Comment rouler en peloton ? Quelles règles respecter ?

COMMENT ROULER EN PELOTON ? QUELLES RÈGLES RESPECTER ?

Rouler en peloton peut paraître simple quand on observe les professionnels. Mais c’est une pratique qui demande de suivre quelques règles pour assurer votre sécurité et celle de vos coéquipiers. Découvrez nos conseils pour mieux appréhender et pratiquer vos sorties en groupe.

VOICI QUELQUES CONSEILS QUI VOUS PERMETTRONT DE MIEUX APPRÉHENDER CETTE PRATIQUE.

 

Et ne vous en faites pas si vous n’arrivez pas tout de suite à rester au milieu du peloton, il faut y aller progressivement et chez certains, la peur est telle qu’elle en devient insurmontable. Certains coureurs professionnels sont ainsi des « abonnés » à la queue du peloton.

number 1

QUELS SONT LES AVANTAGES DE ROULER EN GROUPE ?

DISCUTER

Le premier avantage de rouler en groupe est de pouvoir discuter avec des gens ayant la même passion que vous pour la pratique du vélo de route. Ca ne semble pas grand-chose, mais le temps passe beaucoup plus vite quand on discute que seul face à son guidon qui, avouons le, n’a pas beaucoup de choses à vous dire !

SE PROTÉGER DU VENT

Second avantage, et non des moindres, rouler en groupe permet de se protéger du vent. Les cyclistes qui sont devant vous vous protègent du vent de face. Quand on sait que dans la roue d’un cycliste, on économise 30% d’énergie, ce n’est pas négligeable. Voilà pourquoi on peut rouler beaucoup plus vite en groupe que seul. Même sans vent défavorable, à partie de 40km/h, 80% de l’énergie du cycliste est employée pour contrer les forces aérodynamiques. Vous ne produirez pas plus d’effort à 40km/h en peloton que seul à 30km/h.

Mais pour être bien protégé du vent, il faut savoir se placer à quelques centimètres seulement du coureur qui vous précède.

number 2

EST-CE DANGEREUX DE ROULER EN PELOTON ?

Il est certain que cette pratique est un peu plus dangereuse que de rouler seul. Mais avec des cyclistes habitués à rouler en peloton, il n’y a en général pas plus de chutes à l’entraînement. Sur des courses en revanche, les chutes sont plus fréquentes et font partie « du métier cycliste ».

Mais pour que cette pratique ne soit pas dangereuse, il y a quelques règles à respecter « par tous ».

number 3

LES RÈGLES À RESPECTER

ROULEZ DE FAÇON RÉGULIÈRE

La régularité est primordiale. Si vous cessez de pédaler (surtout dans une bosse) ou pire, si vous freinez d’un coup, le coureur qui vous suit se fera au mieux une belle frayeur…et au pire, viendra vous percuter.

 

MAINTENEZ LA DISTANCE

Si vous êtes trop loin du coureur qui vous précède, vous ne bénéficierez pas de l’abri qu’il peut vous procurer et à chaque accélération, vous aurez un trou à combler…et les coureurs qui vous suivent devront eux aussi combler ce trou.

Mais il ne faut pas non plus être trop près. L’idéal est d’être à 30cm environ en étant légèrement décalé (15/20cm environ) du vélo qui est devant vous. Ainsi, s’il freine, votre roue avant ne viendra pas percuter sa roue arrière et vous serez déjà décalé pour faire une manœuvre d’évitement.

 

PRÉVENEZ LES AUTRES COUREURS DE TOUT OBSTACLE

Si vous êtes à l’avant du groupe, il ne faut pas oublier que tous les coureurs qui vous suivent ne voient pas les obstacles (pierres, trous, branches, …). Ce seront donc les premiers coureurs qui, d’un signe de la main, vont prévenir tous les autres. Les cyclistes qui suivent devront bien sûr reproduire le geste afin que les derniers du groupe soient aussi au courant.

En général, on tend le doigt vers le sol du côté où l’obstacle se trouve. Le premier coureur qui voit par exemple un nid de poule sur la droite de la route tendra la main vers le sol du côté droit. Tous ceux qui suivent sauront ainsi qu’un danger se trouve à cet endroit et pourront se décaler légèrement vers la gauche.

Si c’est une voiture qui est garée sur le côté ou des piétons qui marchent, faire aussi un signe de la main dans votre dos pour indiquer qu’il faut se déporter.

Bien sûr, vous pouvez aussi indiquer oralement le danger !

NE ZIGZAGUEZ PAS !
On reconnaît les coureurs qui ont l’habitude de rouler en peloton car ils roulent en ligne droite. Rien de plus désagréable que de suivre un coureur qui n’arrête pas de zigzaguer, au risque de vous faire chuter.

Mais la seule façon de rouler en ligne droite, c’est d’avoir une totale confiance en tous les coureurs qui vous précèdent. Eux aussi doivent donc rouler en ligne droite et prévenir les autres des obstacles (voir conseil précédent) pour que vous ayez l’esprit tranquille.

 

ANTICIPEZ
Comme en voiture, l’anticipation est le maître mot pour votre sécurité. Vous ne devez pas vous focaliser seulement sur la roue arrière du cycliste qui vous précède. Bien sûr, au début, on a tendance à ne fixer que ce bout de gomme durant toute la sortie. Mais avec l’habitude, vous arriverez à ne plus la fixer et rouler en profitant du paysage.

L’oreille est aussi un bon moyen de savoir ce qui se passe autour de vous. Les coups de freins sont souvent entendus avant d’être vus. Pensez-y.

 

NE PENSEZ PAS QU’À VOUS
Ayez toujours à l’esprit que vous avez du monde derrière vous. Avant donc de vous écarter, de faire une pause pipi, de vous moucher ou autre, vérifiez que vous n’allez pas gêner les collègues qui sont derrière vous.

Le mois prochain, nous aborderons les techniques du relais et du coup de bordure puisque ce sera, pour les coursiers débutants, le moment idéal pour commencer à se familiariser avec ces techniques.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE