APPRENDRE À FAIRE DU VÉLO : POURQUOI CHOISIR UNE DRAISIENNE ?

S’installer, se concentrer, se lancer, pousser sur les jambes, pédaler, tomber. Recommencer. Apprendre à faire du vélo sans les petites roues ressemble bien souvent à un rite de passage pas toujours plaisant. Et c’est là que la draisienne, ce vélo sans pédales, vient changer la donne.

number-1

APPRENDRE LE VÉLO PAR ÉTAPES

« Rouler à vélo, c’est enchaîner et coordonner de nombreux mouvements. Ajoutez là dessus la coordination œil/main et l’équilibre… ça fait beaucoup d’éléments à prendre en compte, détaille Karine Roulin, psychomotricienne. La draisienne, dans ce sens, offre la possibilité de décomposer les mouvements. Elle permet de découvrir l’équilibre, la notion de report du poids, de trouver son centre de gravité… La draisienne cible un apprentissage essentiel : celui de l’équilibre. »

AUTRE AVANTAGE NON NÉGLIGEABLE : l’enfant commence aussi à prendre en compte son environnement, à comprendre qu’il faut contourner les obstacles…

number-2

UN VÉLO ADAPTÉ AUX JEUNES ENFANTS

Maniables et plus légères que les velos enfants à petites roues, les draisiennes offrent une certaine liberté à l’apprenti cycliste : avancer seul, se sortir lui-même d’un terrain un peu boueux… La posture que l’enfant est bien obligé d’adopter sur une draisienne (un alignement tête/corps/pieds) correspond à une posture physiologique, naturelle. Un bon moyen de lui donner confiance… Car finalement le classique vélo à petites roues met l’accent sur l’acquisition du pédalage en oubliant l’apprentissage de l’équilibre. Et favorise une position qui ne correspond pas aux situations que rencontrera l’enfant ensuite.

number-3

A PARTIR DE QUEL ÂGE ENVISAGER LA DRAISIENNE ?

Le pré-requis : l’enfant doit savoir correctement marcher. « On peut envisager la draisienne à partir de 2 ans, explique la psychomotricienne. Mais si l’enfant a commencé à marcher à 18/20 mois, il faudra peut-être attendre un peu… A contrario, si on sent que l’enfant est bien tonique, sûr de lui, pourquoi ne pas essayer plus tôt ? ». La question de la taille est importante également : l’enfant ne doit pas se tenir sur la pointe des pieds, il doit se sentir en sécurité, maître de la situation.

« Avec la draisienne, l’enfant découvre d’emblée ce qui fait tout le plaisir magique du vélo : l’équilibre dynamique sur deux roues, résume très bien Frédéric Héran, économiste et urbaniste, maître de conférences à l’Université de Lille 1. La légèreté et la simplicité de l’engin sont parfaitement adaptées à sa morphologie et lui donnent une dextérité extraordinaire. ».

Alors ride on, baby !

Berangere Decathlon
Bérangère

Vélotaffeuse avertie. Runneuse en progression. Triathlète qui s’accroche. Apprentie yogi.
Kids friendly.

#TeamDecath

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE