Bien choisir son lestage de plongée

Comment choisir son lestage en plongée ?

(8)

Afin de compenser la flottabilité de leur combinaison et du matériel, plongeurs et apnéistes utilisent du lest. L’objectif ? Descendre et se stabiliser sous l’eau sans effort. Quels sont les différents types de lestage et lequel choisir en fonction de votre pratique ? Quelles règles de sécurité suivre une fois dans l’eau ? Réponses et conseils pratiques dans ce guide Décathlon !

 

 

 

À chaque pratique, son lestage de plongée adapté

 

En plongée, le lestage peut prendre plusieurs formes et se fixer là où vous en avez besoin. Vous retrouvez ainsi :

 

Les plombs « libres » durs ou souples

Parfaits pour la plongée sous-marine, ils se glissent sur une ceinture ou dans les poches de votre gilet stabilisateur. De 0,5 à 2 kilos, il est aisé d’en rajouter ou d’en retirer un, et donc d’affiner votre lestage. Mettez à profit les poches multiples pour répartir la charge jusqu’à être le plus horizontal possible. Certains gilets ont même des poches dédiées, rapidement largables !

 

Les plombs bruts — moins chers, mais plus fragiles — gagnent les poches principales du gilet tandis que les plombs souples s’adaptent à toutes les formes de poches. Les plombs enrobés, eux, sont conseillés pour l’usage (plus rude par ses chocs et frottements) d’une ceinture de plongée.

 

Les plombs libres se glissent sur une ceinture de plongée

 

La ceinture de plombs

Utilisable en plongée comme en apnée et en chasse, la ceinture de plomb permet un largage rapide de l’ensemble du lest en cas d’urgence. Au moment de la choisir, les questions s’affinent. 

 

Ceinture à boucle plastique ou métallique ? Le métal résiste mieux à l’usure et ne s’ouvre pas, contrairement au plastique parfois, mais qui lui, est plus léger !

 

En nylon ou en caoutchouc ? Le nylon est très résistant et durable, mais les plombs ont tendance à glisser ; à l’inverse du caoutchouc qui « fixe » bien le lest ;

 

Et une ceinture à poches ? Plus fragile, mais plus confortable, elle accueille vos plombs de plongée et quelques accessoires. Toujours pratique !

 

Le baudrier

 

Le baudrier de plongée

 

Chouchou des plongeurs aguerris, des chasseurs et de certains plongeurs en combinaison étanche, le baudrier de chasse transfère le poids des lombaires aux épaules et au dos. Il évite ainsi les douleurs au niveau des hanches et des reins et facilite aussi l’immersion dite en « canard », la tête en bas. Attention, il ne s’enlève pas !

 

Les plombs de chevilles

Un lestage très pratique pour les chasseurs sous-marins qui ont les jambes qui remontent lorsqu’ils attendent leur proie, tapis sur le fond. Mais à proscrire en plongée sous-marine ou en randonnée aquatique !

 

Choisir son lestage de plongée avec les conseils Décathlon

 

Pour choisir votre lestage, prenez en compte vos habitudes de plongée, votre pratique, mais aussi quelques basiques de la sécurité en mer ! 

 

Quelques règles de sécurité pour bien utiliser son lestage de plongée

 

Pour rappel : l’objectif du lestage est de rendre la descente plus facile et de se maintenir sous l’eau sans effort.

 

Pour cela, quelques règles de sécurité sont à respecter en plongée :

- pratiquer au moins à 2, se former et ne pas surestimer sa condition physique ;

- effectuer une plongée test lors de la reprise ou à chaque changement de matériel (lestage compris) ;

- s’équiper de telle sorte qu’au moins une partie du lest soit largable rapidement ;

- rester vigilant en manipulant les plombs libres ;

- tenir toujours sa ceinture de plongée par le bout opposé à la boucle, pour éviter d’en prendre un sur le pied !

 

Vous pratiquez l’apnée ou la chasse sous-marine ? Alors, vous cherchez la flottabilité neutre, sans effort. Pour cela, vous devez avoir pas ou peu d'eau au niveau du masque lorsque vous êtes en surface, en position verticale et en respirant normalement avec votre tuba.

 

Attention : votre combinaison s’écrasant sous l’effet de la profondeur, plus vous allez profond et moins vous vous lestez. Sinon vous remonterez difficilement, ce qui est dangereux !

 

Vous pratiquez la randonnée aquatique ? Vous flottez en surface. N’utilisez pas de lest sauf si vous souhaitez faire un peu d’apnée avec une combinaison intégrale.

 

Vous pratiquez la plongée sous-marine ? Vous recherchez la flottabilité neutre à 5 m, au palier de fin de plongée avec votre gilet vide. Pour cela, vous devez être légèrement surlesté en début de plongée afin de compenser la perte de 1 à 2 kg d’air comprimé dans la bouteille. Eh oui : 150 b d’air représentent environ 1,5 kg !

 

Conseil Décathlon : testez-vous en surface, le gilet vide. En respirant normalement sur votre détendeur, vous devez avoir de l’eau au niveau de celui-ci. En expirant bien, vous devez avoir de l’eau au moins au niveau des yeux.

 

Votre lest dépendra aussi de votre combinaison, de la salinité de l’eau, du gilet, du type de bouteille ou encore de la quantité d’air présent dans vos poumons. Il faut tenir compte de tous ces paramètres pour ajuster votre lestage, alors anticipez !

 

Rendez-vous sur le blog de Subea pour découvrir l'actualité de la marque et partager les expériences de passionnés en plongée.

 
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
HAUT DE PAGE