DIANE WILD : DE L'ESCRIME AU BILLARD

De l'escrime, au billard, à la présidence de la CEB (Confédération Européenne de Billard). Partons à la rencontre de Diane Wild

C’est la première femme à la Présidence de la Confédération Européenne de Billard et elle compte bien faire bouger les lignes. Après plusieurs années à avoir maîtriser à la perfection l’épée, c’est aujourd’hui la queue de billard qu’elle a su conquérir. On vous présente Diane Wild.

Diane Wild : présentation

PEUX-TU TE PRÉSENTER ?

Je m’appelle Diane Wild, j’ai 59 ans. J’ai vécu toute ma vie à Lausanne en Suisse.

Depuis toute petite j’ai été baignée dans le monde associatif sportif. Ma mère était présidente de la Fédération de Suisse d’Escrime et mon père était président du Cercle des Armes de Lausanne. Il était donc impensable pour moi de ne pas m’essayer à l’escrime. J’avais donc 6 ans la première fois que j’ai touché un fleuret. A mes 14 ans je suis rentrée dans l’équipe nationale et jusqu’à mes 27 ans j’ai pratiqué intensément ce sport. Mon frère était d’ailleurs mon entraîneur. En parallèle, je m’occupais du développement du club et de l’entrainement des jeunes. J’ai réalisé des études en biologie, ce qui m’a permis notamment de rentrer chez Merk Serono, une entreprise pharmaceutique. Concernant le billard, j’ai été 5 fois Championne de Suisse. 2 fois Vice-Championne d’Europe et 1 fois 3ème à la Partie libre. Aujourd’hui je suis présidente de la CEB (Confédération Européenne de Billard) et siège également au parlement de Lausanne.

COMMENT LE BILLARD EST-IL RENTRÉ DANS TA VIE ?

J’avais 20 ans, je faisais un stage de biologie Marine à Roscoff en Bretagne. Un soir on a trouvé un hôtel pour boire des verres et il y avait un billard français. Tous les soirs ensuite nous étions là ! On ne savait pas bien jouer, on ne connaissait pas les règles, mais ça m’a directement plu : essayer de maîtriser ces 3 sphères sur cette si grande table, j’ai adoré ! En rentrant en Suisse, la première chose que j’ai faite a été de trouver un club à Lausanne. Ce qui n’a pas été une mince affaire d’ailleurs puisque cette discipline était peu pratiquée en Suisse. J’ai commencé à prendre des cours avec un professeur à raison de deux fois par semaine, en plus de mes entraînements d’escrime. J’ai beaucoup aimé l’ambiance dans le club et je m’y suis vite sentie à l’aise et intégrée. D’ailleurs plus tard je suis devenue présidente du club et ce pendant 20 ans.

Une petite anecdote assez sympa : en 1985, j’ai à la fois remporté le titre de Championne de Suisse féminine de billard français et Championne suisse Universitaire d’Escrime. Un joli doublé !

" J'ai beaucoup aimé l'ambiance dans le club et je m'y suis vite sentie à l'aise et intégrée."
L'escrime et billard : complémentaires

L’ESCRIME ET LE BILLARD : DEUX SPORTS COMPLÉMENTAIRES ?

Oui c’est sûr et c’est à la fois très différent : l’escrime c’est un sport de combat direct où on crie, on bouge, on combat, c’est un sport assez violent. C’est un sport qui permet d’évacuer le surplus d’énergie, stress, que l’on peut avoir durant les compétition. Alors qu’au billard, ton adversaire n’est plus devant toi mais assis et il faut justement canaliser son énergie, rester concentré pendant plusieurs heures. Un surplus d’énergie au billard peut provoquer des tremblements et perturber le coup et nous faire louper le point et qui sait… la partie.

A contrario, je suis persuadée que si j’avais pratiqué du billard plus intensément et plus longtemps en parallèle de l’escrime, j’aurais été meilleure. Je trouve que le billard est une excellente préparation mentale pour tous les autres sports.

" Je suis persuadée que si j'avais pratiqué du billard plus intensément et plus longtemps en parallèle de l'escrime, j'aurais été meilleure. "

QUELS AUTRES SPORTS AS-TU PRATIQUÉS ?

Mise à part l’escrime j’ai pratiqué : la danse classique, l'équitation, le tennis, le ski. J’adore l’aspect collaboratif et coopératif, mais je n’ai pratiqué que des sports individuels. Sûrement parce qu’en sport je suis plus individualiste : si je rate, je ne peux que m’en vouloir. Cette mentalité je la dois à mon éducation faite autour de l’escrime.

POURQUOI AVOIR REJOINT LA CEB (CONFÉDÉRATION EUROPÉENNE DE BILLARD) ?

Diane wild CEB Billard

Après ma première découverte du billard français, j’ai donc beaucoup pratiqué ce sport, j’ai participé à de nombreuses compétitions. J’ai ensuite eu envie de m’impliquer plus sérieusement dans la vie de mon club pour faire découvrir au plus grand nombre ce beau sport. J’en ai pris la présidence pendant une vingtaine d’années et j’ai notamment mis en place une école du billard. En 2009 j’ai organisé le Championnat du Monde de 3 bandes à Lausanne pour fêter les 100 ans du club et ceux de la Fédération Suisse de Billard. Mais j’avais envie d’aller encore plus loin. J’ai donc postulé à la CEB et j’ai été élue dans le comité. En 2017, je me suis présentée à la présidence avec un programme allant dans le sens de mon envie de démocratiser ce sport et de le développer en Europe. J’ai été élue, ce qui fait de moi la première femme à la présidence, un pas de plus pour la mixité du billard.

QU’EST-CE QUE TU AIMES DANS LE BILLARD ?

Ce que j’aime dans le billard, c’est qu’il n’y pas d’âge pour le pratiquer et il est mixte. Souvent dans les sports ta carrière se termine à partir de la trentaine. En compétition de billard, tu peux voir des adversaires de toutes les générations s’affronter. J’ai donc vécu le billard dans le prolongement de ma carrière d’escrimeuse. Le côté perfectionniste et exigeant de cette pratique m’a séduite. Et puis, par mon expérience en club, c’est l’aspect convivial et de partage de ce sport qui m’a agréablement surprise. Le billard est certes un sport individuel mais ne se ressent pas comme tel par l’ambiance chaleureuse que nous pouvons retrouver dans les salles.

" C'est l'aspect convivial et de partage de ce sport qui m'a agréablement surprise. "
Diane Wild , magali Declunder billard decathlon

QUELLE JOUEUSE DE BILLARD VOUS INSPIRE ?

J’aime beaucoup Magali Declunder que j’ai pu côtoyer lors de compétition et notamment lors du Championnat d’Europe que j’ai perdu contre elle. Une autre joueuse que je trouve très inspirante est Therese Klompenhouwer aux 3 bandes. Elle a su montrer avec brio ce qu’était la persévérance. Elle est rentrée dans un monde genré masculin, elle a su progresser et exceller. Elle est pour moi la preuve que les femmes ont bien leur place dans le monde du billard. Car oui rappelons-le : le billard est un des rare sports mixtes ou hommes et femmes peuvent s’affronter lors de compétitions.

UN BON ET UN MAUVAIS SOUVENIR À NOUS PARTAGER ?

L’élection à la CEB a été pour moi un moment très fort. Toutes ces années au service du billard et avoir la possibilité d’aller encore plus loin avec cette fonction . En plus de cela en tant que première femme. J’ai également été très touchée l’année dernière par la remise du Mérite sportif de la ville de Lausanne. J’étais heureuse que l’on reconnaisse les actions que j’avais pu mener en faveur du sport à Lausanne.

Un mauvais souvenir, est l’une de mes finales contre Magali à Vienne pour le titre de Championne d’Europe, nous réalisions une très belle partie, je jouais pour 8 points et j’ai commis une erreur stupide qui m’a couté la partie. Je m’en suis voulu, qui sait… la partie ce serait peut être terminé autrement sans cette erreur. Et puis cette année 2020 qui a bien entendu été très spéciale pour nous. Le COVID-19 nous a contraint à revoir tous nos projets.

L'escrime et billard : complémentaires

UN CONSEIL POUR TOUTES CELLES QUI SOUHAITERAIENT SE METTRE AU BILLARD ?

VENEZ, VENEZ !!!! Vous serez très bien accueillis par les clubs, il ne vous reste qu’à oser à faire le premier pas. Il y a tellement de disciplines différentes et donc pour tous les goûts. Et le plus important : prenez beaucoup de plaisir !

Formidable expérience et parcours inspirant que ceux de Diane Wild. Pionnière, sportive, collaborative, engagée, persévérante... Elle nous montre un chemin que nombreuses et nombreux pourraient suivre !

Les clubs de billard vous sont grand ouverts !

manon debaud

MANON DEBAUD

EQUIPE COMMUNICATION BILLARD

Diplômée billard (français) d'argent, mordue de crosstraining et ancienne handballeuse.

CES CONSEILS POURRAIENT VOUS INTÉRESSER

Conseil
Interview-jasmin-Ouschan-championne-billard-pool-americain
« Ne vous inquiétez pas trop de ce que disent les autres, faites juste ce que vous aimez ! » Jasmine Ouschan : numéro 1 au classement mondial, 28 titres européens nous raconte son expérience du billard.
Conseil
Billard au féminin Nathalie Rohmer
Le fruit d’un grand palmarès : la régularité. « A ma première compétition, j’ai perdu. C’est ce qui m’a donné la force de me mettre à l’entrainement pour pouvoir progresser ». Nathalie, nous raconte sa passion pour le billard.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE