisme à Syracuse. Elle se fait arrêter au 6e kilomètre. Mais s’étant assurée de courir entourée d’amis, elle poursuit… et termine le marathon après 4h20 d’effort.

Après 5 ans d’entraînement, elle établira son record personnel à 2h40.

 

L’évolution est progressive (et lente) : mixité des cours d’EPS, ouverture du foot aux femmes dans les années 70, première conférence sur les femmes et le sport en 1994, égalité des primes sur certains tournois de tennis dans les années 2000.

 

Aujourd’hui, où en est le sport féminin ? Des stades restent fermés aux femmes. Des écarts de primes persistent. Dans ce domaine, football féminin s’illustre particulièrement. Une championne du monde gagnera bien moins qu’un champion du monde. Certains présidents de grands tournois (coucou le tennis à Paris) persistent dans des considérations douteuses… Il reste du chemin, mais le sport féminin est largement prêt à le parcourir !

 

*Source : Pierre de Coubertin, « Les femmes aux Jeux olympiques », Revue olympique, no 79,‎ juillet 1912, p. 109-111.

Conseil
des sports "féminins" ?
Le sport n’est pas épargné par les stéréotypes. C’est l’une des conclusions de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) après son étude sur les pratiques sportives femmes et hommes (novembre 2017). Les disparités subsistent encore entre les 2 sexes dans leur pratique du sport en amateur.
Conseil
sport après cancer
Le sport pourrait améliorer la qualité de vie des femmes atteintes d’un cancer du sein et ce pendant et après le traitement. On vous en dit plus avec les interviews de Laurence Vanlemmens, oncologue et Hervé Mocaer, éducateur médico-sportif .
Conseil
brassiere de sport
Aussi tonique puisse-t-elle être, retenez une chose, votre poitrine ne contient pas un seul muscle. La fermeté de vos seins est déterminée par les muscles qui se trouvent sous votre poitrine. Dès que vous faites du sport, vous mettez donc votre poitrine à l’épreuve. Si vos seins ne sont pas correctement soutenus, vous pourriez en souffrir.
Conseil
sport au féminin
Le cycle menstruel, plus communément appelé règles, est une période souvent inévitable lorsqu’on est une femme. Chacune d’entre nous vit différemment cet instant, et pour les plus sportives d’entre nous, les barrières peuvent être physique et/ou mentales. Voyons comment nous pouvons nous adapter à notre corps et notre tête afin de pouvoir passer outre un moment que l’on redoute parfois...
Conseil
Vous cherchez un sport complet, avec de multiples bénéfices, non seulement pour le corps mais aussi pour la tête, alors la boxe est un super choix !
Conseil
La boxe est connue pour être un sport d’homme. Pourtant, de plus en plus de femmes s’y mettent parce qu’elle permet à la fois de se défouler et d’affiner sa silhouette. C’est le sport idéal pour se vider la tête, gagner en assurance et en confiance en soi. C’est aussi une excellente manière de se sculpter un corps de rêve puisque la boxe fait travailler activement tous les muscles. La boxe féminine, un bon exutoire pour affronter la vie quotidienne avec plus de sérénité !
Conseil
velo féminin
S’entraîner, c’est répéter des exercices pour acquérir, conserver ou améliorer son niveau de pratique. Un bon entraînement est forcément un entraînement personnalisé en fonction de votre niveau de pratique et de votre objectif.
Conseil
cycliste
Si vous préparez une sortie à vélo, un conseil : ne partez jamais les poches vides ! Il y a de nombreux produits énergétiques sur le marché… ce serait bête de s’en passer. Grâce aux conseils d’une diététicienne nutritionniste, ou aux avis d’autres coureurs, vous pouvez vous créer une alimentation type pour vos entraînements. Voici mes conseils…
Conseil
Vous avez envie de profiter de votre sortie vélo sans être embêtée par votre indomptable crinière ? Et de pouvoir porter votre casque sans gêne ? Voici quelques trucs pour allier confort, sécurité et style lors de votre escapade vélo route ou VTT.

Commentaires utilisateurs

3.5 / 5 2 commentaires
Répartition des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 23 août 2019

    Tres dommage qu il n y ait pas de grandes tailles dans les collections femmes pour de nombreuses marques Decathlon comme pour le tennis ou pour la course... on trouve quelques articles Domyos et Quechua en grandes tailles chez les femmes mais le choix reste limité

  • Femme
    50-59 ans
    26 novembre 2018

    Très satisfaite qd je trouve pas xxx je vais chez les hommes ce serait bien qu il y ai + de couleurs svp merci

    Notre réponse :


    Bonjour Marie,

    Effectivement, la question des tailles et des couleurs constituent des points d'amélioration sur lesquels nous travaillons.
    Pour chacun•e s'y retrouve dans tous ses sports !

    Bonnes séances,

    Berangere

    Marie a trouvé cette réponse satisfaisante

HAUT DE PAGE