7 BONNES RAISONS DE FAIRE DU VÉLO EN VILLE AVEC SES ENFANTS

Faire du vélo en ville avec vos enfants : vous hésitez encore un peu ? Voici 7 bonnes raisons de franchir le cap !

Vous en êtes déjà sûrement convaincu : pédaler en famille, c’est un vrai moment de détente. Mais vous, vous êtes plutôt vélo à la campagne, le week-end, parce que c’est plus tranquille. Pourtant, faire du vélo en ville avec ses enfants, ça a pas mal d’avantages. Entre autres : remplacer le trajet maison-école en voiture par un moment ludique avec les petits, et les plus grands. Pour vous convaincre, on vous a listé 7 bonnes raisons d’emmener vos enfants sur les pistes cyclables urbaines.

velo-ville-enfant
1

Pour le plaisir, tout simplement.

La première raison, et sans doute la meilleure, c’est le plaisir. Faire ses trajets quotidiens en vélo, c’est l’occasion de prendre l’air, et, surtout, de passer un bon moment en famille. Ou entre copains, pour les enfants, ou les ados, un peu plus âgés et plus autonomes. C’est un loisir écologique. Et économique. Avec un bon équipement, le vélo se pratique presque par tous les temps. Vous n’avez donc aucune excuse. Sauf en cas de météo exceptionnelle.

Autre bonne raison : la satisfaction. Celle de votre enfant à se lancer dans ce nouvel espace, et à découvrir le monde urbain qui l’entoure. En ville, chaque petit bout de piste cyclable, c’est un peu l’aventure pour lui. Et ça, c’est beaucoup plus sympa qu’un trajet en voiture.

Et puis, on ne va pas se mentir, tout ce qui peut nous éviter les chamailleries entre frères et soeurs sur la banquette arrière, c’est forcément une très bonne raison. Alors, moins de voiture, plus de vélo. Et plus de bonne humeur !

velo-ville
2

Parce que faire du vélo en ville, c’est du sport.

Pour le bien-être et la santé de l’enfant, l’OMS recommande la pratique d’une activité modérée, 60 minutes par jour. Si, par exemple, vous faites 2 trajets en vélo de 15 minutes, vous êtes à la moitié. Et, c’est déjà pas mal.

Rouler en vélo, c’est bon pour la condition physique de votre enfant. Ça améliore son tonus musculaire et son endurance. Et comme le souligne Karine Roullin, psychomotricienne : “un enfant qui fait du vélo tous les jours, ça va se ressentir au niveau de son aisance corporelle, de sa connaissance du corps. Ça peut aussi aider un enfant qui n’est pas très à l’aise avec le sport.”

Aller à l’école, ou faire ses courses, en vélo, c’est un excellent moyen d’intégrer du sport dans sa routine. Plutôt pratique, quand on n’a pas toujours le temps. “Je pense aussi que ce n’est pas toujours évident de leur faire faire du sport, dans leur journée d’école, dans la journée de travail des parents, donc si on peut s’octroyer 15 minutes le matin, 15 minutes le soir, c’est bien. C’est une activité sportive qui entre dans le quotidien et que l’on partage avec son enfant. C’est un temps qui peut être sympa.”, ajoute Karine Roullin.

 

3

Pour aider votre enfant à prendre confiance ​​​

La confiance en soi de l’enfant se construit au fil de son développement. Et passe par les petits challenges du quotidien. Mais aussi par le sport, et l’aisance corporelle, comme l’explique Karine Roulin :

“Plus l’enfant est à l’aise dans son corps, plus il va tenter des choses. Un enfant qui manque de confiance a peur de faire mal. Il n’est pas très adroit. Il se met des barrières qu’il n’ose pas trop franchir. La prise d’assurance, ça commence par le corps. Quand l’enfant est à l’aise avec son corps, ce sont d’autres portes qui s’ouvrent. La confiance en soi, elle démarre par des choses très concrètes, des petites actions, des petites réussites du quotidien. Faire un trajet en vélo, c’est une multitude de petites victoires qui vont participer à sa confiance en lui.”

Le laisser prendre son vélo pour aller jusqu’à l’école, c’est aussi lui montrer que vous avez confiance en lui, et “l’enfant ne peut avoir confiance que s’il sent que le regard que l’on pose sur lui est confiant”, souligne la psychomotricienne.

velo-ville-decathlon
4

Pour qu’il gagne en autonomie. Et en indépendance.

Comme la confiance, l’autonomie s’acquiert petit à petit. Seul sur son vélo, et maître de son déplacement, même si vous êtes à proximité, votre enfant gagne en indépendance, comme le précise la psychomotricienne :

“Plutôt que d’être passif, et conduit d’un point A à un point B, l’enfant est acteur de son déplacement. Il est responsable du temps qu’il va mettre pour aller à l’école, il est plus parti prenant de sa journée, des conduites. Il y a un côté actif qui est intéressant. Il y a une certaine autonomie. Le vélo, c’est un bon compromis. C’est une forme d’indépendance par rapport aux parents.

Pour le responsabiliser davantage, faites-lui confiance. Laissez-le préparer seul ses affaires : casque, gilet de visibilité, etc. Evidemment, rien ne vous empêche de vérifier. Mais l’idée, c’est de le faire participer à toutes les étapes du trajet.

 

donner envie de faire du vélo enfant
5

Pour développer sa motricité et son sens de la coordination.

Vers 6 ans, la motricité de l’enfant est en plein développement. Des trajets quotidiens en vélo, c’est un excellent moyen de la renforcer, pour plusieurs bonnes raisons, selon Karine Roulin :

“En termes de motricité, le vélo fait d’abord appel à la coordination du pied droit et du pied gauche, et à cette notion de dissociation de l’espace droit et gauche. Il sollicite également la coordination entre le bas du corps et le haut du corps puisque l’enfant en pédalant doit coordonner son action des mains avec le bas du corps.

Il y a aussi une coordination qui est très importante en vélo, et notamment dans les déplacements en ville, c’est la coordination de l’oeil et de la main, qu’on appelle coordination oculo-manuelle. Lorsqu'un enfant voit quelque chose, il faut qu’il puisse réagir au niveau des mains.

En termes de coordination, le vélo c’est vraiment quelque chose de très complet. Enfin, on peut aussi évoquer la notion d’équilibre, de stabilité. Au niveau du centre du corps, du centre de gravité, sur le vélo.”

6

Pour améliorer sa capacité d’attention. Et d’adaptation.

“Quand on fait du vélo en ville, on est sur une forme d’attention et de vigilance. Il faut que l’enfant soit attentif à ce qui l’entoure, sur le plan visuel mais aussi sur le plan auditif. L’enfant observe son environnement et apprend à évaluer les dangers, ou par exemple, si le vélo peut passer à certains endroits. Cela lui permet d’appréhender l’espace.”, affirme Karine Roulin.

Plus l’enfant apprend à s’adapter à l’espace urbain, plus il pourra le faire pour d’autres environnements. Et d’autres contextes.

7

Parce que d’autres parents ont franchi le cap. Et que ça fonctionne bien.

Quoi de mieux que le témoignage d’autres parents pour terminer de nous convaincre. On a demandé à Mathieu, qui conduit quotidiennement ses enfants en vélo à l’école, de nous dire ce que cela leur apporte. Principalement à sa fille de 6 ans, qui pédale seule :

Je pense que ça la fait grandir, ça lui donne un sentiment d’autonomie, elle est plutôt fière. Ce qu’elle aime bien c’est quand elle croise ses copains à vélo sur le chemin de l’école. Quand on est en voiture, on ne regarde pas les gens, alors que là, en vélo, on regarde tout autour de soi, et ça lui procure du sourire d’aller à vélo à l’école. Moi ça me permet de lui faire confiance, de voir qu’elle est capable de pédaler en ville, qu’elle écoute mieux, qu’elle a plus de maturité. Ça vaut le coup de le faire. Je pense que ça apporte beaucoup à l’enfant, ça le fait grandir.”

 

On a encore pas mal de bonnes raisons en tête. On pourrait vous parler de sensibilisation à l’écologie. Vous re-dire qu’un trajet en vélo, c’est beaucoup plus économique. Entre autres. Mais, pour l’instant, on a simplement envie de vous dire d’oser, de vous lancer, de vous faire confiance. Et de faire confiance à vos enfants. Allez, à vos vélos ;-)

Thomas-chef-de-produit-btwin

Thomas

Chef de produit vélo enfant 6-12 ans

 B'TWIN

PLUS DE CONSEILS ? C'EST PAR ICI: 

Conseil
Le vélo est choisi et le casque (à la bonne taille) aussi. Paré pour la balade ? Pas tout à fait… il reste un dernier « détail » à régler : le casque.
Conseil
comment_choisir_VTC_enfant
Découvrez les critères à prendre en compte pour choisir le bon VTC pour un enfant ! Avec ces conseils, impossible de se tromper ;)
Conseil
comment_choisir_VTT_enfant
Retrouvez nos conseils pour choisir le VTT qui sera adapté à la fois à la taille de l’enfant et aussi à ses envies.
Conseil
demarrer le velo de route enfant
Entre VTC et VTT, le coeur de votre petit loup balance? Pour l’orienter dans son choix et qu’il puisse profiter pleinement de son deux roues, voici les principales différences entre un VTC et un VTT.
Conseil
rando_VTT_enfant
Dès l’âge de 6 ans, en famille ou dans le cadre de sorties encadrées, vos kids peuvent tout à fait s’adonner aux joies de la rando VTT. Mais avant de partir, minute papillon, voici quelques trucs et astuces pour bien préparer l’escapade de vos p’tits loups!
Conseil
S’installer, se concentrer, se lancer, pousser sur les jambes, pédaler, tomber. Recommencer. Apprendre à faire du vélo sans les petites roues ressemble bien souvent à un rite de passage pas toujours plaisant. Et c’est là que la draisienne, ce vélo sans pédales, vient changer la donne.
Conseil
bon-equipement-velo
Pas de bonne pratique sans un bon équipement ! Et votre petit rider mérite d’être à son aise et d’expérimenter en toute sécurité...
Conseil
comment_choisir_velo_enfant
Du vélo enfant premier âge au vélo pour les enfants de douze ans et plus, choisir un vélo enfant implique de concilier équilibre, apprentissage, taille, sécurité et confort.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Déposer un commentaire
HAUT DE PAGE